entre la technologie moderne et une richesse de priligy connaissances, levitra generique il existe de nombreuses solutions

11 novembre. Ne plus commémorer la guerre civile européenne.

Comme chaque année, je n’irais pas aux célébrations du 11 novembre. Et ceci pour les mêmes raisons que chaque an qui passe. Lors des dernières municipales, au moment de décider des périmètres de mon mandat avec nos équipes, j’avais dit qu’il m’aurait été difficile de prendre les commémorations militaires. Non pas à cause d’un antimilitarisme que je n’ai pas, bien au contraire. Mais à cause du 11 novembre.

Honnêtement, je suis partisan de supprimer le 11 novembre comme jour de commémoration de la victoire de 14-18 telle qu’elle devenue. Bien sûr, il ne s’agit pas de supprimer toute cérémonie.

Bien sûr j’ai du respect pour les soldats tombés, bien sur je suis partisan de maintenir le souvenir, la mémoire.
Mais je trouve aujourd’hui que la chose est obsolète, pas parce que plus un poilu n’est encore vivant.Non.

Il ne s’agit pas d’oublier les pauvres gars envoyés se faire tuer par des officiers parfois peu inspirés du respect de la vie de leurs hommes comme ce fut le cas au Chemin-des-Dames.Ni d’oublier les blessés, les orphelins, les brisures.

Mais si la seconde guerre mondiale fut une victoire contre le nazisme, qu’il incarne ce mauvais de nous-même qu’il ne faut pas oublier, 14-18 fut un conflit entre nations européennes, une guerre civile entre européens (même si les USA ou la Nouvelle-Zélande ou les colonies françaises y engagèrent des troupes considérables) entre des pays qui construisent aujourd’hui leur avenir politique ensemble vers une unité politique plus grande. Une occupation rude à chaque victoire ou défaite, parfois même comme dans le nord de la France plus dure qu’en 39-45, mais une vision d’un conflit obsolète.

Moi qui suis partisan de l’existence d’une nation européenne au sein d’une Europe fédérale et sociale, je trouve ces cérémonies au sujet d’une guerre entre allemands,britanniques,autrichiens, français, italiens etc… anachroniques.

Que ces pays se battent aujourd’hui devient dans mon esprit presque aussi impensable que les conflits qui opposèrent le Duché de Bourgogne à la confédération Helvétique. Bien sûr ces dernières années Sarkozy, Hollande puis Macron lui donnèrent de nouveau ses couleurs originelles : celle d’une fête de la paix. C’est comme cela d’ailleurs qu’au début on fêtait le 11 novembre : comme une fête de la paix. Mais as-t-on besoin de fêter la paix chaque année entre mis de longue date, pour faire revivre quelque part ce qui les a séparés ? Je ne crois pas. Penser et repenser jusqu’à l’obsession c’est quelque part faire exister.

Je voudrais, qu’à la place de ce qui est pour moi une tragique guerre civile européenne, on célèbre sérieusement le 9 mai, fête de l’Europe,fête de notre nation à venir, vraie fête nationale de notre futur.

On pourrait pas faire cela l’année prochaine ? Cela fera un siècle que c’est fini.

à lire aussi sur Lyon Mag

1 commentaire a été rédigé, ajoutez le vôtre.

*

  1. ADHOC

    11 novembre: 75% des citoyens souhaitent conserver cette commémoration.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers