entre la technologie acheter cialis moderne et une richesse de priligy connaissances, levitra generique il existe de nombreuses solutions
Video player for web, minimalistic design

Ce que le web a changé pour la musique : mon édito sur rcf

rcf
Mon édito de cette semaine sur RCf porte sur la musique et le net. On peut l’écouter sur la page de ma chronique, ce qui est mieux, ou la lire ci-dessous. Sachant que seul le prononcé compte.

Bien sûr, il y a tout ce qu’on dit d’habitude: les albums qui ne se vendent plus ou très peu. Les maisons de disques qui ont du dégraisser.
Les plates-formes de partage vidéo et de streaming audio ont qui remplacé en partie les fichiers mp3 qui elles-même ont remplacé les cdq.
Et les concerts sont devenus plus chers, puisqu’ils constituent une part bien plus importante du revenu des artistes et des maisons de disques.
Des maisons de disques devenues du coup de moins en moins utiles aux yeux de nombreux musiciens. Ceux-ci se chargent désormais de la production et de la distribution de leurs œuvres.

Nulle besoin pour cette distribution de disquaires qui ont aujourd’hui pour un très grand nombre disparu. Il n’est qu’à voir le dernier et excellent Virginie Despentes, Vernon Subutex, pour mesurer le chemin parcouru en si peu d’années.

Aujourd’hui il nous est possible d’écouter n’importe quel disque, n’importe quel morceau, n’importe quand. Ca n’empêche pas énormément de monde de laisser passer l’occasion de découvrir du neuf et d’écouter toujours du préformaté. Mais après tout chacun ses goûts!

Un autre élément qui a changé, outre les supports d’écoutes et leur économie, c’est le récit sur la musique. La chronique de disque. L’interview d’artiste. Le billet d’ambiance de concert ou de tournées. Là encore la presse musicale traditionnelle a parfois perdu des plumes. Ou s’est parfois maintenue en s’ouvrant au multimédia. D’autres supports ont émergé. Même si la consommation musicale est plus directe qu’avant ,qu’on peut plus facilement se faire une idée soi-même des disques alors qu’avant les chroniqueurs étaient nos bâtons de bergers, il restera toujours des mots à mettre au sujet d’un clavecin dans une pièce baroque ou de la rock attitude. Et ça, ça ne changera pas. Je vous remercie.


Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers