2e biennale internationale d’art hors les normes

Depuis samedi soir et jusqu’à dimanche c’est la biennale internationale d’art hors les normes, à ne pas confondre avec sa version "on".

Située principalement dans le 7e, la manifestation multipliera les évènements et les performances d’artistes.Au total  plus de quarante créateurs participent à la biennale.

L’inauguration samedi dernier quai Claude Bernard, dans des locaux d’une piscine du Rhône qui s’assemblait magnifiquement à l’hébergement d’œuvres, rassemblait les
artistes de cette autre biennale qui en est en est à sa deuxième
édition.

Pour l’anecdote, Gérard Dallevet, président de la biennale et Gérard Chomarat, président d’honneur ont eu chaud car jusqu’à quelques
heures auparavant, la manifestation n’était pas sure de pouvoir se
tenir pour des raisons administratives.Il a fallu une vigoureuse
intervention de Jean-Louis Touraine pour que les choses rentrent dans l’ordre.

Ce dernier a fait le bonheur des nombreux visiteurs puisque outre les
officiels (Jean-Jack

Queyranne,Jean-Pierre Flaconnèche accompagné de
nombreux élus du 7e, Najat Belkacem et Jean-Touraine-à noter encore une
fois l’absence totale de l’opposition-), curieux,artistes,habitants du
quartier, amateurs d’arts, complets néophytes,bourgeois, bizarres,classiques,
chômeurs, entrepreneurs,jeunes, vieux, noirs, blancs etc…se sont
retrouvés très nombreux à l’évènement.

La diversité et le nombre de visiteurs dans cette inauguration ouverte à tous faisait plaisir à voir.

Parmis les œuvres exposées, si tout n’a pas retenu mon attention, il y avait pas mal de choses intéressantes et/ou plaisantes.

La table d’Eric Doué et de ses "p’tits kons"attire toutes les attentions avec ses petits personnages rigolos et contestataires.Nombreux mais uniques chacun, gueularde terre cuite dont s’acquiert un exemplaire (la chose est accessible) qui trône désormais chez moi (photo).

Plus loin c’est un artiste burkinabé, à la numérotation de tableaux un peu foutraque mais doté un d’un idéniable talent avec qui j’ai le plaisir d’échanger.

Assez amateur d’art contemporain africain, bien que n’y connaissant pas grand-chose, je suis séduit par le mélange de matières, de couleurs, de formes que l’on trouve dans les œuvres de Mamoudou Bolly, qui posséde une certaine réputation dans le milieu.Vous pouvez voir certaines de ses oeuvres ici, même si celles qui sont exposées présentement sont assez différentes, autre raison d’aller voir avec ses propres yeux et découvrir ce  peintre installé à Saint-Etienne.

A noter également pour les amateurs d’art afro un deuxième burbinaké, plus classique dans ses compositions mais que je vous recommande également, André Sanou, qui créé habituellement à Sathonay-Camp.

Autre interpellation, celle des oeuvres de Ghyslaine et Sylvain Staelens, tourmentées, chargées, évoquant la douleur, les corps torturés, la mort. Leur crucifix exposé, avec son jésus mort, semblant en décomposition interroge le chrétien que je suis.Pourquoi vouloir un christ mort?Qu’est ce que le dieu vivant?Et si le Christ était vraiment mort, sans résurrection ?

Un peu de couleur pour raviver toutça de grâce!Je me dirige vers les Magik’s, machines et sculptures saturées de couleurs, m’évoquant d’ailleurs par instants les tons riches de la peinture indienne…

Il y aussi les travaux d’Adele Bessy ou les scupltures de Denis Serrat et puis d’autres…Bref allez voir tout ça d’autant que la piscine du Rhône se prête trés bien à l’expo.Un catalogue, co-édité par la mairie du 7e est en vente, à un coût modique (5 euros).

Mais l’évènement vit également ailleurs puisque c’est 11 lieux en tout qui vivent l’art hors les normes.

Mon propos n’est pas de vous proposer le calendrier complet (Il est là si ça vous intéresse) mais de vous conseiller vivement au moins, outre la visite du hall de la piscine du Rhône, la performance des Triboulons Bardamus en Mairie du 7e à 20h ce mercredi et celui du 6e continent vendredi à 20h suivi d’un concert de Tony Von Dick.Ah, et puis ce soir n’oubliez pas de faire un tour à l’Art et toi rue de Marseille, c’est le vernissage de Persistance et la mémoire (bleu).Et puis n’oubliez pas passer voir la galerie de Loren dénommée "La Rage" et située rue Pasteur.L’entrée à l’ensemble de tout ça est libre et gratuit.

1 commentaire a été rédigé, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. j’adore les œuvres morbides des Staelens et bien qu’athée le christ en croix m’a interpelée.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers