Accepter les capitaux de la République de Chine Populaire ?

YuanLady Apolline interpelle les blogueurs (Arnaud Mouillard, David Burlot, Nicolas J, Yann Savidan,  SarkoFrance, Falcon, Monsieur Poireau,  Seb Musset, El Camino, Fabien, Antonin Moulart,  GdC,    Vlad,  Ecume et moi) et je n'ai mis que trop de temps à tépondre à sa question. Il s'agit de la Chine, des conditions de travail dans ce pays, de l’absence de protection, du travail des enfants, … et de la possibilité de lui emprunter du l'argent pour rembourser notre dette. « Allons-nous renflouer nos caisses avec cet argent là, en payant le prix fort : l’invasion du marché européen par les produits chinois fabriqués dans ces conditions ? » demande Apolline.

François Hollande s'était justement exprimé sur la question financière et la dette, il y a quelques jours, pronant des alternatives, une régulation mondiale renforcée, la possibilité pour la Banque Centrale Européenne de racheter la dette des Etats, une régulation  et une unité de commandement financiére européenne.

Cela permettrait sans nul doute de se doter d'outils plus performants que ceux que nous avons actuellement.

Mais répondons sur la Chine. Déjà les produits chinois sont présents très largement dans notre production. La question des capitaux ne change donc pas grand-chose à cette affaire. De fait nous achetons des produits et donc renforçons ce systéme la. Pas besoin d'emprunter pour en être la. Même si, aujourd'hui la Chine change. Si les usines-prisons y sont une triste réalité, on commence dans quelques zones du pays à voir apparaitre un salaire moyen élevé, conforme parfois aux normes occidentales et la classe moyenne est de plus en plus nombreuse. Pour combien de temps? Peut-être pour longtemps à en voir Taiwan, qui a suivi ce chemin il y a trente ans déjà. Mais Taiwan est aujourd'hui une démocratie, pas la Chine continentale. Une démocratie de plus en plus isolée par l'action de son voisin, même si les relations sont détendues en ce moment.

Le probléme des capitaux chinois, c'est plutôt la perte de souveraineté qu'elle peut entrainer. Je ne suis pas un fan absolu du souverainisme, fut-il européen. Mais c'est en détenant des capitaux américains de façon massive que l'Empire du Milieu améne à ce que les USA ne protestent pas trop fort contre la monnaie sous-évaluée chinoise, qui la rend artificiellement compétitive ni ne soient trop regardants sur les conditions de travail. Voila où est l'inquiétude Sans compter que les communistes chinois se sont récemment émus, c'est un comble, d'un modéle social européen qui serait trop protecteur… Mao n'est plus qu'une figure imprimée sur les billets. Voila ce qui devrait nous inciter à, comme le propose le candidat socialiste, à nous doter de nouveaux outils plutôt que d'une injection d'argent frais venu de Chine.

 

1 commentaire a été rédigé, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Merci pour ce billet. J’espère qu’effectivement, nous trouverons d’autres solutions …La préconisation de FH relative à l’action que pourrait avoir la BCE me parait raisonnable : cependant nous n’en avons pas la maitrise puisqu’il faudrait que les autres Etats membres soient d’accord, ce qui est loin d’être acquis. S’agissant du transfert à une instance européenne, de la maitrise des budgets des Etats membres [cette fameuse notion « d’unité de commandement financière »] … tu vois toi-même comme la notion est embrouillée pour transmettre le pire : l’idée que les décisions budgétaires appartiendraient désormais non plus au Parlement français (Art. 34 de la constitution), mais à l’exécutif (c’est ce que j’entends dans le mot « commandement ») et qui plus est un exécutif « communautaire », cette idée est pour moi innacceptable. Je ne me fais pas trop de soucis pour le moment, car je sais que les allemand ne l’accepteront pas davantage que nous : Cf l’Arrêt de la Cour constitutionnelle allemande du 30 septembre 2009 qui a rappelé fortement qu’elle n’entendait pas accepter l' »intégration européenne » que suppose un tel transfert de compétences car il va dans un sens contraire aux prérogatives des parlements internes.
    A l’appui de ce que tu dis de l’allégeance, je souligne que nous connaissons déjà le poids de l’allégeance à l’égard des pays du Golfe en raison des liens de nos banques avec la finance islamiste …C’est peut-être pour leur rendre service sans qu’ils s’y impliquent directement, que nous les avons débarrassés de Khadafi …
    http://www.ca-cib.fr/metiers/la-finance-islamique-au-coeur-du-developpement-de-credit-agricole-cib.htm
    Merci encore de ta contribution.
    Amicalement

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers