Adieu madame Bhutto

C’est l’émotion et la stupeur chez les partisans et les militants du Parti du peuple pakistanais (PPP), principal mouvement de la gauche pakistanaise. Benazir Bhutto, celle qu’ils chérissaient comme la Dame de l’Est ou la Dame de Karachi, son fief électoral, est morte des suites de ses blessures, touchée par une balle et un fragment de la bombe qu’a fait exploser un kamikaze lors d’un meeting électoral.Des émeutes qui ont éclaté au Pakistan après l’assassinat de l’opposante.

Son parti avait mobilisé ses militants réunis dans un faubourg de Rawalpindi, la grande ville située à quelques kilomètres d’Islamabad.

La réunion de Madame Bhutto venait à peine de se terminer. Elle s’apprêtait à quitter la salle de la réunion quand un kamikaze s’est fait exploser. Benazir Bhutto avait reçu une balle dans le cou tirée par son assassin avant l’explosion.

Cette tragédie survient dans une recrudescence d’attentats jamais vue dans le pays et au sein d’une campagne  électorale qui est la premiére depuis la mise en place d’une sorte de régime militaire dans le pays.

La campagne avait émaillée de restrictions puisque madame Bhutto avait été assignée à résidence un temps, s’était vue interdire une marche pour la fin de l’état d’urgence.

Première ministre du pays, premiére femme à diriger un pays musulman jusqu’en 1996 où elle destituée par le Président de la République sous des accusations de corruption, elle était revenue au pays aprés huit ans d’exil ce qui  troublait le jeu d’un Musharraf désireux de faire légaliser par les urnes sa prise en main militaire.Contrairement à d’autres partis d’opposition qui boycottaient le scrutin, elle avait décidé d’y participer, se réservant le droit de ne pas en reconnaitre le résultat en cas de fraude.

Le Pakistan est un pays de tensions, qui bien qu’allié des USA dans de nombreuses circonstances, comprend des mouvements extrémistes musulmans particulièrement bien organisés et des terroristes prés à tout.

Islamiste ou défendant d’autres causes, une part de l’opinion publique est chauffée à blanc, prête à toutes les manifestations les plus violentes, ne serais-ce que pour une décision contestable lors d’un match de cricket.La religion est en débat plus que jamais dans un pays où l’Islam joue un rôle important depuis la création de cet Etat. Pour reprendre l’exemple du sport numéro un dans le pays, jamais équipe nationale de cricket du Pakistan n’a été aussi démonstrative dans sa foi, arguant d’une prise plus grande du fait religieux dans le pays.Le seul chrétien de l’équipe s’est d’ailleurs converti à l’Islam.

Nous sommes dans un pays à la croisée des chemins entre ouverture vers le monde et repli identitaire dans lequel s’entrecroisent entreprises modernes et campagnes pauvres, islamistes et gentlemans très commonwealth, théologiens musulmans libéraux et écoles coraniques suspectes.

L’assassinat de Madame Bhutto est une tragédie pour la démocratie,une grande perte pour la gauche internationale en particulier et les partisans de la démocratie en général. C’est aussi la preuve, comme le disait le journal progressiste marocain Libération que le clivage international ne passe pas par une lutte des civilisations entre occident et pays musulmans mais des démocrates de tous pays et de toutes confessions contre les obscurantismes.

9 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Vieux Gaucho

    Mais dans quel monde vivons nous !!!!
    Homage à Bénazir

  2. C’est avec tristesse que j’apprend cette nouvelle, qui est l’expression la plus claire et la plus forte des dangers qui planent à cette heure sur l’Orient. Le danger d’un islamisme « primaire » et débridé qui met en danger démocratie et islam moderne.
    J’en profite pour saluer Romain Blachier qui m’a rendu visite sur mon blog, et dont je connais le sien par le biais de mes amis Quentin Thévenon et Charlotte Hoffmann !

  3. de base

    Je crois que j’en ai déja parlé, mais pour répondre et comprendre cet islam intégriste, il faut lire le dictionnaire du Coran collection bouquin, qui vient de sortir….Oui les clivages ne sont pas entre différents mondes, culture ou partis, mais entre l’obscurantisme dogmatique qui interdit l’écoute et rejette la fraternité du courage, celle de la remise en question permanente de l’individu vers un monde meilleur.

  4. Henri

    Quels que soient les personnes derrière l’assassinat de madame Butot on ne peut s’inclinner devant la mémoire de celle qui fut une grande combatatante pour la liberté et l’égalité. D’ailleurs est ce bien la gastro qui m’a fait gerber?

  5. décidément un gauchiste, un centriste, un ump, un socialiste en 4 commentaires, ce blog est oecuménique!
    de bas, as-tu les références du dico?

  6. de base

    et voici voila:
    http://www.amazon.fr/Dictionnaire-du-Coran-Mohammad-Ali-Amir-Moezzi/dp/2221099567
    Le Dictionnaire du Coran, un ouvrage proposant une lecture approfondie de l’islam et aisément accessible au grand public, vient de paraître en France dans la collection Bouquins (Robert Laffont).
    Vingt-sept chercheurs confirmés, dont Yahia Mohieddine, professeur à Dar Al-Hadith Al Hassania, ont travaillé sous la direction de Mohammad Ali Amir-Moezzi, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études (Sorbonne) pour la confection de cet ouvrage durant cinq ans. Pour M. Moezzi, les chercheurs associés à ce travail, ont partagé une même rigueur, fondée sur l’érudition, le même respect de l’objet d’étude et le même souci de clarté et de cohérence.
    Dans une note de lecture, l’écrivain français, Daniel Rodeau, auteur, entre autres, de l’ouvrage « Tanger et autres Marocs » écrit que le Dictionnaire du Coran rassemble et présente de ce qu’il faut savoir de la spiritualité et de la philosophie musulmane.
    Cet ouvrage regroupe plus de 500 entrées, des centaines de références bibliographiques, un index, des cartes et une chronologie comparée entre Orient et Occident.
    Il examine également tous les thèmes coraniques (ascension céleste, charia, pèlerinage), la géographie des lieux saints de l’islam (Al-Quds, La Mecque) et ses sciences traditionnelles (exégèse, théologie, mystique, droit).

  7. @ de base : Merci pour ce conseil de lecture que, je pense, je vais suivre…
    A mon tour de vous suggérer le très interressant (et néanmoins synthétique) « Guerre sainte, jihad, croisade : Violence et religion dans le christianisme et l’islam » de Jean Flori publié dans la collection Points Histoire ; qui permet également de comprendre les fondements historiques de ces débordements fondamentalistes.
    Bonne soirée à tous !

  8. petit jardin

     »le clivage international ne passe pas par une lutte des civilisations entre occident et pays musulmans mais des démocrates de tous pays et de toutes confessions contre les obscurantismes ». Je crains, hélas, que nous n’ayons pas directement accès à ce stade d’évolution. Nous sommes face à une limite du système de gouvernance mondiale qui n’est plus en mesure de dominer (légalement ou militairement) les excès des uns ou des autres. Sans évolution profonde de ce système (ce qui sous entend une profonde mutation du rôle des USA et l’émergence d’un nouvelle organisation mondiale)je crains que la sagesse  »unie » des démocrates ne soit qu’un vain mot. Edgard Morin parle très bien de tout celà dans un recueil publié à l’Herne et intitulé  »Vers l’abîme » que je vous recommande.

  9. noel

    oui-oui, enfin, elle aura surtout pique 12 millions de dollars, assassine son frere, et installe les talibans… joli bilan en verite… permettez de lui preferer le souvenir de Mme Gandhi, qui avait elle le grand tort de n’avoir pas l’air de sortir du feuilleton Dallas…

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers