Enchainé au MODEM

Avant de commencer le billet suivant, vous rappeler que notre grand concours n'est pas terminé, que vous pouvez encore jouer mais que c'est les derniers jours! Et seules seront prises en compte les réponses en commentaires, celles reçues en mail non!Ah mais!

En l'espèce je viens répondre à une chaine sur le MODEM pour laquelle Nicolas J m'a taggué.Principe de cet enchainement au MODEM (n'y voyez rien d'inconvenant avec le parti orangé): citer deux doutes et trois espoirs concernant le mouvement de Bayrou. J'y vais.Pas facile, si j'ai beaucoup de sympathie pour nombre de Modemistes, l'actualité de l'ex-UDF me laisse dubitatif.

Premier espoir:Que ce parti porte son nom réellement.Responsables désignés et non élus, listes aux européennes où les adhérents ne voteront pas, Bayrou unique candidat à la présidence du parti après que la commission électorale aie retoqué 3 challengers potentiels etc… le parti orange doit prendre le risque de la démocratie.Il est vrai que le PS, qui vote pour son candidat, voit sa démocratie interne systématiquement qualifiée de division mais cela vaut mieux qu'un Xavier Bertrand désigné dans un coin de bureau présidentiel comme responsable de l'UMP.Bref, les démocrates doivent arrêter d'avoir si peur de la démocratie !

Second espoir: Que les lignes politiques se clarifient et que le débat interne gagne en lisibilité idéologique.Comme le dit la bloggueuse MODEM Hypos,"Le bayrouisme ressemble à une mauvaise farce et l'attelage bringueballant du MoDem semble bien incapable de proposer un projet différent de feue l'UDF, porté qu'il est par ses caciques chrétiens démocrates, ses nouveaux cadres opportunistes et ses militants souvent trop naïfs."En effet  les positions et les forts clivages  se focalisent beaucoup sur les personnes en interne et pas sur les idées.Par ailleurs fréquent est le poker menteur.On voit ainsi nombre de militants qui clament le coeur sur la main être plus proches du PS que de l'UMP faire objectivement des rapprochements avec la droite (ou l'inverse) en fonction uniquement de leurs intérêts personnels et du mieux offrant.Et pire,on ne voit pas trop quels sont les propositions du MODEM pour notre société…Mais en attendant c'est parfois drôle, surtout dans le Rhône.

Troisième espoir:Que le MODEM assume réellement sa mutation vis à vis de l'UDF.Dans toutes ou presque les collectivités où il domine, le parti de Bayrou s'est allié avec la droite…

Passons maintenant aux doutes

Premier doute:Le MODEM gardera-t-il autant de gens sympathiques qu'il en a actuellement ? Ou la part de difficultés, toujours un peu présente dans tout engagement, prendra-t-elle le dessus?

Second doute:Le parti centriste arrivera-t-il à se débarrasser d'un certain opportunisme de nombre de ses membres, allant d'une alliance à l'autre suivant ses intérêts, se retrouvant à Lyon dans 3 ou 4 listes différentes? Ou construira-t-il durablement son chemin dans la politique française et européenne en arrêtant de se regarder le nombril ?

Allez je transmet la chose à Florent et Frédéric, pour arroser l'orange avec un rosé, nectar oh combien doux à certaines papilles, à Benoit Courtin pour une des chapelles rhodaniennes du parti orangé, à Luc Ragon pour pas faire de jaloux.

5 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Merci Romain,
    c’est fou comme tu connais bien le Modem en fait !!
    Je partage tes doutes qui pour moi peuvent se révéler être des peurs (légères malgré tout). Je te suis aussi sur le 1er espoir. En attendant de réaliser tes rêves, je crois que tu continueras à bien rire. Mais tu le sais bien, rira bien qui rira le dernier !!

  2. Salut !
    J’approuve beaucoup de tes remarques ! J’aurais bien volontiers complété sur mon blog… Mais je le mets en sommeil (beaucoup d’autres choses à faire) !
    A+
    Fred

  3. Yann Le Bihan

    Pour ma part, je n’ai que des doutes sur ce mouvement et sa stratégie incohérente – dont Romain a toutefois raison de dire qu’il compte bon nombre de gens sympathiques.
    Pour être crédible en tant que parti réellement centriste, il lui aurait fallu refuser toute alliance locale ou nationale avec la gauche ou la droite seule, et n’accepter que des coalitions du type Union Sacrée, incluant le PS et l’UMP. Ce n’est possible que dans certaines circonstances extrêmes, que nous connaîtrons peut-être avec la montée de la crise économique – mais ce n’est pour l’instant pas à l’ordre du jour, et même si une telle Union doit se faire, ce sera probablement plutôt en Wi-Fi qu’avec un modem.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers