Le bad buzz sexiste de Petit Bateau

Body-petit-bateau-badbuzz C'était en plein atelier web chez Acti où nous étions quelques personnes du web invitées par le sympathique patron Laurent à un dialogue transatlantique avec le non moins sympathique Marc Maniez, responsable francophone de Twitter, qui a de plus la qualité d'être lyonnais, que la chose est tombée sur les réseaux sociaux, comme le CSA oblige à la télé à le dire: Petit Bateau serait sexiste. Si. En cause les deux vêtements en photo ci-contre.

Jusqu'à présent Petit Bâteau c'était des souvenirs d'enfance avec les vêtements pour enfants. Puis d'un peu après puisque la marque fait aussi de jolis sous-vêtements pour filles de 18 à 30 ans.

Aujourd'hui c'était devenu le temple du sexisme. Et des internautes se déchainaient sur la page violemment pendant que le Communauty Manger était aux abonnés absents.

En cause, deux vêtements pour enfants, l'un pour les garçons, l'autre pour les filles. Oubliés les 27% d'écart de salaire entre hommes et femmes. Sus au tissu infâme, au fashion méchant. Comme si dans les jouets également la différence n'existait pas.

Certes, avec leurs clichés, les créatifs de Petit Bateau n'ont pas inventé la poudre. Ils confortent de vieux clichés pas très malins. Les garçons se devraient d'être forts, les filles des amoureuses. Comme si les garçons ne pouvaient pas être amoureux et les filles avoir du caractère, de la détermination.

De la à s'emballer comme le web l'a fait, il y a tout de même un monde.

La marque a toutefois gagné quelques chose dans cette affaire: elle reprend de la visibilité sur le web puisque sa fan page comporte désormais autour des 60 000 fans, qu'elle en a gagné d'ailleurs lors de cette histoire. Reste qu'elle va devoir aussi prouver désormais qu'elle sait dialoguer avec les internautes. Pour l'instant la première réponse est tardive est un peu séche. Et il faudra aussi éviter les clichés stupides.

7 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Ade

    J’imagine que, bien sûr, aucun des détracteurs n’achète de poupées à sa fille ou de petites voiture à son fils. Ah bah non hein, ce serait les conditionner et faire acte de sexisme… hum.

  2. romain blachier

    Exact

  3. Upsilon

    Assez d’accord avec ce qui est écrit. Je trouve cependant navrant que cette écume devienne aussi grosse que l’ouragan Katrina. Une campagne vient d’être lancée sur les méfaits du viol conjugal. On en parle moins mais ses conséquences sont elles beaucoup plus importantes pour les femmes qui le subissent que quelques mots sur un bout de tissu.

  4. Romain / Variae

    Je suis tout sauf un ayatollah sur ces questions mais franchement, c’est vraiment pas top ces sweat shirts …

  5. Fred

    Si la Société s’arrête sur ce genre de détails, je nous considère tou(te)s comme définitivement perdu(e)s … Sans blague, pour les parents qui pouponnent, ce qui est mon cas actuellement, quel fabriquant de layette n’appose de message sur bodies, t-shirt, pulls ? Ne peut-on pas simplement trouver cela mignon et touchant à la fois, une fois porté par son enfant ? Et dans le cas contraire, simplement passer au portant suivant, d’une autre marque ou gamme ? Faut vraiment être fini au p!p! pour voir le mal là dedans …

  6. Henry le Barde

    Autant la mobilisation forcenée des internautes me paraît un peu surréaliste, autant ces t-shirts…
    J’ai trois garçons qui évoluent dans un milieu qu’on qualifierait volontiers de conservateur (j’ai pas dit réac ;).
    Mais en toute honnêteté, je ne pourrai affubler aucun des trois avec ce t-shirt sans trahir sa personnalité.
    Chacun des trois, à sa manière, développe des traits qu’on pourrait qualifier de « féminins » au regard de la classification établie par Petit Bateau.

  7. Merci pour votre article.
    Peit Bateau gère plutôt mal son e-reputation et marketing produit.
    Il ne s’agit pas de nier les différences homme/femme, ou de demander aux garçons de porter des jupes mais d’arrêter le sexisme ordinaire qui tous les jours creuse insidieusement les inégalités (30% d’écart de salaire à compétences égales, 17% de femmes députés…). Il n’y aurait rien de gênant dans les mots utilisés par Petit Bateau, si la majorité des adjectifs du body fille n’étaient pas uniquement à signification physique et la majorité des adjectifs du body garçon à signification de caractère, soit fille=séduire // garçon=agir.
    Petit Bateau prône dans ses valeurs de marque, la « part d’enfance qui a permis à chacun de se construire jusqu’à l’âge adulte ». Comment se construit une petite fille que l’on conditionne à être « jolie mignonne, coquette… » Face au petit garçon conditionné à être « rusé, habile, déterminé… »
    Petit Bateau devrait revoir sa stratégie marketing pour être en phase avec son époque, son positionnement déclaré et cesser de véhiculer des clichés sexistes, rétrogrades. Oui à l’humour, mais non au sexisme ordinaire. Les clientes Petit Bateau et leurs enfants ne sont pas des potiches ;-D
    Pourquoi pas mettre fin à la polémique en proposant une nouvelle série de bodys, avec par exemple sur le body fille -> « jolie, vaillante, courageuse, douce, rusée » – et sur le body garçon-> « mignon, fier, coquet, habile, gourmand » ?

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers