entre la technologie acheter cialis moderne et une viagra france richesse de priligy connaissances, levitra generique il existe de cialis france nombreuses solutions

Une fausse excuse qui relance un vrai débat

Bce Bagarre entre Trichet (Directeur de la Banque Centrale Européenne) et Sarkozy, président du pays présidant actuellement l’Union Européenne, au sujet du relévement des taux de la banque centrale européenne (BCE)..




Il y a quelques jours, le premier a fait procéder à l’augmentation de son principal taux directeur d’un quart de point pour aller à 4,25%.


Cela veut dire pour simplifier qu’une entreprise de la zone euro qui veut emprunter de l’argent paiera donc un peu plus cher son crédit.Cela a des conséquences:Un peu moins d’investissement pour les sociétés, un peu moins de demande donc et donc normalement un ralentissement voire un arrêt (mais là faut pas rêver) de la hausse des prix.Les exportations, avec une monnaie plus coûteuse peuvent également être concernées mais l’Euro, déjà cher, ne devrait pas bouger notablement. La BCE, comme la Banque d’Angleterre ou la réserve fédérale des USA et même le Japon, où l’inflation est modérée,constatent que la tendance inflationniste se poursuit. La hausse dont il est question ici vise donc ralentir la machine à augmenter les prix dans une zone euro où les salaires ne suivent pas (le coût moyen de l’heure de travail-revenu direct et contribution sociales- est même en baisse).


Cette hausse, modérée, ne devrait durer sans doute que quelques mois et la banque centrale devrait baisser à nouveau le loyer de l’argent à la fin de l’été.C’est le moment alors que l’emploi repart en Europe (mais pas en France où le chomage augmente) de procéder à ce petit stop (la hausse, faible, est plus préventive qu’autre chose) à la vie chére.


Rien que du logique et comme l’a dit Trichet, bénéficiera sans doute aux foyers les plus modestes, premiéres victime des hausses de prix.


Mais Sarkozy ne l’entend pas de cette oreille.Avec des hausses de prix supérieures à celle de la moyenne de la zone euro, une dette qui lui a valu de se faire taper sur les doigts par l’Europe une nouvelle fois vendredi dernier, un chômage à la hausse, le président veut faire croire que pas plus que pour la libération de Bétancourt, il n’y est pour quelque chose dans les difficultés du pays.Haro donc devant l’UMP sur la banque centrale, dont la hausse est critiquée par le président qui affirme qu’elle va pénaliser l’économie et ralentir les exportations,qui se portent pourtant pas mal, malgré le coût élevé de l’euro, et détuire la croissance française.Il est vrai que le président continue à affirmer que cette derniére sera de 3% cette année alors que les instituts internationaux penchent plutôt pour moins de 2%, avant la hausse décriée.Sarkozy essaie peut-être de se défausser d’une politique économique qui n’apporte rien pour l’instant…


Mais au-delà de ça, indirectement, l’interpellation du président du pays qui dirige l’Union Européenne pose une vrai question: Est-il normal que le responsable politique de l’UE ne soit pas habilité à agir autrement que par déclarations sur la Banque Centrale? Est-ce souhaitable qu’il le fasse, sachant qu’il peut aussi utiliser cet outil à court terme, pour de simples ambitions e besoins du moment? La question n’est certes pas nouvelle, même si elle a été dans un premier temps tranchée par Maastricht.

10 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.


  1. Henri

    Pour une fois je suis d’accord avec Sarkosy, la BCE n’aurait pas du augmenter ses taux. L’inflation n’est pas du à une hausse de la masse monétaire qu’une augmentation des taux freine mais à à une pénurie sur le marché de l’énergie. Par ailleurs un jour ou l’autre il serait souhaitable que la politique monétaire soit piloté par les représentant du peuple. Maastricht a été un mal pour un bien mais il faudra un jour rendre le pouvoir au peuple (ou a ses représentant élus) sous peine qu’ils se venges comme en Irlande.

  2. Plus le temps passe, et plus je suis satisfaite d’avoir voté contre le traité de Maastricht car je ne voulais, ni ne veut toujours pas donner de pouvoirs exhorbitants à des banquiers irresponsables. Avec les politiques s’ils sont mauvais, la démocratie au moins peut remédier à leurs carences.
    Quant à Ingrid Betancourt, c’est la France et les milliers de français anonymes et certains politiques dont NS mais pas uniquement qui ont aidé à sa libération. Elle ne s’ y est d’ailleurs pas trompée en rendant hommage à Jacques Chirac et Dominique de Villepin avec lequel elle a même prié ce dimanche à St Sulpice à Paris.
    Par ailleurs, l’on ne peut qu’admirer sa force, son courage, sa foi en Dieu. A ce propos, et si tous ensemble croyants et non croyants nous réfléchissions à ce que sont la foi et la prière, dans ce monde qui devient de plus en plus inhumain?.
    Ce n’est pas toi, Romain qui va me contredir sur ce sujet ! Je t’invite sur http://christineh7.hautetfort.com/
    A bientôt

  3. Pas du même parti (mince, j’en ai pas…), ni du même bord. Mais des valeurs communes, c’est bien…
    « Est-il normal que le responsable politique de l’UE ne soit pas habilité à agir autrement que par déclarations sur la Banque Centrale? » –> bonne question… Malheureusement, poser cette question fait de suite surgir l’insulte suprème : être anti-européen… Ce qu’en plus, tu n’es pas… Pourtant, tu poses cette question, peut être est elle un peu légitime, y compris chez ceux qui aiment l’Europe, la désirent, mais n’acceptent pas forcément le coté ubuesque de certaines règles du jeu…
    Aimant en plus le rugby (beaucoup) et cette ville de Lyon dans laquelle chaque quartier me rappelle pléthores de souvenir, je pense revenir ici souvent…
    (ça dérange pas la présence d’un petit garçon de droite chez un élu de gauche, hein ? ^___^)
    Bonne semaine à toi

  4. romain blachier

    @henri:la hausse du carburant n’est qu’un élément de la hausse des prix mais pas le seul, cette tendance inflationniste ayant commencé un peu avant et le coût de la main d’oeuvre du transport ayant globalement baissé ces derniéres années, compensant donc en partie (en partie seulement) la hausse.
    @ChristinaH: pour Betancourt,les membres du gouvernement français n’y sont pour rien et ne connaissaient même pas l’opération, menée par des Colombiens,des Israeliens et des américains.Bien sur les différents gouvernenents de droite qui se sont succédés ont tenté de nombreuses choses pour l’aider mais sans succés.De nombreux français dans les comités de soutiens, des communes comme Lyon où sur suggestion de Gérard Collomb, Bétancourt a été faite citoyenne d’honneur ont également porté le combat pour éviter l’oubli.Et puis je sais que la proximité de la dame avec De Villepin n’est pas pour te déplaire!
    @:Flaconhill:Bienvenue ami de Lyon et des bonnes choses.Et t’inquiéte tu es loin d’être le seul commentateur de droite gaulliste ou autre ici.D’ailleurs ChristineH représente les couleurs du Grand Charles dans son quartier de Gerland.

  5. Christophe

    Salut,
    Je suis d’accord avec la critique de Maastricht, de la BCE indépendante, et avec le fait que les salaires ont servi de variable d’ajustement, ce qui a masqué l’inflation pendant longtemps.
    Cependant Romain, je ne comprends pas sur quoi tu bases tes prévisions, je te trouve très optimiste: « Cette hausse, modérée, ne devrait durer sans doute que quelques mois et la banque centrale devrait baisser à nouveau le loyer de l’argent à la fin de l’été.C’est le moment alors que l’emploi repart en Europe (mais pas en France où le chomage augmente) de procéder à ce petit stop (la hausse, faible, est plus préventive qu’autre chose) à la vie chére. »
    As-tu vu les prévisions de la Royal Bank of Scotland ?
    http://www.telegraph.co.uk/money/main.jhtml?xml=/money/2008/06/18/cnrbs118.xml
    Sais-tu que de nombreux analystes financiers parient sur un dollar à 200$ avant la fin de l’année ?
    Je pense donc que les raisons de l’entêtement (la crise financière) de Trichet vont continuer, et là, il sera bloqué:
    – Faire son boulot=Lutter contre l’inflation=continuer à augmenter les taux=asphixier l’économie
    – Ou faire comme les américains=Ne pas lutter contre=baisser les taux ou les garder stables=faire affluer des liquidités=participer à l’inflation.
    Bref, l’avenir devrait être difficile, pour lui, comme pour nous.

  6. Trés complexe cette histoire. De manière générale M. Trichet a raison, mais l’annonce de cette hausse a quand-même mis la Réserve Fédérale sous l’obligation de défendre le dollar, chose qui, à son tour, a entrainé une hausse du prix du baril!! (Jusqu’a 146$ jeudi dernier).
    Les solutions ne sont pas faciles, mais il est clair que la manière forte de M. Sarkozy n’arrange rien. (Au contraire, il renforce l’idée récue en France que l’Europe est à l’origine de tous nos maux).
    Il faut que les ésprits se calment….

  7. romain blachier

    @christophe:un dollar à 200 euros à la fin de 2008?Il sortent d’où tes économistes? Du Djamel Comedy Club?A moins que tu ne veuilles parler d’un baril à 200 dollards?Mais là on est sur des prévisions pour le moins douteuses et basées sur la théorie du complot avec des articles type « Le baril à 200 dollars, complot du Bilderberg contre la classe moyenne ».
    Pour le reste,le calme sur les taux que je prédit
    1-a été confirmé depuis que j’ai écris ce billet par des sources de la BCE
    2-est partagé par nombre d’observateurs
    3-Est logique puisque la croissance ne sera plus soutenue par le tourisme à la fin de l’été et que le baril devrait voir la croissance de son prix au moins ralentir.

  8. Christophe

    Rassure-toi Romain, je ne parle pas de bonshommes en capuches conspirant pour faire régner la terreur sur terre 🙂
    Voilà une source:
    http://www.lesechos.fr/info/energie/4724136.htm
    Et si tu veux je peux te trouver toutes sortes d’autres sources sérieuses qui expliquent pourquoi la situation va aller s’aggravant.
    Sur le reste, je me méfie des déclarations de principe, qui ont surtout un but d’apaisement. Parce que les politiques de Sarko, Trichet et des autres seront de toute façon déterminées par la situation financière internationale.

  9. ouf tu me rassure (tu cites les Echos?je croyais que tu considérais que c’était de la désinfo ce journal, rires) j’ai cru que tu te réferais à ça par exemple:
    http://www.alterinfo.net/200-dollars-le-baril-de-petrole-est-le-plan-des-Bilderberg-pour-detruire-la-classe-moyenne_a11336.html
    Par contre tu joues (un peu) sur les chiffres:Le cabinet de prévisions US parle de l’éventualité d’un baril entre 150 et 200 dollars d’ici 6 mois à 2 ans, ton hypothése retenue est donc la plus pesimiste et catastrophiste.Et elle n’est qu’une des pistes de l’étude mentionnée par l’article des Echos ).Quand à l’euro à 200 dollars nous admettrons que l’hypothése n’est pas sérieuse.
    Mais je pense que si les pays pétroliers partent en tension, ils ne sont pas suicidaires non plus et vont relacher la pression.
    Pour le taux,honnêtement je t’ai dit ,non seulement ce que les uns et lautres en disaient mais aussi ce que j’en pensais. Je ne vois aucune raison qu’ils remontent, aucune.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers