Se brosser les dents gratuitement grâce à une opération marketing: une terrible occasion manquée

Dent4Celui qui dispose d’un blog considéré, à tort ou à raison comme influent, reçoit de nombreuses propositions d’événements et de partenariat de communication sur des marques, causes ou événements.

Il y a des choses très intéressantes. D’autres forcément qui le sont moins. Et d’autres qui ne le sont pas du tout. Alors, comme la plupart des blogueurs, je laisse couler, je décline ou le plus souvent je ne réponds pas.

Il y a aussi carrément du foutage de gueule, petits comme celui-ci, ou lourdingues comme cette agence de communication parisienne qui cherchait, via une vague connaissance du web, à ce que je lui monte une opération relation publique et un événement gratuitement sur Lyon sans absolument aucune contrepartie. Ceci alors qu’elle était grassement payée par son client pour le faire. Ou l’histoire de cette chaine de supermarchés qui… oh je vous raconterais un jour. Et puis d’autres. Mais la plupart du temps, ce sont de gentilles propositions, intéressantes ou pas.

Celle que je vais vous raconter est de cette semaine est plus light et n’aurait même pas attiré mon attention n’aurait été l’insistance de l’agence et l’item d’attraction, particulièrement amusant.


J’ai reçu il y a quelques temps un magnifique mail d’Oral-B, qui me proposait de venir, en tant que blogueur, en milieu de matinée pendant les heures de bureau, faire un billet sur un événement publicitaire qu’elle organisait jeudi dernier dénommé Au Bonheur des Dents.

La chose était bien évidemment emballée d’un discours un peu médical, pour faire sérieux. Le lieu choisi, toujours dans cette démarche de crédibilisation, était une école dentaire qui louait ses locaux.

Clou du spectacle pour attirer les foules et faire un peu de pub: La dernière fois la marque avait fait croire à tort, via la peu scrupuleuse Agence Passage Piéton, que ceux qui viendraient à un événement organisé par Oral-B participeraient à un épisode de Plus Belle La Vie.

Là, dans la continuité, c’est toujours du rêve qui est proposé par Oral-B: Il serait possible de se laver les dents gratuitement avec la nouvelle brosse à dents de la marque ! Oui gratuitement, comme chez soit. Le rêve à portée de main.

Déchirante perspective que de devoir renoncer à une offre aussi tentante que celle prendre une demie-journée de RTT pour me laver gratuitement les dents et faire la publicité du produit en remerciement.

Les larmes aux yeux, j’ai évité de répondre à la tentatrice qui m’incitait ainsi à un monde de luxe et de stupre dont je n’avait pas idée. Mon âme tremblait. Je me suis tristement lavé les dents tout seul de ma main gauche (je suis gaucher) avant d’aller pleurer devant la perspective de rater la rédaction d’un billet subtil à forte valeur ajoutée pour toi lecteur, vantant ce moment potentiel exceptionnel et t’incitant à arracher les derniers euros que les nouvelles taxes sur les boissons sucrées t’auraient laissées pour acquérir la précieuse nouvelle brosse de Oral-B . J’ai donc ignoré le mail, comme j’ignore un grand nombre d’entre eux chaque semaine.

A force de travail et d’habitude aux renoncements aux plaisirs célestes, j’avais presque asséché l’horrible crispation du chagrin des occasions manquées quand la même chargée de com’ me renvoya exactement le même message que précédemment, quelques jours plus tard.

La plaie était rouverte, l’inquiétude de faire rater à mon lecteur une si importante nouvelle, seulement comparable à celle de la prise de la Bastille, de la fin de la seconde guerre mondiale ou à la sortie lundi du nouvel album de Florence and The Machine ! La plaie du cœur rouverte donc, je me sentais comme lorsque très jeune homme, je revoyais pour la première fois un amour perdu douloureusement. Mais ma volonté de fer ne céda pas. Je ne répondis pas. Ferme comme un roc. La rudeur prude du gaulois avant le combat.

Vint le jour d’avant le moment fatidique, moment où, si je n’avais pas été autant noyé de boulot, j’aurais du trouver l’oubli dans le gin et le sommeil afin d’écarter de mes pensées le jardin des occasions ratées des dents brossées.

Dans la journée dense en activités professionnelles, je vis à un moment, une troisième missive, identique encore.

Les yeux embués de larmes, je me dit qu’il fallait définitivement renoncer au bonheur et rompre le cordon de brosse à dents qui commençait à m’unir tel un requin entouré par les tentacules d’une pieuvre. J’expliquais doctement et fermement à la succube tentatrice qu’elle tournait un peu trop de couteau dans la plaie de mon désir inassouvi mais que je devais renoncer aux plaisirs terrestres pour me consacrer à un fort apport de tâches matérielles.Je crois que les termes furent un peu moins aimables mais n’oublions pas que je marchais dans une vallée de larmes.

Peu après, je continuais, ma boite mail fermée, à méditer les paroles de Pascal sur le renoncement aux plaisirs terrestres. Le soir je me suis brossé les dents.

4 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Hayley

    « aussi tentante que celle prendre une demie-journée de RTT pour me laver gratuitement les dents et faire la publicité du produit en remerciement » haha j’en ai bien rie ! Très bien dite la phrase !

  2. Florian

    Tout cela me donne envie d’avoir « un blog considéré à tort ou à raison comme influent ».
    Bravo pour cette plume légère et cet humour détartrant…

  3. Romain / Variae

    Quel échec ! Tes dents ne te le pardonneront pas.

  4. Tu as quand même mentionné une fois le non de ORAL B dans une note de 30 lignes… Pour moi, puisque même de guerre lasse et en geignant sur les pressions reçues,tu as fait le biyé : la marque te dois donc un cadeau : au moins une brosse à dents et un tube de dentifrice !…

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers