Faire sourire la Place du Pont – Gabriel Péri

Sourire-place-pont C'est à une reunion sur un dossier lourd que s'est attaqué l'équipe de la Mairie du 7e arrondissement de Lyon dont je fait partie: le dossier de la Place Gabriel Péri, lieu que comme nombre de Guillotins, je persiste à dénommer "Place du Pont", de son ancienne appellation. Cette place, coupée entre 7e et 3e arrondissement a le bonheur d'être un lieu d'échanges et de métissages sans égal, est hélas par ailleurs depuis fort longtemps le théâtre d'une dégradation du cadre de vie.

Comportements inciviques, saleté, jets d"ordures, bruit, squatt, mendicité parfois agressive, cette place par ailleurs agréable au sein d'un quartier que j'aime, si elle n'est ni un ghetto ni un coupe-gorge et si elle est un carrefour unique en son genre, mérite mieux.

Les seules interventions de la police pour déloger les avinés, les excités et les nerveux ou des services de la propreté, parfois plusieurs fois par jour ne suffisent pas.

Entre la volonté de préserver la typicité du quartier et celui d'assurer le bien-être et la sécurité de ses habitants, plusieurs élus du 7e ont monté un groupe de travail auquel nous avons cette semaine associé les polices municipales et nationales, les services du commerce, ceux de la propreté et le Sytral.

Nous allons d'une part installer des plantes dans un lieu qui pèche par trop de minéralité et étendre l'emprise commerciale, pour occuper une partie de l'espace actuellement squatté de façon désagréable en autorisant Casino à installer un stand de jus de fruits et en augmentant le nombre de terrasses. Nous allons, avec les transports en commun lyonnais, réviser les places dans la station de tram, trop souvent salies et occupées au détriment des voyageurs. Nous allons aussi bien sur renforcer nos coordination avec les services sociaux, de police et de propreté, continuer l'étude que nous avons lancé sur les commerces du quartier, pour rendre à cette place un visage plus souriant.

18 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Salut Romain,
    Sans aucune arrière pensée politique, c’est une excellente initiative. J’ai habité 4 ans tout près de la place et effectivement c’est un lieu très particulier. Les commerçants sont très sympa, l’entre-aide est présente, je n’ai jamais eu à ma plaindre de quoi que ce soit même tard le soir, avec des enfants etc.. D’ailleurs, mes enfants qui étaient à l’école Painlevé n’ont jamais eu de soucis. Il règne une ambiance de village, familiale hélas gâchée par certains individus qui profitent pour réaliser toutes sortes de trafics et la propreté laisse à désirer. Si vous arrivez à faire évoluer l’utilisation de l’endroit en faisant en sorte que tout le monde s’y sente bien en respectant et faisant respecter les lieux, bravo !
    Yann perso via Campeo

  2. Romain,
    J’ai du mal à comprendre comment on peut enchaîner la description « Comportements inciviques, saleté, jets d’ordures, bruit, squatt, mendicité parfois agressive » avec ce jugement « cette place par ailleurs agréable »…
    Si je puis me permettre, j’avais également consacré un article au même sujet il y a quelque temps :
    http://fromageplus.wordpress.com/2009/04/21/guillotiere/

  3. Jkr

    Fromage: et pourtant je confirme il y a ces deux aspects. Aprés que la guillotiere donne des boutons a un mec d’extrême droite on le conçoit !

  4. Jkr,
    Bon, on reprend : JE NE SUIS PAS D’EXTRÊME DROITE.
    Je m’en suis déjà expliqué plusieurs fois, j’ai déjà écrit des mises au point à ce sujet. Le nationalisme, le drapeau tricolore, la Marseillaise, Marianne, le FN, tout cela est une vaste pantalonnade ! Je suis patriote si vous voulez, j’aime la France, mais je n’adhère à aucun parti, et je ne vote pas. Et vous savez quoi ? La dernière fois que j’ai voté, j’ai donné ma voix à Ségolène Royal !

  5. Et la Guillotière ne me donne pas de « boutons », comme vous dites. Je fais simplement la description du réel à l’épreuve du portrait idéologique qu’on veut en faire. Si vous trouvez sympa d’habiter une zone où les gens crachent par terre à longueur de journée et dealent derrière les coins de rues, c’est votre droit le plus strict et je le respecte infiniment. Romain Blachier trouve, comme moi, que ce serait plus sympa si les gens adoptaient un comportement moins crade. Ça me permettrait de m’y rendre avec plus de plaisir, notamment pour faire mes provisions de gastronomie chinoise du côté de la rue Pasteur [adresse que je vous recommande, par ailleurs].

  6. Guillaume

    Depuis que j’habite le quartier, je note que l’idée récurrente derrière la plupart des tentatives d’aménagement de la place du Pont est qu’il faudrait en chasser les personnes qui y passent leur journée. Notamment, les vendeurs à la sauvette (grâce à des jets d’eau qui n’ont jamais fonctionné), les dealers (grâce à des caméras mais sans présence policière), les clodos (en retirant les sièges de la station de tram). On trouvera surement aussi une astuce géniale pour les Rroms.
    L’important est que la misère ne se voit pas trop.

  7. @guillaume les jets d’eaux c’est côté 3e…pour le reste non il ne s’agit nullement de cacher la misére mais de permettre à tous de vivre le quartier.
    Je trouve qu’actuellement il est possible, y compris avec les services sociaux d’arranger un peu les choses, y compris et surtout pour les plus démunis.
    @fromageplus : je trouve votre article un petit peu (c’est peu dire catastrophiste) mais il est vrai que l’absence de civisme explique beaucoup de soucis.

  8. radis cale

    @guillaume en même temps il n’est pas normal que tout se concentrer sur cette seule place: vendeurs à la sauvette, dealers, clochards, roms en déshérence etc…la place du pont n’a pas à tout prendre et à ramasser les défaites et carences de l’Etat.

  9. Skipp

    Je vous souhaite bien du courage pour ces initiatives car il est vrai qu’il y a « urgence ». Cela fait un moment que cela traine.
    La réputation de la « place du pont » n’est plus à faire et sera dur à changer. Ancien habitant du cours de la Liberté, je sais qu’elle n’est pas totalement usurpée malheureusement.

  10. C’est un bel emplacement, agréable qui a besoin d’être végétalisé, c’est certain.
    On ne pourra guère empêcher les populations issues de maghreb de cracher par terre c’est dans leur culture.
    Avoir pour projet que le plus grand nombre puisse y trouver son compte, c’est un beau projet qui s’inscrit dans l’intérêt général.
    Pas si courant de nos jours : l’intérêt général.
    Félicitations.

  11. Jacques Erreur

    ça bicrave toujours du zetla dans le coin ?

  12. hamissia

    Pour frayer dans le quartier deux, trois fois par jour et plus, je peux vous assurer que les populations du maghreb ne crachent pas toutes par terre.
    Quant aux dealers et à la prostitution, que celui qui n’en a jamais vus dans les autres arrondissements me jette (pas trop fort quand même)la première pierre.
    Sinon la place a un potentiel et tous ceux qui la fréquente apprécieraient qu’elle soit valorisée.

  13. @hamissia : oui la pratique est bien loin d’être générale je le confirme.

  14. Patural Serge

    Pour connaitre la problématique et l’histoire de la place du Pont et de ses hommes debout ,lire l’excellent livre illustré qu’avait produit la Collection Autrement sous la plume d’Azouz Begag .
    Depuis l »époque du Dauphiné , la place du Pont était le lieu d’entrée à LYON , le lieu de tous les trafics, de la prostitution,le lieu d’arrivée des vagues successives d’émigration avec leurs lieux de retrouvailles .Je suis très heureux d’habiter à proximité.Pour le 8 décembre , sur la Place Ballanche il y avait un spectacle représentant ces hommes debout organisé par la mairie du troisiéme .

  15. Battling

    Magnifique quartier, une des âmes de Lyon, endroit en tout point pittoresque.
    Souvenir d’une grande douleur en assistant à la création du Clip (qui a défiguré l’endroit) avec toujours à l’époque cette volonté de cacher la misère, derrière béton et verdure en supputant qu’elle sera bio dégradable. Misère qui d’ailleurs se fait itinérante sur 300 mètres pour se décaler près du métro Guillotière – côté rue de Marseille, en début de la grande rue, ou tout simplement plus loin rue Paul Bert.
    Réelle difficulté d’améliorer cet existant sans entrer en confrontation directe avec les habitants et les usagers du lieux.

  16. Excellente nouvelle de savoir que le conseil municipal se penche sur cette question! Les mesures annoncées paraissent prometteuses, MAIS je serais curieux de savoir si la mairie du 3° est associée à la réflexion.
    En effet, le « problème » de la place du Pont me semble tenir en grande partie au fait qu’elle est actuellement un vaste espace « inhabitable »: côté 7°, elle est étroite, encaissée, coupée en deux par la station de tram, trouée par l’entrée du métro, desservie par un « relief » (les marches rue de Marseille) qui renforcent son côté entonnoir. Puis il y a la saignée du cours Gambetta, comme un fleuve toujours chargé et, en face, le désert de l’esplanade du gros machin arrondi qui crée une étendue vide et sans vie.
    Bref, il y a un problème global, qui est un problème d’urbanisme, créé par suite de décisions à mon avis peu avisées. Il me semble que seule une approche commune entre 3° et 7° peut rendre la place du Pont à tous ses habitants…

  17. romain blachier

    @philarete : concernant le dévellopement du commerce l’étude est commune. Concernant le reste, l’approche tient de l’hyper-proximité (emprise commerciale) nul besoin d’une approche commune. Concernant les transports, il s’agit avant tout d’une coordinnation sytral. Concernant la sécurité, l’approche est soit globale soit hyper localisée. De façon générale il est évident que nous allons nous coordonnées mais la situation de la place et ses problémes sont très divers selon les deux côtés.

  18. Merci pour les éléments précis de réponse! Je retiens l’approche commune pour le commerce (le côté 3° me semble à certains égards le plus mal loti, à cause du bidule rond…). Et je retiens aussi que les problèmes sont très différents selon les deux côtés: ça tend à suggérer, pour moi, que cette place est « ratée » (elle fait frontière plutôt que carrefour…) — ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire pour l’arranger!

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers