Pourquoi je prend une cure d’arrêt de Twitter

Twitter-birdChristophe Logiste les a abandonnés définitivement, Pierre avait fait une cure d'abstinence, Thierry est encore allé plus loin. D'autres n'en sont jamais revenus. Je parle des réseaux sociaux et de la coupure avec eux qu'on effectué certains. Moi je serais plus modeste et dans le volume et dans la durée. Je couperais seulement twitter et moins longtemps. Cela fera toujours des vacances à certains !

L'idée m'est venu de conversations la semaine passée sur mon usage de twitter avec des proches au Tandoor sympathique restau indien du nord  de Lyon 7 puis qui s'est poursuivie à l'Indo Café.

Professionnel, professeur aussi de temps à autres, dans le domaine web social, l'utilisant également dans mon activité d'élu local autant que sur un plan perso, je parlais de Twitter, de son côté à la fois rapide à utiliser mais pouvant devenir vite très chronophage, des trolls, des clashs, des copains, des concurrences, des égos,, de sa qualité ou non d'outil de communication, des soucis en plus (certains me confondant des fois avec le community manager de la ville, du grand lyon, du département, de la région et de l'Etat reuni !) des avantages de l'outil, de ses rencontres, de ses défauts, de l'expertise à portée de main, des anecdotes de pénibles (je vous en avait donné un enchantillon ici) des coups de coeurs, ses copains , du stress, ses événements, dans une vie qui en compte déjà trop etc…

C'est la que nous nous sommes dit que j'allais stopper twitter une semaine. Pour voir. Et cette semaine est parfaite, même si à cause d'un projet pro, je ne pourrait pas arrêter en même temps Facebook. Et que toujours à cause de ce projet, que je ne pourrait pas, pour l'instant, arrêter Twitter plus longtemps.Ah et je continuerais à bloguer.

Cela me permettra de voir

1-Quelle est la place qu'a pris Twitter au quotidien, dans mes envies, mes humeurs, dans mon esprit.

2-Voir si, ce réseau social qui s'interpose dans quelques moments de libre (transports en commun etc…) d'un emploi du temps très chargé, me manque, change un peu mon rythme de vie.

3-Voir si la carence de l'outil provoque une moins forte information chez moi, ce que cela apporte, enlève, si j'y gagne ou perde en productivité, en agrément personnel.

4-Le rapport au temps et sa manière de le voir,  de le combler dans ses mini creux d'une ou deux minutes (quand on attend le bus ren retard par exemple), de le gérer.

5-Ce que cela change dans le rapport avec les autres sur Twitter, hors Twitter etc…

6-Ce que cela change dans la maniére pour moi d'observer les réactions diverses en ligne.

Cela me fera des vacances à moi et aussi j'en suis sûr à certains! Remarquez je continuerais, via l'automatisation du flux de mes blogs, à envoyer automatiquement la production de mes carnets virtuels sur le réseau social. Et cela amenera à une bonne chose: il faudra réagir sur le blog à mes billets et non sur Twitter, ce qui n'est pas forcément le meilleur lieu pour commenter correctement un article. Il faudra aussi que j'enléve mes applications diverses sur mon portable, mon Ipad, mes ordinateurs. A tout bientôt sur Twitter donc.

10 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. C’est malin de partir de Twitter au moment où je reviens moi-même après ma « cure d’abstinence » ^^

  2. n’était-ce pas trop de toute façon que de multiplier ces réseaux ? et puis twitter limite l’expression au contraire du blog et même de facebook. On peut penser à Orwell, limiter les moyens et le cadre de la pensée, permet de la limiter tout court. Je ne sais pas comment tu fais pour passer autant de temps sur le net, et c’est vrai pour moi, aussi, c’est ma principale fenêtre sur le monde. Par contre, je n’ai jamais pu me mettre à twitter, car je n’ai pas besoin de cette réactivité, je préfère disposer d’un peu plus d’espace sur d’autres medias. Entre les téléphones portables, twitter, ne faut-il pas faire une pause et donner du temps au temps, prendre le temps d’approfondir ?

  3. Avec une semaine tu n’auras pas vraiment le temps de trouver tes réponses, c’est trop court 😉 De mon expérience je dirai que c’est après 2-3 voire 4 semaines qu’on commencent à vraiment se rendre compte de ce que ça change dans notre quotidien (par quoi on a remplacé, etc.)
    Twitter c’est avant tout une habitude et du coup comme tu sais que ta coupure ne dure que quelques jours c’est assez simple de s’en passer complètement. C’est comme partir en vacances sans web, c’est ‘facile’ mais ça l’est moins de quitter le web pour une longue période.
    Mais ça peut être une première tentative pour voir en effet, perso j’avais un premier essai d’un mois sans Twitter l’an passé pour cette fois couper tous les réseaux sociaux. Et au bout de 5 semaines je suis très content d’avoir franchit le pas et il y a en effet très peu de chances que j’y retourne (mais il ne faut jamais dire jamais).
    Bonne expérience en tous cas 😉

  4. Gbat12

    Expérience intéressante même si 1semaine est un temps court (beaucoup coupent pendant leurs vacances) ; pour moi, Twitter est un outil d’alerte info qui a remplacé Google Actu donc pas simple de s’en priver ! Par contre, pour 1 sem, quel intérêt de supprimer les apps ? Il suffit de ne pas les lancer 😉
    Tu nous raconteras ta cure de desintox (mais l’actu est une bonne drogue !)

  5. romain blachier

    ce dynamisme, cette réactivité ne manquent parfois pas d’attraits

  6. romain blachier

    😉

  7. romain blachier

    Chris, exact, une semaine c’est court mais je n’ai pas le choix. C’est en effet une première expérience. Déjà depuis hier je me rend compte de certains réflexes/

  8. romain blachier

    Les applis se réinstallent facilement et donnent aussi facilement le réflexe de se connecter. Autant faire disparaitre cet instinct la pour l’instant 😉 Une semaine c’est court tu as raison 1-mais je n’ai pas le choix de plus long 2-c’est une première expérience.
    bien à toi

  9. Ménilmuche

    Mouais… Stopper touiteur en poursuivant fessebouque pour raisons professionnelles, je veux bien, mais ça me semble comme cesser de picoler avec des potes et faire des repas arrosés pour raisons professionnelles, non? #jdcjdr car je ne me sers quasi pas de FB, juste pour piocher des rendez-vous ou des communiqués, donc uniquement « à but professionnel », comme tu dis. Mais en décroche à chaque fois que j’éteins mon Mac, car volontairement je ne l’ai pas installé sur mon téléphone.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers