Farandoles

Comme souvent mon billet du vendredi est un florilège, un mélange, une salade composée, une auberge espagnole.

Celui-ci ne fait pas exception à la règle, il est question de blogs,de police municipale, du 1er mai, de Georges Marchais.

Entrez donc dans la danse, faisons la farandole.

Blogs lyonnais:Robert Marmoz est, comme il l’a dit, sorti du bois en ce 30 avril, jour de la Saint Robert.Sébastien Perros qui avait donné des vacances à son blog jusqu’à la même date n’est pour sa part pas encore reparu dans la blogosphére politique locale.

Mais la réapparition de Robert, si elle s’est traduite par un long billet plein de vie risque de n’être que de courte durée puisque, comme il me l’a dit dans un coup de fil qu’il m’a passé au cours de la même journée, le carnet virtuel qu’il anime pourrait bientôt être mis définitivement en sommeil.Dans ce paysage un peu en sommeil, l’apparition du blog un peu en vrac de Fix Penicaud ne peut qu’apporter la fraicheur salutaire d’un rosé de printemps.

Police municipale:Ai échangé ce mardi avec M.Zazoui, chef de la police municipale du 7e.La conversation fut fructueuse et sympathique, d’autant que nous nous connaissions un peu avant que je sois élu.

Les dossiers évoqués ont évidemment quasiment uniquement porté sur les questions de commerces, de terrasses, de cohabitation des uns et des autres.Sur ce dernier point, les mois qui viennent vont être particulièrement sensibles puisque la loi sur le tabac, importante en matière de santé publique, provoque aussi des attroupements parfois un peu bruyants la nuit devant les bars et que par ailleurs les terrasses d’été, en particulier celles sur stationnement commencent cette année le 5 mai et non le 30 juin.La mesure est intéressante puisqu’elle va contribuer à davantage d’animation dans nos quartiers ainsi qu’a une activité économique accrue ce dont je me félicite.

Elle demandera aussi aux uns et aux autres des efforts en matière de contrôle des nuisances sonores et de tolérance pour cohabiter dans le respect de chacun.Je sais là-dessus pouvoir compter sur mes collègues Zorah Ait-Maten (sécurité) sur Bruno Charles (Ecologie Urbaine), sur les polices municipales et nationales mais surtout sur l’esprit de responsabilité de nos concitoyens.

1er Mai:Un défilé du premier Mai agréable cet année et dans la bonne humeur.Pas mis mon écharpe tricolore pour manifester.Je considère en effet que c’est bien davantage en tant que militant PS qu’en tant qu’élu de tous les habitants du 7e que je vais manifester dans ce grand rassemblement de la gauche.Je n’exclus pas de la porter à l’occasion pour certaines causes mais en l’occurrence je ne trouvais la chose à la fois peu utile et pas forcément très loyale vis à vis de ceux de nos concitoyens qui ont porté de nouveau Jean-Pierre Flaconnèche et Gérard Collomb aux responsabilités, par-delà parfois leurs convictions politiques nationales.
Un autocollant frappé du poing et de la rose sur mon pull suffisait amplement comme décorum.Pour certains ce fut aussi l’occasion d’évoquer les cantonales dans le 5e.A la sortie, pris un petit brin de muguet, frais et racé, pour Alexandra.

Georges Marchais:Jamais vraiment connu cette figure de la scène politique française des années 70-80 dont on faisait le portrait ce jeudi sur France 2.Je me souviens, étant pré-adolescent, que je croyais que l’accent si caractéristique, si souvent imité, était russe… L’analogie venait, vous vous en doutez, d’une confusion d’avec ce qui était encore à l’époque le grand frère soviétique,méga-puissance que les plus jeunes de mes lecteurs n’ont pas forcément connu.Elle venait aussi sans doute de l’inféodation très forte que se mis à avoir Georges Marchais vis à vis du bloc de l’est à partir des années 80, lui qui fut au départ le chantre d’un communisme français de chez français.

La premiére campagne communiste dont je me souviens c’était celle de Lajoinie en 1988 pour les présidentielles.Le bloc de l’est existait encore même si la soif de liberté de la frange orientale de la future nation européenne (si moi je n’y crois pas à cette nation européenne à venir, qui y croira ?) faisait déjà pâlir parfois l’étoile rouge des dignitaires.Le PCF était, lui, déjà, dans un slogan défaitiste: "Votez par millions pour le candidat communiste et ça comptera!".

Marchais, qui pourtant avait acquis une certaine réputation dans l’art du bluff même en cas de coup dur, ne disait pas autre chose en meeting.On sait la suite, le premier score à un chiffre d’un candidat communiste au présidentielles, le premier d’une série…Marchais fut pour des millions de français une figure connue et appréciée, pour d’autres un vrai repoussoir.Il fut certes une figure connue, sincère sans doute dans son engagement mais par ses zones d’ombres, ses erreurs, ses compromissions coupables avec l’indéfendable, il fit chuter son parti et cela bien avant la chute du Mur de Berlin.

2 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. FixPenicaud

    Blog en vrac mais auteur droit sur une patte (l’autre est gauche), va pour une tournée supplémentaire de rosé, ça ira bien au teint de mes joues.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers