communiquer

Jouyet: De la communication gouvernementale

Quand deux responsables UMP complotent l’un contre l’autre c’est la faute des autres

communiquerL’affaire est quand même incroyable:François Fillon, ancien Premier Ministre et responsable UMP parle au secrétaire général d’un Président de la République membre du PS des fautes vis à vis de la loi d’un autre responsable UMP, Nicolas Sarkozy, ancien Président, et lui demande que justice soit rendue plus rapidement. Le secrétaire général et le Président PS refusent alors de faire pression sur les juges pour déstabiliser un adversaire, pourtant puissant.

Et au lieu de s’en prendre aux manœuvres de Monsieur Fillon, aux fautes vis à vis de la loi de Monsieur Sarkozy, qui présida pourtant la République, on dénonce ceux qui ne sont pour rien dans ces histoires,  à savoir le secrétaire général et le Président PS.

Oh on pourrait croire que je fais le coup du méchant UMP/gentil PS comme font à l’inverse sur le thème du méchant PS/gentil UMP les  si subtils Morano ou Balkany nationalement ou les Havard et Berra localement. Encore faudrait-il d’ailleurs que Jouyet, qui a d’ailleurs servi des gouvernements de gauche comme de droite soit au Ps.

Mais Il faut surtout voir tout de même que côté UMP on a un ancien 1er ministre et un ancien Président qui se tirent la bourre, croyant que comme à leur époque, la justice est ici pour régler les ardoises des politiques. Et puis qu’on a un ancien Président de la République qui souhaite mener l’opposition tout en ayant pas moins de onze affaires (et beaucoup d’argent du contribuable) judiciaires qui le concernent.

Jouyet: une erreur de communication typique d’un fonctionnement trop fermé

Mais non je ne fais pas le méchant contre le gentil.  Jouyet est-il innocent dans cette affaire? Sur le fond oui entièrement: il a refusé de céder à une demande de François Fillon, préférant laisser la justice étudier les différentes infractions commises par Nicolas Sarkozy. C’est le plus important. Le fait d’en avoir parlé à des journalistes accrédite d’ailleurs ce fonctionnement vertueux, qui tranche avec l’interventionnisme de la période Sarkozy.

Sur la forme il a par contre été d’une stupidité sans non: on a le droit de vouloir être discret sur un échange mais il n’est pas malin de nier une conversation qu’on a soi-même confié à des journalistes en les laissant d’ailleurs enregistrer cette même conversation! Si Jouyet est coupable d’une faute c’est de ne pas savoir communiquer. C’est d’ailleurs une faute assez commune de ce gouvernement et des élites françaises de gauche, qui pensent qu’un bon diplôme obtenu à 25 ans vaut talent dans tous domaines et à tous moments. Et remplace l’engagement militant. Ce qui est fou, c’est que l’on pense à ce point qu’aller chercher ailleurs sera toujours meilleur.

Jouyet n’est pas le seul à se tromper dans sa communication mais à ce niveau c’est une faute. Une faute lourde comme on n’en commet pas dans des métiers bien moins à responsabilité. Une faute qui laisse à merci d’un troisième homme. Comme il y en a un certain nombre dans le domaine.

L’erreur de communication réalisée lors du début de l’entretien du Président de la République la semaine passée en acceptant une longue séance vie privée ou le passage de la pourtant surdouée Fleur Péllerin sur la littérature ne s’expliquent pas autrement. Il faut à la France des têtes bien pleines mais il faut aussi communiquer correctement sur ce bien plein. Faire l’ENA prépare de grands serviteurs d’Etat. Mais prépare-t-il toujours à communiquer, même si de grands communicants en sont parfois issus ? Et puis, si le diplôme est un indicatif, doit-il être le seul sésame reconnu de la compétence et de l’intelligence?

C’est aussi une des fautes de ce gouvernement que d’avoir souvent mis à des axes de communication des gens dont ce n’était ni le tempérament ni le métier. A de remarquables exceptions comme Romain Pigenel, Mehdi Mebarki et quelques autres.

Communiquer est majeur, surtout quand une part de la presse (dire « la » presse en général est aussi stupide que de dire « les politiques ») s’intéresse hélas désormais autant à l’habileté qu’au fond.Ce qui est sans doute un souci. Mais on sent à la fois des incompétences et des fermetures dans ce fonctionnement là. Alors qu’il faut ouvrir.

Pourtant des fois, comme par exemple en ce 11 novembre, je me dit qu’il y a parfois de quoi espérer: avec un discours changeant du passéisme habituel de l’exercice commémoratif, le Président a failli me faire oublier que je n’aime pas cette commémoration là.  Il doit y en avoir un qui doit savoir encore un peu communiquer là.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers