Ma chronique sur Lyon Mag « La douceur du croire sans le fracas de la division »

logo-lyonmagC’était dimanche et j’étais en train de lire une bible en ligne aux heures où les professionnels de la nuit lyonnaise souhaiteraient étendre les horaires du métro le jour du shabbat.

C’était en écoutant un peu du génie protestant de Bach, un Bach dont les suites en violoncelles étaient peut-être interprétées par des mains peut-être athées, juives, taoïstes qui sait?

C’était donc dimanche, sous mes yeux donc « Le paresseux se croit plus sage que sept hommes qui répondent avec bon sens » (prov 26.16) quand un pop-up est apparu subitement et m’a balancé sur une page violemment opposée au « mariage gay ».Interrompre ma méditation religieuse au nom de la religion, voilà qui ne manque pas de sel mais qui est révélateur de notre climat français.

Il y a bien sûr ces questions des semaines passées, avec la passion cristallisée autour du mariage pour tous qui sera, c’est heureux, voté par la majorité ce jour après une procédure accélérée en deuxième lecture pour mettre fin à un psychodrame qui dure. Je me demande toujours quelles auraient été les réactions de nos amis Cochet, Fenech, Havard, Meunier etc… si des imams et non des émules d’une version dure du catholicisme avaient bloqué des rues pour manifester contre le gouvernement ou avaient conduit une émeute contre une journaliste dans une gare…
La laïcité de nos amis de droite est souvent à deux vitesses…

Il est d’ailleurs inquiétant, concernant l’Islam, que celui-ci soit systématiquement abordé sous l’angle de l’intégrisme. Autant, mes lecteurs le savent, j’ai une opposition viscérale contre la burqa et j’avais trouvé à l’époque le groupe socialiste plutôt tiède sur le sujet, autant je suis opposé au voile à l’école (mais comme au ritualisme religieux de façon générale, y compris chez les protestants, ma confession de choix), autant cette manière de systématiquement interpeller chaque musulman sur un plateau télé pour l’interroger,lui demander de se justifier sur un catalogue des horreurs terroristes me choque profondément.

Lire la suite de « La douceur du croire sans le fracas de la division » sur le site de Lyon Mag.

 

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers