Il est toujours curieux de voir comment les choses s’emballent. Ce week-end mes amis de Mediatone organisaient leur traditionnel festival du Reperkusound où j’ai eu le plaisir de me rendre hier soir, entre vieux et nouveaux amis, retrouvailles de têtes connues et rencontres d’artistes (spéciale dédicace à Marina P très sympathique en plus d’un talent certain), un Stand High Patrol décevant et mal réglé et un Vitalic qui faisait du bien.

Vendredi le festival avait défrayé la chronique, hélas pas sur le plan musical puisque, sur les presque 15 000 personnes qui fréquentent l’événement chaque année, un individu qui avait trop bu avant, avait décidé de ne pas payer et de contourner les barrages de sécurité en voiture avant d’être arrêté. Sortant du véhicule en titubant l’homme aurait déclaré en bredouillant sous l’effet de la mauvaise vodka qu’il était un terroriste. Avant d’aller passer un tour bien mérité au poste après s’être débattu tout en oubliant pas de déféquer dans le véhicule de police.

Reperkusound : Quand le Progrès transforme un paumé amateur de vodka en terroriste international

La chose aurait pu s’arrêter là, à ces désagréments qui ponctuent souvent les soucis des organisateurs si une partie de la presse lyonnaise n’avait pas décidé de relater les choses de manière dramatique. Le Progrès parlant de panique sur fond de terrorisme. Oui fond de terrorisme. Pour un paumé qui, bien sûr, devra répondre de son comportement. Au passage le quotidien « oublie » de préciser que l’individu était plus qu’ivre.

Aussitôt les autres titres de presse embrayent sur la base de l’information mais tout en étant quand même souvent plus précis, même si Lyon Capitale titre sans doute plus que trop dramatiquement qu’il y a la crainte d’un attentat au Reperkusound. La machine s’emballe encore, le député de Villeurbanne Bruno Bonnell, là encore sur la foi de l’article du Progrès, lance un communiqué solennel. Et puis on vois poindre ça et là les petits complotistes habituels qui essaient de faire passer notre amateur de vodka bas de gamme pour un disciple de Daesh mais « chut on nous cache tout ».

A noter au passage que le journal n’a pas jugé bon d’appeler les organisateurs. Ni que côté politique personne ne l’ai fait non plus (je suis d’ailleurs le seul élu visiblement à être passé à l’événement et pour d’autres raisons que celle-ci) avant de réagir. Sinon je vous ai dit que hier soir c’était bien le Reperkusound, entre vieux et nouveaux amis, retrouvailles de têtes connues et rencontres d’artistes (spéciale dédicace à Marina P, très sympathique en plus d’un talent certain), un Stand High Patrol décevant et mal réglé et un Vitalic qui faisait du bien.

Ah oui je l’ai déjà dit.