Daniel Cohn-Bendit a raison sur la gauche et les présidentielles

Je réponds en retard à la question de Yann. Celui-ci avait évoqué les propos de Cohn-Bendit de la semaine passée dans le JDD. Le député européen avait déclaré "Je ne vois pas la gauche gagner et je ne vois pas Sarko gagner ! Sarko est fort et en face, on peut tout faire pour un suicide politique collectif de grande ampleur" et affirmé que DSK était le meilleur pour candidat pour. la gauche.

Yann avait conclu:

"Dire n'importe quoi pour ne plus être n'importe qui, serait-il devenu le credo de Cohn-Bendit ? Je ne doute pas que les propos de Dany le Rouge ne manqueront pas de faire réagir dans la blogosphère de gauche comme de droite."

Je réagis donc, sachant que j'apprécie énormément Cohn-Bendit, qui est avec DSK et quelques autres, l'un de ceux vers qui en politique vont ma sympathie. Le député Europe-Ecologie/Les Verts est peut-être pessimiste mais il n'a pas tort. La gauche, alors qu'elle est en bien meilleure forme qu'avant, garde une vraie capacité à perdre.

Je pense par exemple que 2002 ou 2007 étaient des échéances gagnables mais que c'est autant mon camp qui est responsable de sa propre défaite que la droite qui a gagné.

Une piqure de vigilance, même teintée d'un peu d'insolence, si loin de l'échéance, est plutôt un appel au refus d'indolence. Par ailleurs, cela ne surprendra personne, son soutien, réitéré, à DSK, me semble bien évidemment pour ma part, partir de l'essence du bon sens !

Je vous laisse avec la vidéo du dernier discours de Dany au parlement de l'Union Européenne. Ah et je transmet la chose à des blogs de droite tiens pour leur demander à eux aussi ce qu'ils pensent des propos de Cohn-Bendit.



13 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1.  » La gauche, alors qu’elle est en bien meilleure forme qu’avant, garde une vraie capacité à perdre.  » Je crois que tu résumes bien la gauche actuelle. De réels progrès et efforts ont été fait depuis 2077 où le PS était quand même au plus bas, mais c’est vrai qu’il manque toujours une cohérence qui l’empêche de l’emporter.

  2. romain blachier

    Il manque une cohérence ? Développe…

  3. David Desgouilles

    A propos de cette vidéo, je ne suis pas d’accord avec DCB.Je reste sur la citation du Général de Gaulle qui disait qu’on reconnaissait les Etats et non les régimes. C’est aux peuples de se libérer seuls. L’ingérence est un néo-colonialisme. C’est d’ailleurs ce qu’ont fait les Tunisiens et que rappelait le cinéaste Tarik Ben Ammar.

  4. Et bien actuellement l’image du PS est pas celle d’un PS uni. Après 2007 il y a eu les élections du nouveau secretaire où 2 gros « clans  » se sont formés, après ça allait mieux, et maintenant avec les primaires, le PS est encore divisé. Par exemple Manuel Valls et les 35h (bien que je sois d’accord avec l’idée de débat et de ne pas rester à un anti sarkozysme primaire) : du coup chaque candidat déclaré ou presque tente de montrer qu’il est le meilleur, et les militants ne sont pas rassemblés autour d’une personne ou autre. Au niveau de la droite, il y a plusieurs personnalité, mais chacune est en accord (globalement) avec les idées et propos des autres. Il faudrait harmoniser en qques sortes les paroles de grandes figures du PS.

  5. « du coup chaque candidat déclaré ou presque tente de montrer qu’il est le meilleur » Cela me semble assez logique en période d’élection interne, ce qui n’empêche pas après de faire campagne commune comme H.Clinton et Obama l’ont fait. Ou faut-il désigner arbitrairement l’un ou l’autre pour représenter le PS ? Je ne crois pas.
    « Par exemple Manuel Valls et les 35h  » L’UMP s’est bien plus divisée que le PS sur les 35 heures à l’occasion de la sortie de Valls. Dans le cas des socialistes, tu as une personne marginale dont tout les autres ont dit qu’il avait affirmé une bêtise, de l’autre une dispute durable entre le président du parti présidentiel et plusieurs ministres du gouvernement issus du même parti! On est loin d’un accord global sur les idées dans ce domaine comme dans d’autres.

  6. Briavel Gouëdic

    Je rejoins @David Desgouilles même si la déclaration de MAM à l’Assemblée nationale était totalement indigne …
    Pour ce qui de DCB, il utilise le Parlement comme une tribune pour nous faire part de ses indignations mais il n’a jamais eu le courage d’aller au bout de ses engagements pour conquérir le pouvoir et essayer de mettre en exercice ses idées …
    En ce qui concerne DSK, les médias nous refont le coup de la Dame du Poitou mais je ne suis pas persuadé qu’il soit choisi par les militants et sympathisants du PS.
    Au cas où il serait le candidat du PS Je serai très étonné qu’il reprenne in extenso le projet de Bisounours préparé par Hamon et ses acolytes …
    Le syndrome du « 21 avril » ne m’inquiète pas s’il se reproduisait à l’endroit ou à l’envers, cela signifierait que le président élu devrait faire appel à toutes les forces politiques de l’arc républicain pour composer un gouvernement et convoquer une assemblée constituante …

  7. rahan

    Il y a eu plusieurs conventions, toutes ont été intéressantes et mais toutes n’ont pas été faites par Hamon. Il y a un projet socialiste en tous cas, ce qui n’est pas le cas pour l’UMP.
    Pour l’arc républicain, c’est cela qui est bisounours. Il y a des différences sur le plan social et sociétal entre la droite et la gauche qui sont sérieuses. Alliot-Marie n’est pas Montebourg, DSK n’est pas Estrosi…

  8. Briavel Gouëdic

    @Rahan : le gouvernement dont je parle n’aurait comme prérogatives que d’expédier les affaires courantes jusqu’à ratification d’une nouvelle constitution …

  9. Bien sûr que c’est normal en période d’élection interne, et je critique pas ça, je dis juste que du coup pour une bonne partie des gens, ça donne un peu l’impression qu’il se tape tous dessus, et donc il faudrait pas que ça dure trop longtemps car après ça va être dur de se montrer uni, en soutien total avec un candidat pendant la campagne face à la droite.

  10. romain blachier

    Oui enfin ça fait pas rêver…

  11. romain blachier

    Voila. Mais n’oublions pas que bien géré, tout cela peut bien se passer. Et que les division à droite sont réelles.

  12. Je manquais un petit peu de matière pour faire un papier entier sur la question. Du coup, je poste ma réponse sur ton blog.
    Petite précision : en aucun cas je ne me considère de droite (ou de gauche d’ailleurs). M’étant construit idéologiquement au début des année 1990 lors des débats sur l’autre politique et sur le traité de Maastricht sous la double influence de Jean-Pierre Chevènement et Philippe Séguin, ce clivage m’est étranger. Je suis gaulliste. Point.
    Je n’ai aucune sympathie particulière pour Daniel Cohn-Bendit, trublion libéral-libertaire supranational qui soutient tout ce qui a mené à la grave crise de 2008. Son attitude souvent irrespectueuse lors des débats médiatiques ne me plaît guère également. Sa déclaration sur les présidentielles n’a pas grand intérêt : « Je ne vois pas Nicolas Sarkozy gagner un nouveau mandat mais je crois que la gauche n’a pas élection gagnée non plus ». Son soutien à DSK me semble néanmoins logique.
    Son discours au Parlement Européen n’est pas inintéressant, mais cette indignation très politiquement correcte ne débouche pas réellement sur des propositions solides, comme s’il n’était qu’un commentateur de la vie politique. Faut-il s’ingérer dans les affaires des pays pour soutenir les transitions démocratiques ? A titre personnel, je ne le crois pas car l’ingérence est le plus souvent un habillage commode de la loi du plus fort, comme le souligne justement Jacques Sapir.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers