Désir d’Avenir, le minitel 2.0

Minitel

Ségo, avec des budgets pareil, téléphone-moi, avec des potes on peut te trouver des trucs bien. On peut te sauver vite, tu sais, y'a urgence. Et nous promis, on te mettra pas de liens cassés et on insérera au moins un ou deux meta keywords !

Parce que ton nouveau site, desirdavenir.com, à ne pas confondre (quelle lisibilité) avec desirdavenir.org,(edit ah ben non, c'est devenu la même chose, après un temps de latence où y'en avait deux distincts)  que t'as fait l'étrange agence de com de ton chéri:

C'est laid

Ca a coûté prés de 42000 euros

Ca rappelle irrésistiblement les vieilles pages multimania flashys des années 96-97

C'est bourré d'affichages d'erreurs 500 ( problémes internes du site)

Tu es aussi floue sur ta vidéo qu'un pilier de comptoir après une dizaine de pichets de Mâcon

En fait plus je regarde plus c'est pas beau

Et que enfin ça a un petit goût de minitel en 2009 quoi. Pas très d'avenir tout ça.

33 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Oui on peut s’arranger, on a des bons prestas ici.

  2. Kevin Garnerin

    t’as du bol d’en rire. Moi, j’en ai vomi. 42000€ pour cette merde… WTF !

  3. martin

    ça casse les nanas et ttes les nanas ici, droite et gauche confondues. C’est beau!

  4. clauclau

    @martin: t’es con ou quoi ? quel rapport avec les femmes ? Désir D’avenir est une bouse, faite par le MEC de Ségo. Et quelle bouse.

  5. hamissia

    minitel …rose

  6. je n’y connais rien en design web, mais ça m’a effrayé
    Comme disait un journaliste sur RTL ce matin, on dirait les témoins de jehovah

  7. mateo

    désirs de loose. carrément nul, has been. bref la loose total, ce site n’en est pas un.
    quel retour en arrière

  8. fred (lol)

    Et sur le fond, le PS va porter plainte contre les auteurs du livre pour diffamation?
    Une nouvelle procédure de vote sécurisé va être mise en place?
    Ah non pardon, on s’en fout, on reste socialiste entre nous pour rire entre nous et médire entre nous.
    Franchement, je ne suis pas la première des royaliste (loin de là) mais sa prestation d’hier sur TF1 lui fait marquer des points importants pour la future primaire aux yeux de l’opinion de gauche.
    Et cela m’inquiète davantage que le niveau de son site, « drôlement » ringard comme tu le soulignes, mais qui reste un média anecdotique par rapport à un passage au 20h de TF1…

  9. @fred(lol) sait pas je regarde pas TF1 et hier j’étais à la rupture du jeune à Gerland. C’était sympa.

  10. fred (lol)

    Très sympa bien sûr!
    Mais moins qu’à la mairie centrale à ce qu’on peut lire ici ou là…

  11. Jérémie S.

    Ségolène Royal et sa bande : désir d’avenir ? Non.
    Martine Aubry et sa clique : désir de passé ? Oui.
    Conclusion: bonnet blanc et blanc bonnet.

  12. zaurait pu investir dans une caméra digne de ce nom, le Dédé d’amour.
    On a pas fini de ramer…
    Envoie-moi un mail pour le 22

  13. Henri

    Encore une fois Ségolène n’aurais pas du mélanger amour et boulot. La dernière fois cela la desservi avec Flamby. Ah Ségolène erraré humanum est persevaré diabolicum.

  14. Ce qui me choque le plus dans la présentation de ce site, c’est le nom désirs d’avenir qui vient en contradiction complète avec le fond du site qui s’apparente à un coucher de soleil.
    C’eut été l’aurore encore; on pouvait imaginer que le jour se lève sur du nouveau, mais là c’est le crépuscule qui arrive.
    Pour le reste, je n’ai aucune compétence.

  15. Jérémie S.

    Les socialistes, comme a dit Jean-Michel Aphatie ce soir sur Canal +, vivent dans un déni de la Réalité.
    Quand on voit, sur ce site et ailleurs, les partisans d’Aubry traiter le problème de la fraude d’un revers de main, c’est affolant. Pour des démocrates patentés et qui font la leçon à tout le monde, on atteint des sommets dans la contradiction et le ridicule.
    Je suis d’accord avec Fred: « Ah non pardon, on s’en fout, on reste socialiste entre nous pour rire entre nous et médire entre nous. »
    Mais, j’irai plus loin, ça veut dire quoi socialiste aujourd’hui? Les socialistes ont-ils le monopole du coeur au point qu’on leur passe leurs petits arrangements avec la démocratie? Quel nouveau nom donner au parti socialiste pour être enfin « dans le vent »?

  16. Kevin Garnerin

    @jérémie : le socialisme signifie la même chose qu’à sa création. Le souci vient du fait que ceux qui doivent l’incarner ne respectent plus les valeurs fondamentales du mouvement et de l’idéologie (ex: partage et redistribution des richesses, partage des responsabilités, respect de la propriété individuelle, quête de l’Egalité, respect de la Liberté de tous et de leur sécurité, soutien aux travailleurs de tous les secteurs d’activités sans distinction de métiers et de rangs hiérarchiques, soutien intergénérationnel et réduction des inégalités sociales, favorisation de l’éducation et de la formation, respect du Droit et du vote des citoyens, défense d’une justice et d’une presse impartiales, séparation entre la sphère privée et la sphère publique, défense des droits de l’homme et du droit à la différence, promotion et défense de la laïcité, lutte contre le prosélytisme, stimulation et valorisation de la démocratie et l’humanisme, etc.).
    Solferino donne une image déplorable du Socialisme et Royal ne redresse pas l’image. Et il arrive qu’au niveau local le Socialisme ne soit aussi qu’un prétexte pour briguer des mandats. Il est dommage que bien trop de monde confondent Socialisme et Parti Socialiste (malheureusement identifié à quelques vieux fossiles trop médiatiques et tout sauf socialistes).
    Le PS est devenu,au niveau national, une aristocratie ploutocrate et élitiste. Bien que militant, il me donne de plus en plus envie de gerber, depuis que Jospin a fui comme un lâche, que Royal a été plombé par son propre camp en 2007, qu’Aubry a volé les militants, que Royal a tourné le dos à ceux qui l’ont soutenu et j’en passe. Heureusement que localement les choses sont moins graves… C’est pas drôle d’être militant PS. Faut avoir la foi…
    De plus, c’est pas le changement de nom qui résoudra tout, si les mêmes personnes incapables et âpres aux mandats restent à sa tête. Refaire la façade ne sauve pas un immeuble qui menace de s’écrouler. Dans ce genre de cas, il vaut mieux tout faire sauter et tout reconstruire de zéro. Le mal est trop profond. Un petit lifting, relevant plus de la communication que du fond, ne changerait rien et ne ferait que repousser l’échéance d’une mort annoncée comme imminente. De plus, la politique, ce n’est pas être « tendance » ou « dans le vent ». C’est des idées, des hommes et des femmes qui veulent changer le monde. C’est envisager un autre chemin. Ce qui est mal barré en ce moment, vu que le PS est dans l’impasse. Le chant du cygne est pas loin de sonner. Peut-être les régionales, qui sait…
    Tout ceci est effrayant quand on voit comment l’UMP massacre des siècles d’avancées sociales, que le MoDem est une coquille vide idéologiquement et en terme de militants, que les cocos n’ont plus aucune accroche à la réalité de notre monde, que les fachos sont de plus en plus décomplexés.
    Des fois, je me prends à rêver qu' »Espoir à Gauche » devienne un vrai parti, avec des hommes neufs, de nouvelles méthodes, un nouvel idéal, une nouvelle dynamique. Restent plus qu’à Peillon, Valls et consorts de prendre définitivement leurs distances avec tous les poids morts du PS et alors nous aurons peut-être enfin un vrai renouveau de la gauche dans notre pays. Et si seulement, le NPS ne s’était pas fondu dans le PS…

  17. je trouve que tu définis plus le radical-socialisme que le socialisme. Jaurès et Guesde étaient CONTRE la propriété privée.

  18. Jérémie S.

    Très beau ce que tu décris Kevin. Si seulement tous les militants PS avaient le courage, ici et ailleurs, de balayer devant leur propre porte au lieu de stigmatiser leurs adversaires politiques.
    Massacrer des siècles d’avancées sociales? Moi qui suit petit-fils d’ouvrier immigré et smicard, donc proche des réalités sociales, je ne vois pas de quoi tu parles.
    Beaucoup de gens on cru que les socialistes allaient vaincre le chômage sous Mitterrand et Jospin, ça n’a pas été le cas. Il est vrai que le chômage dépend aussi de la conjoncture économique qui aujourd’hui échappe de plus en plus aux gouvernants, qu’ils soient de gauche ou de droite.

  19. Jérémie S.

    PS.: C’est bizarre, en lisant ta définition du socialisme, j’ai l’impression d’en être. Et pourtant, je suis à droite. Comme quoi, j’avais raison avec mon histoire de monopole du coeur.

  20. Kevin Garnerin

    Mouais, enfin la question de la propriété privée n’est pas aussi tranchée et évidente que tu le dis. Ils nient bien la pertinence de la propriété privée bourgeoise capitaliste mais pour la substituer par une propriété individuelle en accord avec la propriété sociale.
    En gros, de mémoire, c’est une sorte de voie du milieu entre l’abolition totale de la propriété privée et la propriété privée n’étant accessible qu’aux élites et aux puissants. Jaurès et Guesdes luttaient surtout contre la captation par la classe bourgeoise de toutes les propriétés privées (immobilières, moyens de production, intellectuelles, artistiques, etc.) et prônaient une redistribution par réformes de la propriété privée, et non son abolition pure et simple comme le suggèrerait Proudhon. De ce fait, ils n’étaient pas totalement contre elle, mais plutôt contre son expression égoïste et uniclasse dans la société de leur époque.
    Après, tout ceci est assez loin pour moi, je me trompe peut-être.

  21. « En gros, de mémoire, c’est une sorte de voie du milieu entre l’abolition totale de la propriété privée et la propriété privée n’étant accessible qu’aux élites et aux puissants.  » c’est exact.
    Pour le reste, on connait tous la définition que donne le socialisme au 21e siècle à la propriété privée. Avec tout le respect que je dois à Jaurés, s’emmerder sur des conceptions qui ont évolué reviendrait à avoir un débat sur l’informatique en évoquant les postes de radio à galène…

  22. Kevin Garnerin

    @jérémie: concernant le massacre des avancées sociales, juste quelques exemples : le financement des universités, les réformes de l’éducation et la suppression de la carte scolaire, la réforme du travail du dimanche, réforme des retraites, et j’en passe. Le gouvernement détricote notre modèle social pour le mettre à bas. C’est comme une belle et grande forêt que tout le monde aimait qui serait rasée par des bulldozers en moins d’une semaine.
    Tu soulèves un point intéressant, jérémie, concernant l’appartenance politique de chaque citoyen. En effet, nombre de gens ont du mal à se situer correctement sur l’échiquier politique français. Il y a plusieurs raisons à celà. La première est le respect de l’Etat de Droit et de la continuité de l’Etat, qui fait qu’un nouveau gouvernement élu ne peut pas effacer d’un coup de tippex des siècles d’histoire juridique. Du coup, on vit aujourd’hui dans une société qui a été modelée par la gauche et la droite au fil des siècles et les gens ont souvent oublié qui avaient fait quoi et pourquoi. Ainsi des gens de droite vont parfois soutenir des acquis de gauche, sans forcément le savoir. Sont-ils de gauches pour autant? La question reste posée. Deuxièmement, sous De Gaulle et avec la création de la 5ème république, la Droite a adouci son discours et fait des concessions idéologiques à la gauche au sortir de la 2ème guerre mondiale, afin de conserver l’unité du pays. Car peu de gens le savent, mais la mise en place de la 5ème république n’a pas été aussi simple que l’on nous le raconte. Il a fallu désarmer les communistes résistants pour éviter une guerre civile succédant à la fin de la 2ème guerre mondiale. De Gaulle et Debré ont donc dû faire des concessions idéologiques. C’est de là que vient le gaullisme (qui est une sorte de centrisme de droite molle matinée de socialisme mais ayant parfois des pics de fièvre conservatrice et réactionnaire). C’est pour cela notamment que De Gaulle a défendu le principe d’un actionnariat ouvrier, le principe du référendum, etc.. La troisième étape de ce brassage de cartes idéologique est intervenue avec l’avènement au pouvoir de Mitterrand. Beaucoup de gens, électeurs de droite comme de gauche, avaient fait un amalgame idiot et facile entre socialisme et communisme (comme les américains le font encore de nos jours). C’est pour celà que certaines personnes ont eu peur de voir débarquer les chars russes sur les champs élysées et que d’autres ont été déçu ne voyant pas venir une révolution de système. Les déçus avaient voté pour de grands changements (quasi une révolution par les urnes) mais ils n’ont eu que de grosses réformes et un détricotage et de nouveaux droits. Les gens, les déçus et les angoisés de ce changement, avaient tous oublié que les gaullistes et les socialistes étaient avant tout des républicains respectueux de l’Etat de Droit ; que, même s’ils n’étaient pas d’accord sur nombre de point et de mise en oeuvre de politiques, ils n’avaient pas de divergence fondamentales sur le système politique en place et l’état global du droit en France.
    A mon avis, nombre d’électeurs et/ou sympathisants seraient surpris s’ils s’intéressaient vraiment aux grandes doctrines politiques. Je serais pas étonné qu’une large part change leur façon de voter suite à cette étude. Je pense que trop de gens votent malheureusement en ne connaissant pas vraiment les tenants et aboutissants des politiques pour lesquelles ils votent. Après, souvent, les militants et par là même les élus, connaissent les bases de leur engagement idéologique. Mais c’est loin d’être la majorité. Nombre de militants n’ont pas une vraie culture politique (à gauche comme à droite). Ce sont souvent de stupides supporters décérébrés. Les pro-sarko et pro-ségo, ou encore pro-martiiiiiine, n’ont, en général, rien à envier en terme de bêtise aux Ultras de l’OM et du PSG, aux Bad Gones de l’OL ou aux Greens Angels de l’ASSE. Après, il en a aussi qui maitrise leur sujet sur le bout des ongles. Il est juste déplorable que la politique, chose au combien importante entre toutes pour la vie de la cité, soit si peu maitrisée par l’ensemble des citoyens. Ceci explique d’ailleurs que nombre d’électeurs soient frustrés par les élus qu’ils ont désigné. Ils les élisent souvent sans connaitre réellement leur corpus idéologique et leur programme. Du coup, on entend en permanence la litanie débile du « tous pareils, tous menteurs ». Avant de prendre position, les gens feraient mieux de vraiment se renseigner pour savoir où ils mettent les pieds. Ca nous éviterait beaucoup de frustrations à tous. Après, il faut accepter de se remettre en question, ce qui n’est pas simple…

  23. André Hadjez déclare à l’express : « Je travaille, et quand je travaille, je facture à partir d’un devis. Et quand ce sont des amis, je fais des prix d’ami. »
    42000 euros — au passage pour un site que j’aurais facturé 5 fois moins — c’est un prix d’ami.
    J’ose même pas imaginer si il n’avait pas été le compagnon de Ségolène…
    Et pour quelqu’un qui veut changer les objectifs de sa société et se présente comme une webagency en devenir, y’a du boulot !!
    Ségolène, si tu nous lis, il y a plein d’agences à Lyon (dont la mienne héhé, mais je ne la citerai pas car on n’est pas là pour faire de la pub), vachement plus portées sur le design et les nouvelles méthodes de webmarketing 2.0… allez quoi, un geste pour les petites boîtes 😉

  24. Jérémie S.

    @ Kevin: Désolé mais ta description du massacre ne me convainc pas du tout…
    1/ Le financement des universités? Chacun sait que la réforme était indispensable, surtout que de nombreux pays, et non des moindres l’ont adopté en Europe.
    2/ La réforme des retraite? Excuse-moi, je suis de ceux qui sont prêts à travailler jusqu’à 65 ans pour financer leur retraite, pourquoi? Parce qu’on est plus un impotent à cet âge. Par ailleurs, je peux te certifier que, dans le privé (là ou je travaille en ce moment par exemple), beaucoup de gens (des cadres, des secrétaires) partent au-delà de 60 ans, car ils n’ont pas acquis tous leurs points. Ne parlons de l’injustice que représente le financement des pensions du public pour lequel il n’existe aucune caisse de cotisation spécifique et dont les travailleurs cotisent moins et touchent plus (cf. le calcul des pensions du public).
    3/ La réforme de l’éducation? Je crois que les IUFM et monsieur Mérieux ont coulé la formation des maîtres en les descendant de l’estrade et en faisant de l’élève le maître de la classe et de ses programmes. Tu liras les bouquins de Brighelli pour comprendre de quoi je veux parler.
    Pour le reste, je suis d’accord dans les grandes lignes de ce que tu dis ; sachant que la droite a aussi fait de grandes réformes de société, sans parler du côté des catholiques. Lire à ce sujet : Historiquement correct de Jean Sévilla; c’est édifiant. Pour autant, je comprends tout à fait les abstentionnistes, car le vote est un droit et non un devoir (cf. la loi). S’abestenir, c’est aussi envoyer un message. D’ailleurs, je me suis abstenu pour la première fois aux dernières européennes, car pour moi ces élections ne servent qu’à conforter une Europe qui ne marche pas.

  25. Jérémie S.

    PS. Quand même, si le PS devenait le Parti social-démocrate, ça serait un bon début de rénovation.

  26. Jérémie S.

    PS2.: Je crois que les idéologies sont mortes. Les gens votent en fonction des actes de leurs politiques, c’est bien plus sérieux que de voter parce que celui-là à une étiquette socialiste qui ne veut plus rien dire au 20e siècle, ou une étiquette gaulliste… Etc. C’est ce que je crois. Et je pense que c’est vrai.

  27. il est déjà social-démocrate Jérémie…d’où le fait que si cette discussion est intéressante, la partie débat sur la propriété est dépassée.

  28. Jérémie S.

    S’il est social-démocrate, pourquoi n’en prend-il pas le nom ??? C’est pas la même chose que socialiste, et en plus cet adjectif est dépassé dans pas mal de pays d’Europe (Allemagne, Italie…). Ne parlons même pas du parti communiste et de l’extrême gauche stalino-trotskiste qui n’ont toujours pas reconnu les 50 millions de morts de leur idéologie. On nage en plein anachronisme.

  29. jeremie, tu es trop dan le coupage de cheveux en quatre.Allez, un peu de culture:
    En allemagne le spd ne s’en jamais appelé socialiste donc c’est pas une question de dépassé ou non.
    Quand au parti de Lénine, celui qui renversa le tsar par la lutte armée et installa le régime soviétique, il se nommait parti social-démocrate de russie, tout comme le principal parti de droite portugais s’appelle parti social-démocrate…alors le nom…

  30. Jérémie S.

    Je sais, j’ai fait des études d’histoire.
    C’est juste une suggestion reprise par Valls il me semble. Il faut reconstruire en commençant par le nom, sinon jamais les électeurs ne reviendront vers vous.

  31. Bon donc tu vois bien que c’est pas le nom qui fait les choses, qu’il ne reflète pas la réalité complète! Ah mais!(-;
    Sinon c’est la politique à mener qui intéresse les gens, le contenu.Le reste c’est des trucs politiciens.Tiens d’ailleurs Valls avait proposé que le ps se renomme « parti de gauche » à l’époque.Ce qui est le nom du parti de Mélenchon désormais ! alors non décidément le nom ne fait rien à l’affaire!

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers