Refugies

Droits des femmes vs droits des réfugiés : à gauche il faut faire les deux

Les événements survenus à Cologne et dans d’autres villes européennes ont scandalisé à juste titre. Que la chose aie été coordonnée ville par ville ou non, voir des centaines d’hommes agresser, violer, poursuivre des femmes le soir du nouvel an est une image forte et un scandale absolu.

Les droits des femmes et les droits des réfugiés dans le ring progressiste

L’événement a aussi marqué une gêne chez beaucoup de gens à gauche, se retrouvant pris dans le ring entre deux causes du progressisme  : la première, c’est celle de la liberté, de l’émancipation et de la femme.  Et dans l’autre coin celui du droit des humains à fuir loin de la barbarie, de la guerre, de la haine. De se réfugier en cas d’oppression et de risque et de trouver asile.

Et le souci c’est que nous nous trouvons en présence d’une agression massive de femmes par un groupe composé largement de réfugiés.

Bien évidemment en temps habituel ces deux causes, les droits des femmes et la cause des réfugiés, sont des plus compatibles. Et forment une partie de l’adn du logiciel sociétal de la gauche. Même si, et tant mieux, nombreux sont les gens de droite à partager ces valeurs. Enfin en Allemagne plus qu’en France.

Seulement voilà, dans cette histoire de migrants agressant des femmes, on a senti nombre de gens de gauche un peu gênés. Tout ont bien évidemment trouvé la chose horrible. Mais j’ai eu le sentiment d’en voir certains relativiser. Expliquer par exemple que les réfugiés n’étaient pas les seuls à violer en Allemagne. Ce qui est exact mais n’est pas la question.

Alors que, à l’inverse, l’extrême-droite a trouvé encore un moyen de faire ses affaires sur le dos des violences. Ces gens qui ont tendance à ne parler que des victimes d’immigrés ou de réfugiés. Faisant fort opportunément silence sur les autres viols et agressions sexuelles commises chaque jour.

Les réfugiés sont des gens comme les autres,  avec leurs braves mecs et leurs sales ordures

Il me semble que c’est en fait le problème est l’opposition en dualité. Penser les choses en gros blocs monolithiques. Les guerres chassent des tas de gens de leur pays. Des gens biens. Comme des mauvais. Sur les centaines de milliers de réfugiés,  il n’y a pas que de braves personnes. C’est logique.

Mais vouloir réduire les réfugiés à un danger comme le font l’extrême-droite européenne et la droite française, c’est complètement abusif également. Beaucoup sont de braves gens dont certains ont eux même été victimes de violences sexuelles. A l’inverse il est complètement possible d’y croiser des êtres chargés de bas instincts. Et quand on vient d’endroits où la violence se manifeste de façon brutale, où la vision du monde de beaucoup de belligérants est teintée de conservatisme social et religieux, il n’est pas surprenant de croiser aussi (mais pas seulement) des gens ayant une image de la femme des plus rétrogrades.

Ce n’est d’ailleurs pas que de la violence sexuelle qui a motivé les agresseurs, ni même du simple vol d’argent ou de portable. C’est parfois le simple fait d’humilier leur victime par des attouchements. Ou le vol d’un parapluie. Ou un comportement menaçant. De dire aux femmes que le pouvoir n’est pas à eux.

Contrairement à ce que veut nous faite croire l’extrême-droite toutes ces violences ne datent pas de l’arrivée de réfugiés en Europe. Regardez par exemple l’excellent blog du projet crocodile , les complications à faire référencer convenablement un site objectif sur l’IVG ou penser que dans cette affaire, il a été difficile pour des femmes allemandes de faire enregistrer leurs plaintes par une police bien allemande elle aussi. Mais il est indéniable que certains migrants vont devoir faire des efforts sérieux avec une culture de la femme fort différente. Un peu comme si un réactionnaire homophobe du sud des USA se trouvait à se promener dans le quartier du Marais à Paris ou dans la rue des Feuillants à Lyon.

Ne pas dénoncer uniquement en fonction de qui sont les coupables

En fait ce qui me met mal à l’aise dans cette histoire est que trop de monde répond oui à ces deux questions : Faut-il traiter les coupables et les victimes selon qui elles sont ? Faut-il accuser un peu moins fortement, dénoncer un peu moins vivement, des violences quand elles sont faites par certains et pas d’autres?

On peut douter que l’extrême-droite aie  parlé et manifesté contre ces agressions si elles avaient été commises par des groupes d’allemands ou de finlandais « de souche ». Mais on peut imaginer aussi que certains progressistes auraient sans doute été plus offensifs dans leurs dénonciations. Défendre les valeurs progressistes, c’est  concilier dénonciation des agressions sexistes, condamnation pénale de ces actes et droit des personnes persécutées à se réfugier.

Alors que, d’où que vienne le souci, une violence reste une violence. Contre des personnes qui n’avaient pour tort que de passer vers le gare de Cologne le mauvais soir.

13 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. L’extrême-droite considère les femmes comme son cheptel, ils ne dénoncent que les agressions qui les arrangent. On est une sorte de masse de manoeuvre juste bonne à faire des gosses, quoi.

  2. Merci pour ce billet Romain qui remet les choses à leur place.

    La nécessité d’accueillir les personnes qui fuient les conséquence des crimes de masse de Bachar Al Assad n’interdit pas d’être lucide sur le décalage de perception du rôle de la femme entre les sociétés d’où viennent ces personnes et les sociétés européennes. Ceci implique des efforts d’explication rigoureux auprès des nouveaux arriavnts : les hommes pour qu’ils comprennent que la liberté des femmes ici ne justifie aucun comportement inapproprié de leurs part, les femmes pour qu’elles connaissent leurs droits. Si le portrait de la Syrie donné par l' »Arabe du futur », encensé par la critique, est exact il y a certainement un travail important à réaliser.

    On ne peut qu’être admiratif face aux efforts déjà réalisé en Allemagne pour cet accueil.

    Naturellement le paradoxe est que ceux ici qui ont la vision la plus rétrograde des droits des femmes sont précisément ceux qui sont le plus hostiles aux réfugiés.

  3. Article d’une grande malhonnêteté intellectuelle, et trahissant même une certaine bassesse morale. Affligeant, en somme, mais pas étonnant le moins du monde.

      • Pierre Werson

         » les droits des femmes et la cause des réfugiés, sont des plus compatibles. Et forment une partie de l’adn du logiciel sociétal de la gauche. Même si, et tant mieux, nombreux sont les gens de droite à partager ces valeurs. Enfin en Allemagne plus qu’en France.  »
        Pourquoi le « Enfin en Allemagne plus qu’en France » ?
        Je sais bien qu’a vos yeux la droite Française est répugnante mais il ne faudrait pas oublier que le racisme comme le sexisme existe malheureusement aussi bien à droite qu’à gauche …

        • « Je sais bien qu’a vos yeux la droite Française est répugnante  » je vous laisse à vous seul ces propos.

          Pour le reste, je ne suis pas sûr que la droite française et la droite allemande aient le même discours sur le sujet des réfugiés…

          • PW

            Sur le comparatif droite gauche
            vous manquez sérieusement d’arguments. Mais bon difficile de vous le reprocher. Vous êtes un enfant de Collomb qui n’a de social que l’étiquette avec à mon goût une vision trop markéting de la politique.

            • j’ai argumenté sur le fond là. Pour l’instant en une demie douzaine de commentaires, j’ai juste vu un déversement de fiel. Et un bottage en touche quand j’ai posé la question des positions de la droite française sur les réfugiés…

              dommage que sur des questions de viols, de droits des femmes et de réfugiés, votre questionnement ce soit moi…

  4. « Faut-il accuser un peu moins fortement, dénoncer un peu moins vivement, des violences quand elles sont faites par certains et pas d’autres? »

    Quand elles sont subies par certaines et non par d’autres, également.

    Dans les foyers de réfugiés la situation est tellement pénible pour les femmes et les enfants qu’on les met à l’abri des hommes dès leur arrivée. De très jeunes filles ont été violées et reviolées pendant leur long voyage, et sont dans un sale état.
    C’est aux femmes et aux enfants immigrés qu’il faut penser d’abord, même si c’est très gênant de regarder la réalité en face. Ils sont sous notre protection parce qu’on vit dans un pays où il y a des choses interdites.

    Si on veut essayer de s’attaquer au problème du vivrensemble entre Européennes relativement libres et immigrés fraichement arrivés, façonnés par une religion et des traditions sexistes, c’est juste une perte de temps de rappeler que chez nous on bat, on viole et tue encore les femmes, et qu’on devrait considérer le contexte global et ne pas spécifier le discours et les actions. Contrairement à ce que prétendent les féministes islamistophiles, une femme française ou allemande n’est pas en danger d’agression sexuelle immédiate et collective quand elle est dans une foule, au point de choisir de rester chez elle.
    On sait bien que ce qui s’est passé à Cologne n’est pas normal pour nous, on sait bien que pour l’égalité hommes femmes et la mixité ( partage de l’espace public) on a une longueur d’avance sur les immigrés qui nous arrivent de pays musulmans.

    Je suis d’accord avec le commentaire ci-dessus, sauf sur la dernière phrase qui interdit le débat en taxant du pire par amalgame tous ceux qui sont hostiles, ou manifestent quelques réserves, sur l’immigration.
    Il n’y a pas d’un côté les gentils degauche qui ont un oeil plein d’amour pour les femmes et l’autre aussi plein d’amour pour les immigrés musulmans, et qui louchent atrocement faute de pouvoir porter le regard dans la même direction, et de l’autre côté les méchants rétrogrades qui font feu de tout bois avec n’importe quel sujet qui leur permettra de taper sur l’islam et les étrangers.
    Ce serait trop bien, comme disent les enfants, s’il y avait un consortium de gauche humaniste ménageant les chèvres, les choux, et oeuvrant efficacement pour un avenir possible pour tout le monde dans le respect des droits de tous. C’est bien d’y tendre, mais on a un gros ménage à faire avec le salafisme . Il y a toujours des mosquées intégristes à Lyon ? On en recensait une vingtaine l’année dernière.

      • Ben oui.
        La moitié de mon commentaire commente une phrase du commentaire de Valéry Xavier Lentz.

        Mais je veux bien le relire:

        « Les événements survenus à Cologne et dans d’autres villes européennes ont scandalisé à juste titre. Que la chose aie été coordonnée ville par ville ou non, voir des centaines d’hommes agresser, violer, poursuivre des femmes le soir du nouvel an est une image forte et un scandale absolu. » (R.B)

        Comment ne pas être d’accord ?

        « L’événement a aussi marqué une gêne chez beaucoup de gens à gauche, se retrouvant pris dans le ring entre deux causes du progressisme : la première, c’est celle de la liberté, de l’émancipation et de la femme. ;..( R.B)
        Gêne chez les gens de gauche, c’est votre cas ? Vous ne vous y attendiez pas ? Moi si: dans la mesure où l’on continue à chouchouter les fondamentalistes sous couvert d’assistance aux minorités stigmatisées, on ne doit pas s’étonner qu’ils ne se gênent pas plus que ça.

        droit des humains à fuir loin de la barbarie, de la guerre, de la haine. De se réfugier en cas d’oppression et de risque et de trouver asile
        Oui, s’ils ne sont pas eux-même des agents et des moteurs de cette oppression.

        « Ce n’est d’ailleurs pas que de la violence sexuelle qui a motivé les agresseurs, ni même du simple vol d’argent ou de portable. C’est parfois le simple fait d’humilier leur victime par des attouchements. Ou le vol d’un parapluie. Ou un comportement menaçant. De dire aux femmes que le pouvoir n’est pas à eux. » (R.B)
        Des femmes de Cologne parlent bel et bien « d’hommes en rut »

        Je suis d’accord avec ce que vous écrivez, en fait, mais je trouve que ce sont des déclarations de principe. On ne préconise pas le viol et l’agression sexuelle dans le Coran, MAIS il se trouve que l’islam, tel qu’il est pratiqué dans les pays que fuient ceux qui viennent habiter chez nous, nous cause beaucoup d’emmerdements et rend difficile la vie des femmes.
        Vous voulez bien dire que vous êtes pour la mixité, et tout et tout, et qu’il est inenvisageable que de telles actions perdurent… oui mais:

        Vous avez fait plus du bien aux femmes , à Lyon, en rasant la mosquée Bilal .

        Et les autres ?

        • « Gêne chez les gens de gauche, c’est votre cas ? »

          encore une fois avez vous lu mon billet? il condamne justement ce genre de choses. Sinon pourquoi l’aurais je écrit?? J’ai été choqué notamment de la réaction de Oser le Féminisme, qui a tout de suite cherché à relativiser ces viols.

          quand aux mosquées ce n’est pas mon rôle de les fermer quand elles déconnent. Pas plus que les églises ou les temples. Je suis Adjoint à la Culture, pas policier, pas préfet, pas ministre de l’intérieur. Mais je sais la police et les autorités diverses dont la ville de Lyon à commencer par les élus à la sécurité vigilants sur le sujet.

          • D’accord.
            Les agressions du premier de l’an envers les femmes et les attentats terroristes ont quelques dénominateurs communs, et ce n’est pas à coups de discours qu’on va combattre cette idéologie. Pourquoi s’étonner de ce que disent – ou ne disent pas- les « féministes » qui soutiennent les islamistes ou qui, pour le moins, ne critiqueront rien qui ait un rapport avec l’islam ou les musulmans, prioritairement à tout le reste ? On a vu avec « ni putes ni soumises », on a vu avec Babyloup, on voit maintenant avec Cologne. Elles font des choix politiques.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers