Du PS en général et la sociale-démocratie en particulier

J'ai parfois l'impression d'être revenu à l'été 2002 en ce qui concerne la vie du PS:Les couteaux s'aiguisent, la recomposition des lignes se fait  (quelque peu rapidement pour certains), on lance des appels ,on s'autocritique pour mieux rebondir, on part des instances (ah non,pardon, y avait pas ça y'a 5 ans!) ou on lance des appels, chose qui me fait penser que la rubrique Rebond de Libé possède un bel avenir pour les désirs de positionnement des différentes sensibilités de la famille socialiste.

Bref si les dégâts ont été limités au niveau du parlement, si les municipales devraient tempérer les ardeurs des plus belliqueux, les luttes intestines risquent de prendre à nouveau beaucoup de place dans l'agenda socialiste.

Dans ce climat, à titre personnel, il me semble que la décision de garder le calendrier du congrès du parti était bonne.

En premier lieu parce que j'en ai ras la casquette d'avoir tout les ans des échéances internes qui se transforment en luttes fratricides et en guerre de positionnement pour cacher d'autres ambitions,ensuite par souci d'efficacité en ce qui concerne le rassemblement nécessaire à un peu de sérénité dans une gauche traumatisée par ses échecs pour préparer des élections municipales qui n'ont de chance de bien se passer pour les amis de Sarkozy que si nous sommes divisés.
Ensuite, parce qu'avancer la date nous aurait amené à un combat de personnes et à des chasses aux sorcières.Oui, certes, le calendrier proposé par Hollande est insuffisant mais c'est à nous de l'améliorer.

Nous devons prendre le temps de réfléchir à ce qui nous fait, ce qui est notre matière, nos raisons et nos moyens d'actions, ne plus partir la fleur au fusil pour un "changement historique" dans la ligne du parti (dixit François Hollande) pour finir dans une synthèse certes rassurante et sympathique mais qui ne règle aucun problème de fond.

Parmi les différentes options présentes au PS, j'ai toujours eu une affection pour celles qui incarnaient une envie d'Europe poussée jusqu'à un désir de nation européenne , un internationalisme concret, une vision de l'économie dynamique, libre mais solidaire, une éducation nationale basée sur la pédagogie plus que sur la leçon pure, une France libérant les différents visages de ses territoires, une laïcité forte et ouverte, un rôle accru pour l'économie sociale et solidaire…stop l'énumération prendrait le jour.

Ce sont les valeurs plus que des personnes (les hystéries de fan-club me font peur) qui guident ce qui fait sens à des options politiques.

Bien sur, il faut pour porter les choix, les envies, des portes-étendards, des penseurs et des tribuns.Il faut, pour partager un peu ces idées, des lieux et des structures.

Même si ils n'étaient pas les détenteurs exclusifs de mes orientations, j'ai ainsi trouvé chez Rocard puis DSK et dans la sensibilité "Socialisme et Démocratie" une réponse, partielle certes, mais une réponse quand même à presque toutes ces envies.

Localement ce sont aussi nombres d'hommes et de femmes localement qui participent à la construction d'une sociale-démocratie à la française, avec qui les choses bouillonnent parfois mais se retrouvent sur l'essentiel.Cet essentiel justement, que contrairement à ce que voudraient nous faire certains, n'est pas exclusif d'un courant, d'une famille politique au sein du parti.N'oublions jamais que nous serons, sur l'ensemble, davantage d'accord entre nous qu'en dissensions.

Ainsi je n'ai jamais prisé la chasse au Fabius pronée par certains, ai trouvé fort intelligente et tentante la démarche de Franck Pupunat et de ses amis d'Utopia,ai toujours trouvé, malgré de nombreux reproches que je pourrais lui faire, que Lionel Jospin était un acteur majeur du socialisme,que le NPS était (parfois) pertinent sur la gérontocratie dans le PS, que la campagne (de deuxième tour) de Ségolène Royal portait des germes de rénovation ou que les idées en matière d'institutions d'Arnaud Montebourg en matière institutionnelles méritaient d'adhérer, comme je l'ai fait au début, aux aubes de création de la Convention pour la Sixième République.Il y a tant de maisons qui veulent construire un monde plus juste…

Mais là où est la concentration, l'envie qui m'était donnée ou plutot la synthèse de ces attentes se trouvait autour de Socialisme et Démocratie, autour des amis de DSK.

La présidence du FMI qui se profile pour lui nous ouvre un temps d'interrogations.

Si il est élu, et la chose semble probable, plusieurs questions (au moins deux) viennent à mon esprit.

La première est:Quelle politique pour le FMI? Si les alters les moins conséquents plaident pour une suppression de ces institutions, force est de constater que ceci amènerait à moins de régulation.Beaucoup d'ONGs demandent au contraire une réforme de ces instances que sont le groupe de la Banque Mondiale et le FMI.

On se donne pas assez conscience, au-delà des rejets que suscitent ces institutions dans certains milieux, du poids formidable pour une mondialisation plus équitable que donneraient ces organismes si ils étaient orientés différemment.Ainsi les critères de prêts et de remboursements pourraient penser plus au long terme, aux droits sociaux et au développement durable.DSK peut rater mais surtout peut être l'artisan de cela.Comme le disait un rappeur pré-bobo:
"J'aime la politique quand elle a assez de vocation pour lutter contre les processus qui mènent à l'élimination…" (MC Solaar – La concubine de l'hémoglobine)

La seconde est au niveau de notre planète, moins importante mais cruciale pour le PS. Franco-française, socialo-socialiste est certes la question mais quid de la sociale-démocratie au sein du parti?

Je n'ai jamais été partisan de l'incarnation politique, du sauveur (ou de la sauveuse comme certains s'y sont adonnés il y pas si longtemps) suprême mais les institutions de la Ve république forcent,hélas,trop souvent à cela.

Socialisme et Démocratie s'est organisé,a des instances, peut réfléchir, n'a pas forcément besoin de penser en termes de présidentiables ou de personnes.Les idées et les personnes qui s'y trouvent n'ont pas à être jetées avec l'eau du FMI.La chose est possible, souhaitable et mérite d'être vue mais l'avenir s'ouvre incertain et ouvert pour une rénovation sociale-démocrate de notre parti.Il faudra pour cela sortir des approximations, de la gérontocratie et des ni-nis pour penser réellement la construction d'une société plus juste.

6 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. livolsi geoffrey

    Très bonne article (même si je ne partage que peu de points), à la lecture de celui-ci on comprend que tu crois en la social-démocratie. Pour ce qui est du PS, je crois que la situation est unique et non une pièce qui se rejouerait. Bien au contraire, le PS est tel Louis XVI réparant ses serrures pendant que le peuple(les militants et encore plus ses électeurs) grondait ! Les débauchages, les démissions, les nominations (pour ce qui est de Strauss Kahn) démontrent la faillite intellectuelle du PS, il n’y a plus rien qui poussent les éléphants à rester ! Ils savent, Kouchner, Lang, Strauss Kahn, Bockel, Jouyet, Védrine…Ils ont compris que leur tour est passé, ils n’ont plus rien à perdre ! Ils se disent tour à tour, flatté, honoré, des propositions de Sarkozy, certains même accepte l’offre ! Mais pour la majorité des dirigeants de ce PS, il est Urgent d’attendre ! Attendre quoi ? Une autre victoire (presque assuré) aux municipales de 2008 ! Pourquoi ? Comme ça, on pourra s’en féliciter, se pavoiser et repartir dans la sacre sainte synthèse, tout ça avec un petit rafraichissement de façade, histoire de rénover ! À se demander si le PS souhaite encore gouverner, où si il se plaît tellement dans l’opposition permanente. Cela fait longtemps que le PS semble avoir abandonné le fameux slogan (mais qui était bien plus qu’un slogan) “Changer la vie”, le PS serait donc vouer à gagner que des élections que par la loi du vote sanction contre la droite !
    Au PS on ne gagne plus, on est chanceux….Nos dirigeants attendent que leur tour viennent, puis ils attendent que vienne la providence ou la bonne fortune pour remporter l’élection.
    Mais à Solferino, on continue à faire mine que tout va bien, que la stratégie de rénovation (si on peut parler en ces termes) est la meilleur alors qu’on n’ose même pas consulter les militants qui à coups sur désavouerez la dite stratégie ! Un parti qui à peu de ses propres militants !
    Pour ce qui est de Strauss Kahn, le plus étonnant n’est pas de voir N. Sarkozy, cherchait à récupérer à son profit une candidature émanant de tous les pays européens ! Non ce qui est étonnant c’est de voir, le PS applaudir à tout rompre cette nomination possible de DSK au FMI. C’est vrai que le FMI, s’est illustré par sa grande bienfaisance, son humanisme et sa vision de l’économie toute particulière visant c’est évidement à un ordre économique juste ! Dérégulons à tout va ! Voilà son slogan, c’est Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie qui rappel que le FMI est un des bras armés de l’orthodoxie néolibérale dans le monde ! Dans son analyse de l’accord de Dayton effectuée en novembre 1995 sur la Bosnie-Herzégovine, l’auteur canadien Michel Chussodovsky écrivait en parlant du FMI : « L’éclatement de la fédération yougoslave est directement relié au programme de restructuration macro-économique imposé au gouvernement de Belgrade par ses créanciers de l’extérieur. Adopté en plusieurs étapes depuis 1980, ce programme a contribué à déclencher l’effondrement de l’économie nationale qui a mené à la désintégration du secteur industriel et au démantèlement graduel de l’État providence. Les tendances séparatistes alimentées par les divisions sociales et ethniques ont justement pris leur élan pendant une période d’appauvrissement brutal de la population yougoslave. »
    Même si l’on peut espérer que DSK cherche à réformer cette organisation si il est nommé, le fait que l’OMC (libéralisons à tout va) soit aussi dirigé par Pascal LAMY montre bien le grand écart entre le discours du PS et sa pratique !
    Voilà pourquoi, la scission me semble inévitable pour le PS, avec d’un côté un Parti Sociaux Démocrate et de l’autre un vrai parti de gauche.

  2. sydmond

    geoffrey, ton commentaire est tout de même étrange pour quelqu’un qui a un blog qui veut rassembler la droite et la gauche…

  3. LIVOLSI geoffrey

    Je suis socialiste ne t’en fais pas ! Je souhaite juste que le PS soit plus républicain qu’il ne l’est actuellement…Et en ce moment, oui nous travaillons à un rassemblement des républicains, ce qui ne m’empêche pas d’êre toujours attaché à ce parti.

  4. sydmond

    il est curieux que tu mettes Kouchner, Lang, Strauss Kahn, Bockel, Jouyet, Védrine… dans le même panier et qu’aprés tu te plaigne de la récup de Sarko sur le FMI.tu y participes sémantiquement d’une certaine façon.
    Pour ce qui est du FMI, c’est bien de critiquer,de lire des trucs sur la Bosnie mais concrétement, à part s’attaquer au probléme pour le réformer que faire?le supprimer comme le proposent certains de ces républicains de droite (ceux des plus souverainsites) avec qui tu souhaites travailler?

  5. LIVOLSI Geoffrey

    Je ne me plains pas de la récupération de sarkozy, c’est tactiquement parlant très bien joué ! Je les met dans le meme sac parce que, leur attitude est le symbole de ce qui se passe au sein du Parti Socialiste, Hollande est capitaine d’un navire en perdition ! Ce serait un acte héroique de continuer à tenir la barre contre vent et marée si il ne serait pas lui même (ce n’est pas le seul)un des responsables de ce naufrage !
    Pour ce qui du FMI, je critique sa vision des choses, ce chantage monnaie contre privatisation et libéralisation à tout va, qui a conduit certains pays à la crise comme ce fut le cas en Argentine. Il est clair que le FMI, doit être plus que réformé mais refonder ! Sa doctrine économique comme celle de l’OMC inspiré des néoclassique vise à croire que la dérégulation des marchés ne peut qu’apporter la stabilité et la paix. C’est la théorie de la main invisible, de l’équilibre naturel du marché qui ne nécessiterais pas d’intervention de l’état. Mais cette théorie, cette vision de l’économie conduit à tous sauf à améliorer la situation des pays.

  6. FP NICOLAS

    J’ai quand même en travers de la gorge que DSK soit allé au 14 Juillet pour se faire utiliser ainsi par Sarko.
    Au délà, je pense que si S&D arrête le mépris pour DDA et inversement, nous pourrions être une majorité réformiste.
    Ton attitude intelligente sur les apports de Royal me fait penser que cela peut exister.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers