Les listes aux élections européennes, qui seront soumises au vote des adhérents  le 12 mars prochain, sont tombées . Celle du sud-est comporte dans les premières places deux rhodaniennes, l'élue lyonnaise Sylvie Guillaume et la décinoise Farida Boudaoud, dont la 4e position est une demi-surprise, les observateurs la donnant généralement deux ou quatre positions plus bas. C'est une reconnaissance qui me fait plaisir pour elle, et pour Sylvie….Jusque-là tout va bien…Sauf que, et les divers supports de presse s'en sont fait écho longuement (et dont certains m'ont fait le plaisir de me questionner) au cours du week-end, il manque surtout un autre lyonnais de taille, le Maire du 3e arrondissement, Thierry Philip, soutenu par le Maire de Lyon. En fait, aucun des proches de Gérard Collomb pendant le congrès de Reims ne se trouve sur la liste européenne dans une zone qui comprend pourtant notre ville!

La tête de liste sera Vincent Peillon, parachuté là contre son propre gré et contre l'avis du Maire de Lyon. Le député européen Celui-ci a du coup poussé un coup de gueule et voté contre la liste proposée en bureau national, à l'inverse des autres représentants de sa motion. Il y a en effet de quoi se sentir énervé: Ni le courant duquel il est l'un des principaux animateurs,ni Martine Aubry, dont il a pourtant plaidé pour le rapprochement entre elle et les amis de Royal ne l'ont écouté. Depuis pourtant des mois, les proches de l'ex-candidate au présidentielles et ceux de la Maire de Lille ne tarissent pas d'éloge sur le Sénateur-Maire de notre ville. En bon lyonnais celui-ci a pu hélas vérifier ce dicton populaire de chez nous "c'est pas les bonnes paroles qui font cuire la soupe".On peut mesurer, constater hélas une nouvelle fois que ce ne sont pas toujours ceux qui sont les plus sur le terrain qui sont toujours les plus écoutés dans notre France politique centralisée.

Certes, c'est sur un programme unique de Galway à Athènes en passant par Bratislava que seront élus les députés socialistes européens. Mais c'est sur le suffrage d'électeurs des divers territoires de la République que sont désignés par le peuple les élus du quota de France, suite à la réforme entreprise sous Jacques Chirac. En attendant la solution idéale, qui serait pour moi des listes au niveau européen, il serait bon que Paris ne décide pas seul des candidats qui se présenteront aux différents endroits de l'hexagone.

C'est donc pour celà que Gérard Collomb veut reprendre son indépendance, comme il l'a affirmé dans le JDD. Il n'est pas à douter d'ailleurs que nombreux seront les militants lyonnais à le suivre dans sa démarche. Ira-til jusqu'à faire voter contre les listes aux européennes le 12 mars ? La chose n'est pas exclue.