Manuel Valls propose, reprenant une idée de NKM il y a déjà quelques années, l’interdiction du salafisme, variante rigoriste au sein l’Islam.  Un Manuel Valls qui était Premier Ministre lorsque le débat s’est lancé sur cette question… et qui ne l’a pas faite à l’époque. Et pour cause : il n’y a aucun fondement juridique à interdire le salafisme puisque celui-ci comprend surtout une branche piétiste classique se contentant d’une pratique religieuse stricte et de comportement pacifique. Difficile alors en pratique d’interdire une pensée quand elle ne nuit pas à autrui.  D’où le fait que Manuel Valls n’est jamais passé des mots aux actes.

Si on veut combattre réellement le terrorisme islamiste, Manuel Valls nommer le bon adversaire

Si Valls connaissait son dossier ( mais a-t-il envie de le connaitre ?) il parlerait d’ailleurs d’interdire le takfirisme en particulier (et non le salafisme en général) . Le takfirisme, qui est une minorité au sein du salafisme, est une idéologie appelant aux armes, au meurtre des « infidèles » et des autres musulmans et exaltant le martyr. Toutes choses qui sont déjà interdites par la loi, notamment au nom de la pénalisation de l’apologie du terrorisme.

Si on veut combattre réellement la terreur et non chercher à en faire un beurre politique (la remarque vaut aussi pour le FN et LR) , il faut être précis Monsieur Manuel Valls. Porter un bouc ne fait pas forcément un bon expert en barbus.