entre la technologie acheter cialis moderne et une viagra france richesse de priligy connaissances, levitra generique il existe de cialis france nombreuses solutions

Théâtre: Dieu que les catholiques intégristes sont idolâtres !

Encore une fois, comme souvent je m’interroge sur la foi des chrétiens qui manifestent contre certaines œuvres d’art, qu’on les apprécie ou pas ces œuvres, qu’on aie envie de mettre de leur mettre des guillemets ou pas à ces œuvres . Il y avait ces cathos radicaux qui avaient vandalisé Piss Christ, Et puis le contre Kiss In de Lyon.  Il y a désormais la polémique au sujet de la piéce « Sur le concept du visage du fils de Dieu » perturbée ou contestée par des manifestations par un certain nombre de catholiques qui se voudraient défenseurs du christianisme.

Certes au premier regard sur le sujet de la piéce, un vieillard qui commet des déjections devant une peinture du visage de Jésus, l’on est peu ragoûté et enthousiasmé. Mais après tout personne ne nous oblige à nous y rendre, Paris pompe tellement les forces culturelles et les financements publics et privés de France qu’il y a certainement mieux à voir si on se sent peu d’aller au Théâtre de la Ville.On peut même aller prendre le TGV et aller au spectacle à Lyon.

Certes, il parait qu’une partie des déjections du vieillard est projetée sur le visage du Christ. Ou plutôt, et c’est la où les catholiques fondamentalistes qui manifestent se trompent, sur une peinture représentant le visage du Christ. Et je trouve justement là que les manifestants et les perturbateurs se trompent, tout comme je l’ai dit, les islamistes pendant l’affaire des caricatures de Mahomet à Charlie Hebdo ou les mêmes intégristes catholiques pendant Piss Christ se plantent: Comme pour le fameux tableau sur la pipe de Magritte, ceci n’est pas le Christ lui-même mais une image ! De la peinture et une toile!  Que les pères du protestantisme avaient raison lorsqu’ils s’inquiétaient de la confusion entre la foi et les images la représentant ! Les années passent et l’erreur continue chez certains.

Et puis quel manque de foi ! Croire que Dieu puisse être en quoi que ce soit affecté par trois cacas sur une peinture, c’est avoir bien peu confiance en Sa force ! En fait ces catholiques intégristes sont plutôt des quasi-athées, des agnostiques qui croient à un être suprême d’une grande faiblesse. Qui de plus croient à des objets de toile et de peinture.

Enfin, même si la forme du spectacle sent tout de même la provocation un peu facile, son message est bien plus christique qu’on ne le croit. D’ailleurs le metteur en scène l’a dit lui-même, son spectacle est un hommage au spirituel. Comment ne pas voir en fait paradoxalement ici un hommage à la gloire de Dieu ? Le remarquable message de la faiblesse de l’homme, que l’âge affecte et détruit, pendant que l’image de Dieu reste elle, forte et intangible ? Imperturbable et haute. Même souillée de la merde des hommes.

Billet repris par Le Plus du magazine le Nouvel Observateur

et par Agoravox

5 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.


  1. Sur le concept du visage du fils de Dieu

    Même si je n’ai peu de doute sur la publication de ce commentaire je sais au moins qu’il sera lu par l’auteur de cet article et j’aimerai au moins lui répondre.
     » la confusion entre la foi et les images  »
    Vous expliquez ne pas comprendre que des chrétiens puissent défendre une image. Ce n’est pas une image qu’ils défendent mais une expression, l’art n’est-il pas une expression « il s’agit d’exprimer la nature », Balzac, Le Chef d’oeuvre inconnu. De ce point de vue là l’art devient politique et peut heurter par ce qu’il exprime la croyance de quelqu’un.
    Vous justifiez l’innocence de l’image avec les Père protestants, remarquez que les indignés sont catholiques mais alors allez jusqu’au bout des religions chrétiennes et n’omettez pas que chez les chrétiens orthodoxes, l’icône est sainte et adorée.
    « Et puis quel manque de foi ! »
    Au contraire ! vous aussi et en bon chrétien vous comprendrez certainement, que pour le croyant avoir la Foi si cela ne se traduit pas par l’Amour du Christ, alors cela ne signifie rien. Pour nous, notre Dieu s’est incarné et nous devrions adorer au moins comme nous aimons un proche. Si l’image d’un de vos proches était ainsi présentée quelle réaction auriez-vous? Il ne s’agit donc pas d’interpréter ce que Dieu a dans le coeur, c’est un mystère, mais de savoir ce que nous avons nous au fond de nous. Si je ne fais pas pour Dieu ce que je ferai au moins pour un proche, je suis hypocrite, n’est-ce pas ?
     » son message est bien plus christique  »
    Là c’est vous qui êtes hypocrite, vous savez bien que l’auteur de la pièce est un provocateur et c’est ainsi qu’il fait son beurre. Il se moque du message, c’est un Coucher de soleil sur l’Adriatique .

  2. Même si je n’ai peu de doute sur la publication de ce commentaire
    vous vous êtes donc trompé dans vos doutes homme de peu de foi 😉
    et n’omettez pas que chez les chrétiens orthodoxes, l’icône est sainte et adorée
    je n’ignore pas que l’image est sacrée chez les orthodoxes, j’ai quelques belles icones grecques et chypriotes chez moi mais dans cette affaire ce ne sont pas des orthodoxes qui sont impliqués.
    Pour nous, notre Dieu s’est incarné et nous devrions adorer au moins comme nous aimons un proche.
    Pour ma part en tant que chrétien j’adore Dieu, non son image. Par ailleurs incarnation était de chair, pas de peinture.
    Là c’est vous qui êtes hypocrite, vous savez bien que l’auteur de la pièce est un provocateur et c’est ainsi qu’il fait son beurre.
    Non. Qu’il y ai une dimension provocatrice et un goût discutable, je le nie nullement dans mon billet. Qu’il y ai aussi une dimension christique et une forme de mise en abime de la faiblesse humaine et de la constance de Dieu, c’est aussi évident.

  3. Les acteurs qui tous les soirs pénètrent dans le théâtre, crient, menacent, sanglotent, prient, brandissent des crucifix ou des chapelets, aspperge d’eau bénite les CRS venus les déloger, escaladent la scène et bousculent qui ils peuvent sont des acteurs à part entière de cette performance artistique qui, sans eux, n’aurait pas de publicité et pas de succès.
    Ces acteurs bénévoles, dynamiques et répondant toujours à l’appel sont la pièce essentielle de toute expression de l’Art Excrémentiel. Sans eux, sans leur présence fidèle, l’expo tombe à l’eau, la pièce se meurt, le film capote. Il faut du Dieu, du Christ, du sang, de la merde pour que ça marche. Là, pas de sang, si j’ai bien compris, mais des enfants qui jettent de la merde sur l’image du Christ (C’est ça ?) Avec, évidemment, le discours ad Hoc, la dimension spirituelle, le désarroi et la fragilité de l’homme, la foi, le monde sans dieu, puis la liberté et le courage de l’artiste (qui a assez galéré pour trouver des subventions, ne l’oublions pas)et tout un tas de cons qui ne comprennent rien à rien, et ces horribles cathos intégristes qui font très très peur voyez comme ils sont intolérants et dangereux.
    Mouais.

  4. romain blachier

    Faire peur ? Non. Se tromper. Enfin à mon avis.

  5. Blasphémer devant l’image de Dieu ? Pourquoi pas, c’est le degré zéro de la constestation, de la révolte contre l’autorité, le père, Dieu, que sais-je encore… Il faut bien de temps en temps, en effet, houspiller Dieu (ou sa représentation) pour manifester sa colère devant les maux de la vie.
    Mais les iconoclastes doivent de garder d’aller trop loin, et se garder de détruire les statues des bouddhas de Bamiyan.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers