Espagne, en cas de viol les femmes devront se battre sur au moins 3 fronts

Prisoner in handcuffs on grey backgroundLa droite espagnole revient sur trente ans d’acquis grâce aux socialistes pour les femmes à disposer de leur corps. Le résultat de manifestations à Madrid pendant des années contre ce droit. Le même genre de manifestation à laquelle ont participé à Lyon l’ensemble des têtes de liste aux municipales du FN lyonnais , quelques sympathisants de droite et divers groupes radicaux. Pendant ce temps les nationalistes de tout poil exultent. Et si Najat Vallaud-Belkacem trouve les mots justes pour condamner cette loi, Manuel Valls vient de rater par égo une grosse occasion de protester.

La droite au pouvoir en Espagne revient sur une trentaine d’années d’acquis de la liberté de son corps, acquis grâce aux gouvernements des socialistes ibériques. Il sera désormais très restreint d’avorter au pays de Tomas Luis de Victoria.

Bien sûr, il sera possible d’avorter en cas de viol. Il faudra pour cela porter plainte, répondre aux questions, prouver, combattre.

Il faudra être sur deux fronts, trois fronts à cause de cette droite espagnole qui trouve des sympathies dans une part, heureusement minoritaire, des droites lyonnaises et françaises Il faudra surmonter la violence sur son corps, la violence de la confrontation juridique et finir par l’avortement d’un être non désiré, être touché deux fois dans sa chair et au minimum trois fois dans son esprit.Tout cela parce qu’un homme a décidé de vous forcer un jour. Et que d’autres hommes (et aussi quelques femmes) dans un parlement ont décidé pour vous, à votre place. De vous ôter votre liberté.

Le résultat de manifestations à Madrid pendant des années contre le droit des femmes à disposer de leur corps. Le même genre de manifestation à laquelle ont participé à Lyon l’ensemble des têtes de liste aux municipales du FN lyonnais et plusieurs élus de droite.

Les nationalismes bruyants

Les nationalistes de tout poil se réjouissent: Ceux à l’extrême-droite et une fraction de la droite qui y voient une bonne mesure. Mais aussi chez certains autres souverainistes pourtant favorables à la liberté des dames: comment l’Europe n’est pas capable de faire respecter les droits des femmes sur les différents territoires européens? Ce sont les mêmes qui souhaitent que l’Europe aie le minimum de pouvoir sur les nations. Qui font en sorte que les chartes européennes des droits soient le moins contraignantes possibles. Et qui se retrouvent confrontés, comme en Hongrie, à des nations parfois irresponsables.

Mais ok les nationalistes de tous poils ne sont pas responsables de tout: d’autres oublient trop souvent l’Europe politique.

Les mots justes de Najat, l’occasion ratée de Manuel

Et si au gouvernement français, Najat Vallaud-Belkacem a su trouver les mots justes, Manuel Valls, a laissé, par égo peut-être, une belle occasion de protester. En ne refusant pas la décoration qui lui a été remise officiellement, par le gouvernement espagnol, en abordant pas le sujet de cette loi avec ses homologues, celui-ci a raté une occasion de marquer une opposition plus ferme face à la mesure programmée par le droite conservatrice ibérique. Celui qui lui a remis, Fernandez Dias, est lui aussi ministre de l’intérieur. Justement celui qui sera chargé de traquer les femmes ayant avorté et les médecins les ayant aidé.

12 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Mohican

    Bobiyé.

    Un bémol toutefois : il n’est pas question de « traquer les femmes ayant avorté », le projet à venir abroge ce délit pour la femme.
    C’est le médecin qui sera poursuivi.

    • Romain Blachier

      Oui mais la chose sera enregistrée comme délit pour les deux

      • Mohican

        Ça ne sera plus enregistré comme délit pour l’avortée, ça le sera pour l’avorteur (ou l’avorteuse) ; c’est une des différences entre le projet du PP et la législation de 85.
        (cf la TL d’Eolas)
        D’où l’argument (parfaitement hypocrite): «Nous défendons la femme, puisque dans la loi de 1985, c’est elle qui était poursuivie par la justice. Désormais, ce sera le médecin qui sera visé», s’est défendu Alberto Ruiz-Gallardón.

        • Romain Blachier

          L’avortement sera un « délit régulé ». Certes un délit pas pénalisé pour la femme (pas sûr que les instances européennes auraient laissé faire? Là je ne suis pas assez calé j’avoue) et en effet par contre ce sera le cas pour l’avorteur mais un délit quand même.

  2. Gwynfrid

    Faire entrer cette question dans le débat européen me semble bizarre. Le droit à l’avortement n’est pas reconnu comme un droit humain fondamental, ni en France ni au niveau international (peut-être dans certains pays? je ne sais pas). Si, comme vous le dites, « l’Europe n’est pas capable de faire respecter les droits des femmes sur les différents territoires européens »… c’est parce qu’elle n’est pas mandatée pour s’occuper d’autres droits que ceux reconnus par la Convention Européenne des Droits de l’Homme. Voir aussi: http://forum-famille.dalloz.fr/2010/12/20/la-cedh-tranche-pas-de-droit-a-lavortement/

    Donc, c’est bien gentil de militer pour la liberté des femmes espagnoles, mais quelle est, exactement, notre légitimité pour le faire? Uniquement notre opinion à nous, Français. Les Espagnols, les Polonais, les Irlandais, etc. peuvent parfaitement ne pas la partager et nous répondre de nous occuper de nos oignons. Ce que le gouvernement serait bien inspiré de faire, d’ailleurs… ce n’est pas le boulot qui lui manque. Je suis donc parfaitement d’accord avec Manuel Valls quand il décide de ne pas aller chercher des noises en réponse à un geste amical qui est fait à son égard.

    • Romain Blachier

      Pourquoi bizarre? Les humlains sont différents selon les lieux où ils vivent en Europe?

      • Gwynfrid

        1) Oui, bien entendu, les humains sont différents suivant les lieux où ils vivent en Europe et ailleurs. C’est pour cela qu’il n’existe pas un État mondial, ni européen, unique. Si un tel État existait (ce que j’appelle de mes voeux, pour ma part, au moins en ce qui concerne l’Europe, même si cet espoir semble aujourd’hui renvoyé au très long terme), il serait très décentralisé, pour justement tenir compte de ces différences.

        2) À supposer que le sujet de l’avortement doive être traité internationalement (ce qu’aucun traité ne prévoit, mais passons), alors pourquoi faudrait-il nous limiter à ce qui se passe en Espagne? Occupons-nous donc des affaires des femmes dans le monde entier! C’est vrai que notre société est un tel exemple de perfection à tout point de vue et notamment celui de l’égalité entre les sexes, il est évident que les autres devraient nous imiter en tous points, n’est-ce pas.

        Plus sérieusement: vous êtes un élu local, conscient des réalités du terrain et des énormes difficultés que rencontrent le gouvernement actuel et le parti auquel vous appartenez. Du moins, c’est ce qu’il me semble en vous lisant. Pourquoi diable allez-vous encourager le gouvernement et le parti à se fourvoyer dans des débats symboliques qui ne concernent pas les Français, renforçant ainsi le sentiment que le pouvoir s’éloigne d’eux? Serait-ce le confort de l’opposition qui vous manque collectivement, au point de tout faire pour ramener la droite aux affaires en 2017?

        • Romain Blachier

          Oui c’est mon blog qui dicte la politique du gouvernement et c’est sa raison d’être.

          • Gwynfrid

            Que vous le vouliez ou non, ce que vous écrivez ici donne une image, que je pense largement représentative, de votre parti, et par conséquent, cela donne aussi une image de ce que pense le gouvernement, à plus forte raison lorsqu’il s’agit de Mme Vallaud-Belkacem puisqu’elle est porte-parole. Cette image m’aide à former mon avis, je vous en remercie, et je vous fais un retour sur l’impression que cela donne. Vous faites ce que vous voulez avec: c’est juste une remarque d’un électeur parmi des millions d’autres.

            • Romain Blachier

              Ah mais que mon parti défende le droit de choisir, parmi d’autres thématiques, au niveau du parlement européen est rigoureusement exact.

  3. régis

    En France, depuis 20 ans, il y a toujours 225000 avortements par an, le chiffre stagne. 20% des grossesses se soldent par une IVG. C’est scandaleux. La première lutte pour l’égalité que les féministes devraient entreprendre, c’est celle de l’éducation des négligentes et des imbéciles.

  4. Rétrolien: Quand une partie de la droite et le FN lyonnais attaquent le droit à l’avortement | romainblachier.fr

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers