Test et avis sur le Kobo, la liseuse de la Fnac

Annoncés depuis longtemps comme un succès à venir,  les liseuses électroniques ont décidé de passer à la vitesse supérieure ces temps-ci. Il y en a une dizaine sur le marché.

J'ai craqué sur un Kobo, la liseuse de la Fnac il y a quelques jours, après avoir regardé avec soupçon pendant longtemps ce genre de petit écran. Gros lecteur et gros utilisateur d'ordinateurs, j'avais peur que la lecture y soit fatigante pour les yeux et puis surtout je n'y voyais pas d’intérêt. Mais en y réfléchissant

Pendant que le dingue de voiture roule, je cherche surtout à me faciliter la vie dans les transports en commun, ne disposant pas de voiture. Lorsque je vais au boulot, j'ai souvent une sacoche avec des dossiers, parfois un pc portable. Et des livres. Avoir une liseuse qui tient dans la poche permet de me débarrasser de la charge., surtout pour moi qui suis souvent sur plusieurs ouvrages

Les points positifs

Une lecture reposante pour les yeux grâce à un écran de bonne qualité,une excellente définition et un bon contraste

La possibilité de lire sur un tablette sans avoir toutes les deux secondes la tentation (comme sur l'Ipad) de quitter sa lecture pour faire autre chose

Un écran tactile avec une bonne sensibilité

La plupart des nouveautés littéraires sont disponibles

La prise en charge de la plupart des formats de livre (contrairement au Kindle)

Les livres gratuits de grande qualité (ah la lecture de Quatre-Vingt Treize de Victor Hugo !)

La grande portabilité de l'objet qui tient facilement dans une poche de manteau

La mise en route assez rapide

La possibilité de partager ses contenus sur Facebook

J'aime moins

L'impossibilité de chercher les ouvrages par critère de langue

La boutique intégrée dans la liseuse facture à l'étranger.Une commission est donc prélevée sur chaque achat, même si il est possible d'acheter ses livres ailleurs

Si l'écran tactile n'est pas désagréable; on aurait gagné à avoir aussi un ou deux boutons pour tourner les pages

Pas encore de magazines disponibles

Un catalogue plus grand que nombre de ses concurrents mais encore limité

Un danger à terme pour les petits libraires si ils n'arrivent pas à s'insérer dans le circuit

Un bouton retour parfois peu sensible au toucher quand on consulte le catalogue

Au final je ne regrette pas mon achat, même si je continuerais, pour un certain nombre d'ouvrages à pratiquer le papier, pour des raisons esthétiques parfois et le plaisir du libraire et de la découverte.

Kobo de la Fnac 129 euros

Billet non sponsorisé mais contient 3  liens sponsos

7 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Oh, merde, un billet sponsorisé.
    Je l’ai lu jusqu’au bout en me disant « ça ressemble à un billet sponsorisé, ça a exactement le ton des billets sponsorisés.. et pourtant, sur Lyonnitudes, il n’y a pas de ça ! »
    Eh bien si.
    Et je râle parce que je me suis fait avoir, je déteste les billets sponsorisés et évite les blogs qui en proposent, tout en reconnaissant qu’au moins certains blogueurs le mentionnent clairement en haut du billet, ce qui permet de faire un clic rapide pour s’échapper.

  2. Romain blachier

    Suzanne:non le billet n’est pas sponsorisé,juste les liens qui n’ont rien a voir avec kobo

  3. Ce qui repose les yeux n’est pas tant que l’écran est de bonne qualité, mais le fait qu’il s’agisse d’encre électronique, donc d’une surface non réfléchissante, très proche d’un effet papier. Et bientôt il y aura de l’encre électronique couleur…

  4. j’ai craqué aussi.. mais en décembre, et du coup je l’ai eue à 95 euros.. je suis très satisfait de cet achat qui va me permettre de lire bientôt l’intégrale des Arsène Lupin pour 0 euros, puisqu’ils tombent dans le domaine public. je suis quant à moi désagréablement surpris par contre par la difficulté qu’il y a à augmenter la taille du texte, raison principale pour laquelle j’ai acheté cet objet… Enfin, l’objet est léger, ce qui est également bien car on peut le prendre d’une seule main… 🙂
    Ps t’as des royalties sur la vente du machin au moins ?

  5. Ps: même po juste sur les liens qui ne concernent pas kobo.
    Pour la taille du texte ça passe je trouve.

  6. The dahu

    Que vont les libraires indépendants devenir?
    J’enrage de constater que votre génération ne tient pas compte des leçons de l’Histoire . Le Cd et la grands distribution ont signé la mort des disquaires indépendants, que vous n’avez pas connus et pourtant incontournables pour découvrir nouveautés, raretés, genres différents. Le tout électronique et le téléchargement creusent la tombe de la création intellectuelle et de ceux qui savent le mieux la servir, les indépendants. La grande distribution, Fnac, Virgin et Amazon en tête se frottent les mains.
    Être geek ne dispense pas d’utiliser ce que nous avons tous juste entre les 2 oreilles…;-)

  7. Les propos « les jeunes sont cons, les vieux ont raison » cancer de de notre société gérontocratique.
    J’utilise un kobo mais comme vous pouvez le voir dans ce billet que vous avez lu un peu vite, je m’inquiète, aussi des libraires de quartier, desquels je suis client par ailleurs et que j’encourage concrètement à la fois en tant que client et à la fois en tant qu’élu (mon quartier en comprenant un certain nombre, bien plus élevé que la moyenne nationale).
    Utiliser ce qu’on a entre les deux oreilles vous disiez? J’y ajoute pour ma part l’action.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers