Fêter la Fraternité du 14 juillet

Le 14 Juillet n’est pas que la célébration de la prise de la Bastille en 1789.

Si la municipalité girondine de Bordeaux avait évoqué la possibilité d’une célébration de l’assaut de cette prison symbolique par le peuple, il est aussi commémoration de la lisse populaire survenue lors de la diminution des pouvoirs du roi un an plus tard avec l’adoption de la monarchie constitutionnelle.

Il également fête centralisatrice.
Depuis l’été 1789, partout dans les provinces françaises se sont créées des "fédérations" régionales de gardes nationaux. Une réaction à l’affaiblissement du pouvoir central parisien.Le 7 février à Lyon le peuple  s’empare des armes de l’arsenal et oblige les échevins Lyonnais à constituer réellement la garde nationale.Afin de contrôler ce type de mouvement, la Commune de Paris, sous l’impulsion de Lafayette, décide de fonder une grande Fédération regroupant des représentants des fédérations locales et de les réunir à Paris le 14 juillet. La cérémonie est censée célébrer la prise de la Bastille, mais aussi apporter un semblant d’ordre et d’unité dans un pays en crise.

A cette occasion, La Fayette et le président de l’assemblée prêtent serment au nom de la nation et des électeurs.

La Fayette dira: "«Nous jurons de rester à jamais fidèles à la nation, à la loi et au roi, de maintenir de tout notre pouvoir la Constitution décrétée par l’Assemblée nationale et acceptée par le roi et de protéger conformément aux lois la sûreté des personnes et des propriétés, la circulation des grains et des subsistances dans l’intérieur du royaume, la prescription des contributions publiques sous quelque forme qu’elle existe, et de demeurer unis à tous les Français par les liens indissolubles de la fraternité».

Le roi prête également à cette occasion serment de respecter les lois du peuple.Les parisiens sont joyeux malgrés la pluie qui tombe en fin de cérémonie.

Devant cette avancée du pouvoir du peuple, devant aussi le souvenir de la prise de la bastille, des fêtes spontanées et fraternelles éclatent et c’est ainsi qu’est née la tradtion du 14 juillet.

Plus pragmatiquement comment célébrer la fratenité de la République et bien s’amuser à Lyon et particuliérement dans l’arrondissement septième du nom ?

Tout d’abord, il faut savoir que puisque  notre ville fait son feu d’artifice le 14 juillet, la plupart des communes aux alentours font rayonner le ciel le 13.
Pour ceux qui aiment les défilés militaires, rendez-vous cette même veille du grand jour à 18h Place Kleber. Arrivée à 19h15 Place Maréchal Lyautet en passant par le Cours Franklin Roosevelt.Ceux qui les détestent ont rendez-vous le lendemain au Boulon .

La foule lyonnaise sera nombreuse à se presser en ce jour de fête nationale pour voir le feu d’artifice. Les habitants du 7e ont rendez-vous avec leurs pompiers dans deux lieux les 13 et 14, à savoir à Gerland la caserne du 17 rue Debourg (entrée 8 euros) dans une ambiance trés sympathique ou à à celui, célébre, situé au 3,rue de la Madeleine, trés couru (entrée 10 euros avec une consommation).J’ai une faiblesse particuliére pour celui-ci, où se mélangent des populations trés diverses, et que j’ai aidé à quelques reprises, allant notamment faire une sélection de cactus lors d’une année où le théme était le "Far-West".

Pour ceux qui se sont pas trop caserne et pompiers, Brin d’Guill, association de jardins citoyens de la Guillotiére organise le 14 un fort recommandable bal salsa à l’Ilôt d’Amaranthes rue Sébastien Gryphe avec un prix d’entrée gratuit.

Surtout n’hésitez pas à mixer les trois, qui ont chacun leur ambiance et leur maniére de vivre la fraternité républicaine de ce jour spécial dans notre histoire.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers