Groupon, Kgb Deal etc…pourquoi les sites de coupons font faire des morts

Gun-groupon Groupon, KGB Deal , Dealissime, Bon Privé, Dealgroop, Wonderdeal etc…les sites d'achat groupé foisonnent. Vous les appréciez, moi aussi. Mais dans le nouvel horizon qui s'ouvre pour le E-Commerce via ces vendeurs de coupons, il va y avoir des morts, au moins à trois endroits.

Il s'en ouvre un chaque semaine, qu'il s'agisse de petits nouveaux sur le marché du E-Commerce ou de vieux routards ouvrant un nouveau business comme Vente Privée qui avait annoncé sa marque Rosedeal avant d'y mettre un frein ou Amazon qui investi dans Living Social.

Le principe: Il est simple: vendre un ou une poignée produit à prix cassé (plus de 51%) pendant une durée de temps limitée. Le concept n'est pas si nouveau concernant les grandes enseignes nationales. La chose qui change sérieusement est par contre l'implication locale de ces sites: Avec la vente groupée, ce sont des magasins de proximité qui se lancent dans l'aventure. Pendant une journée, il vous est possible d'acheter des diners dans un restaurant non loin de chez vous ou des soins dans un salon de beauté pour 30 ou 40% du prix normal.

Les bonnes affaires sont nombreuses bien sûr, même si il convient de faire le tri. Il arrive souvent que les réductions proposées soient moins fortes qu'affichées ou correspondent à un produit qui n'existe pas normalement. Il est fréquent par exemple que des restaurateurs proposent des formules apéro compris pour brouiller la comparaison avec le menu ou d'avoir des massages comprenant des durées de temps ou des soins différents de l'habituel.

Si dans quelques rares cas, il est possible pour le commerçant de gagner de l'argent sur des prestations à forte marge, être sur un site de ventes groupées est surtout une dépense en communication.

Le jeu est intéressant pour le commerçant, au premier abord.Le prix attractif combiné à de la visibilité sur un site à forte notoriété peut lui attirer, outre du volume, de nouveaux clients, qui, fidélisés, paieront peut-être par la suite le prix fort. Les acteurs du web y voient de leur côté un moyen, après des années de tentatives, de réconcilier commerce local et internet. La panacée ? Peut-être. Mais il va aussi y avoir des morts dans l'histoire.

A-Les commerçants.Outre la réduction de 51% sur le prix normal, Groupon prend 50% du prix dépensé par le consommateur. Lors d'opérations couronnées de succés, un commerçant peut se retrouver avec des centaines voire des milliers de prestations à effectuer à 25 ou même 10% du prix…si il n'a pas la logistique pour suivre et se trouve saturé, cela peut être un moment très difficile à passer sur le plan du volume du travail et financiérement. Profitant de cette inquiétude, des conccurents souhaitant se faire leur place à côté du géant Groupon comme Kgb Deal ne prennent que 20% de commission. Certains pourraient tout de même rester sur le carreau en gérant mal leur apparition sur des sites de ventes groupées.

Autre danger potentiel: La baisse de marge entière d'un secteur sous les coups de boutoir des réductions. Il y a en permanence, dans certains secteurs, des réductions sérieuses qui risquent d'amener le consommateur à ne plus accorder de valeur ni à vouloir payer le prix classique pour certaines prestations. Le massage ôu la restauration sont en permanence sujets à des réductions pour prendre deux secteurs très usagers de ces sites. Dans le second cas, le marché est suffisament vaste pour ne pas être destabilisé, dans le premier cas il est à craindre qu'une vampirisation se fasse.

B-Les sites de couponing eux-même. Il y a beaucoup trop d'acteurs sur le marché, trop semblables et sur le même modéle. Tous ne pourront avoir des accords intéressants avec les marchands, tous n'arriveront pas à attirer des clients. Pour limiter d'ailleurs l'arrivée de nouveaux entrants, les gros acteurs font signer des accords d'exclusivité…pas toujours respectés par les commerçants d'ailleurs, sans que des poursuites aient été engagées lorsque cela survient. Manque de temps dans un marché en hausse sans doute.

C-Derniers types de morts potentiels: les services derivés, à commencer par les agrégateurs. Oh My Deal ou Tuttodeal sont des sites qui vous proposent de visualiser sur la même page les offres des différents vendeurs de coupon. Il se rémunérent via des commissions sur les ventes et les inscriptions faites. Souci: les gros acteurs du milieu, dés qu'ils atteignent une taille importante, refusent de commissionner les agrégateurs. Il s'agit de profiter de leur poids pour d'une part économiser sur ce mode de communication, d'autre part de ne pas se retrouver sur un même support en conccurence frontale avec de plus petits acteurs.

Quoi qu'il en soit, le western ne fait que commencer.

(photo)

10 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. purée

    eh ben 50% ils s’ennuient pas Groupon.

  2. Le 50% est il avéré ? Il m’avait semblé entendre Frank Zorn, Pdg GROUPON France, dire que la part prélevée par Groupon variait suivant les business (structures des coûts différentes -> marges différentes -> prélèvement différent).
    En dehors de cette interrogation, des échos de la CCI vont également dans le sens de tes propos sur les commerçants. Groupon et les autres débarquent chez les commerçants en leur vendant un rêve de visibilité et d’acquisition de nouveaux clients sans pour autant les prévenir de l’impact opérationnel et financier de cette opération. Le commerçant n’est aujourd’hui pas suffisamment bien informé et il croque la pomme…
    RD

  3. Oui le deal de base c’est 50%. Aprés il y a en effet parfois des variables mais la plupart du temps c’est cela. Deux relations à moi, de deux commerces de type différents (restauration et services de loisir) ont eu cette part prélevée par groupon.
    Pour le second point, quand tu vois des petits instituts de massages prendre 550 commandes à 70% de réduc plus 50% sur le reste tu te dis qu’il va leur falloir du temps pour reprendre les prestations a tarif normal.

  4. Un cas concret avec un autre secteur très présent sur ces sites : les coiffeurs.
    Mon coiffeur a cédé aux sirènes et a fait une offre qui a très bien marché vu qu’il a « vendu » 156 coupes.
    Lorsque j’en ai discuté avec lui et lui ai souligné les points noirs du deal :
    – prix réel de la coupe pour lui (son prix – la réduction du site – la commission du site)
    – le temps qu’il va devoir y passer (quand on est tout seul, c’est galère)
    – le fait que ses charges fixes elles ne sont pas réduites pour autant
    – Son planning complétement bloqué pendant 4 mois
    – et enfin que cela allait nuire à sa clientèle actuelle :
    — plus possible d’avoir un rdv
    — Les anciens clients, qui ont fait vivre le coiffeur jusqu’à aujourd’hui, ont un sentiment de trahison ou plutôt d’être des dindons.
    — enfin, cela dévalorise totalement la qualité perçue du service aux yeux de tous les clients, anciens et nouveaux.
    Bref mon coiffeur est passé d’une humeur très joyeuse à un état plutôt maussade car il n’avait pas pris en compte ces considérations, on lui avait juste vendu une opération de super visibilité. 🙁
    Et pour finir, le dernier truc à éviter, c’est de donner son fichier client au site de deal pour qu’il en fasse la promo auprès de votre site actuelle. Car en plus de se tirer une balle dans le pied, c’est la pendaison simultanée assurée.

  5. Ludodeal

    Bonjour, j’ai écrit un article un peu en réponse au votre sur le sujet de l’achat groupé et pourquoi je pense que l’avenir n’est pas si sombre.
    J’avais commencé à répondre directement ici, mais c’est vite devenu trop long …
    L’article est sur http://blog.ludodeal.fr
    @ bientôt

  6. romain blachier

    Oui, d’ailleurs il arrive parfois que des deals soient annulés.Par exemple un salon de soins de Lyon 6e a vendu 534 bons et a du annuler pour les raisons que tu évoques.

  7. romain blachier

    Ca n’empêchait pas une réponse au moins partielle pour nous mettre en appétit avant d’aller sur votre blog.Je vais aller voir et merci.

  8. attention à ton titre : « vont faire des morts » et non pas « font faire des morts » …
    sinon tu as en grande partie raison mais ce genre de deals peut être très intéressant pour tous les acteurs qui margent à fond ( type entrée de musées, de cirques, de zoos …)

  9. @échantillon : non mon titre est volontaire.
    Sinon oui, pour les marges et l’intérêt c’est ce que j’ai écrit. Mais attention, les musées ne font pas forcément de marges si fortes que cela. La preuve est qu’ils ont souvent besoin de subventions même quand ils sont très fréquentés.

  10. Cyrille Hetre

    Juste une remarque : on peut s’étonner des marges de ces sites, certes.
    Mais il faut savoir que le niveau d’honnêteté est très variable : Groupon rembourse les coupons non utilisés en fin de validité, ce que est une attitude correcte. Surtout sachant que la clientèle a tendance à traîner dans l’utilisation des bons, engendrant un rush en fin de validité, une saturation et donc des impossibilités.
    KGB ne le fait pas,ce remboursement en fin de deal, et donc tend à une confusion entre son chiffre d’affaire et ses bénéfices, ce qui est parfaitement déloyal vis à vis de la clientèle (et même des commerçants). Pour ma part, j’ai rayé KGB de la liste.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers