Guy Mathiolon : de l’importance de la métropole lyonnaise

Guy MathiolonIl y a quelques temps, j’assistais à un petit-déjeuner d’entreprises organisé par mon ami Marc Fraysse. Je n’avais encore pris le temps de faire un billet sur cet exposé qui m’a fortement intéressé et dont le sujet était « Vers une métropole européenne lyonnaise », sujet de mon récent article dans Libération.

L’intervenant ce jour était Guy Mathiolon, ancien président de la chambre de commerce de Lyon et patron de SERFIM.

L’exposé de Guy Mathiolon

L’exposé portait sur la réforme des chambres de commerce sur laquelle je ne reviendrais que peu.J’ai en tous cas été marqué par le récit de Guy Mathiolon des efforts à faire tableau-airportlorsque l’on veut fusionner deux chambres comme ce fut le cas en Ardèche avec les deux existantes.

Il faut qu’un des deux présidents accepte de ne plus être chef, que certains vice-présidents s’effacent et que certains attributs de la fonction disparaissent…

Une action qui ne s’est faite que sous pression de règles interdisant de maintenir une chambre de commerce autonome sous le seuil  d’un certain nombre d’entreprises inscrites…

Toute similitude avec des réformes territoriales n’étant pas fortuite, Guy Mathiolon pouvait attaquer le morceau principal sur les collectivités. Et exposer brillamment l’attractivité que peut représenter demain un vrai projet de métropole pour les entreprises et la collectivité en général.

A noter d’ailleurs qu’il faudra nécessairement que la métropole européenne s’étende à terme sur unregion-urbaine-lyon périmètre plus étendu qu’actuellement.

Il serait en effet, comme l’a affirmé Guy Mathiolon, fort peu cohérent de disposer d’une métropole européenne sans que l’aéroport St-Exupéry, situé au-delà du périmètre du Grand Lyon. A terme on passera sans doute du Grand Lyon et de la Métropole à la concrétisation de la région urbaine de Lyon.

De même c’est bien sûr  une stratégie plus régionale, avec le début du pôle métropolitain rassemblant les grands pôles de Rhône-Alpes que peuvent, que se fond déjà des synergies…Mais quel rôle pour la région?

1 commentaire a été rédigé, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Par principe, je me méfie des théories englobantes qui prétendent expliquer la complexité du monde avec un seul facteur. Il en est de même avec la question de l’organisation politique : une métropole, collectivité territoriale de plein exercice, qui se substituerait (à terme) aux communes, communautés de communes ou d’agglomération, départements et région sur un périmètre aussi vaste que celui de la Région Urbaine de Lyon me semble la négation même de l’idée de décentralisation.
    « Rendre le pouvoirs aux citoyens », « rapprocher les lieux de décisions des lieux de vie », c’était quelques unes des idées directrices de la décentralisation version 1983. Idées qui restent pour moi les lignes directrices de ma modeste action politique.
    La course au gigantisme à laquelle se livre certains élus est une transposition inepte des modes de gestion de l’entreprise.
    La convergence d’intérêts entre villes et territoires ne justifie pas la fusion en 1 seule collectivité des différentes collectivités existantes sur une aussi grande échelle.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers