Parti socialiste et classes populaires

Intéressant débat sur Newsring sur le PS et les classes populaires.

Parti-socialisteLe premier aspect intéressant est que sur ce site, certes encore jeune, la seule fois où il est question de ces milieux sociaux est mis en regard du parti socialiste. C'est donc que ces deux éléments, même si ils sont mis en cause, questionnés, fait partie, même imparfaitement, des liens évidents. Même si les socialistes n'ont jamais prétendu représenter uniquement et exclusivement les ouvriers mais aussi les employés, les cadres, les entrepreneurs, ni n'ont jamais fédéré  l'ensemble de la classe ouvriére comme voudraient nous faire croire quelques nostalgiques.

Le second aspect est assez habituel: dés qu'il est question du ps, une foule de membres du front de gauche et d'autres organisations de la gauche radicale comme la fondation Copernic se précipitent pour taper dessus. Ne comprenant pas que, comme le dit Nicolas, pour dépasser la poignée de pour cent et conquérir ces classes populaires qui  leur accordent leur confiance infiniment moins qu'aux socialistes, il faudrait parler propositions plutôt que de se contenter de faire des singeries sur la conccurence. Au milieu il y a toujours un membre de groupuscule souverainiste, dont le poids électoral du héros (Dupont-Aignan, POI etc…) ne dépasse pas les 0,0001% des voix dans les quartiers populaires pour expliquer que lui il comprend le monde ouvrier.

Troisiéme point, celui que je met en avant dans le débat: évidemment que le parti socialiste, comme les autres organisations politiques, pourrait s'améliorer dans ses rapports avec les plus démunis et avec les salariés modestes. Même si il est à l'origine d'un grand nombre de conquêtes sociales comme la CMU, le RMI, la réduction du temps de travail etc…Elle n'est d'ailleurs pas toujours "payée" électoralement en retour. Combien de bénéficiaires de la CMU ou de la hausse du SMIC ont voté Jospin ou Royal aux dernières présidentielles ? Même n'est certes pas une raison pour s'arrêter d'agir pour un monde plus solidaire dans une société de plus en plus inégalitaire.

Il faudra certes aussi formuler, en plus des combats pour les plus démunis, dans le pacte présidentiel à venir dans le début de l'année qui vient, de François Hollande, des propositions concrétes pour les employés et ouvriers, notamment à partir des propositions du projet ps mais pas seulement. Par exemple à cet égard, la conférence tripartite sur les salaires ou le plafonnement des loyers lors de la première location.

Reste aussi que le PS, qui, je le répéte, n'a jamais représenté l'ensemble du monde ouvrier dans le passé comme on voudrait nous le faire croire, est parfois  le seul parti un minimum présent dans les rues des quartiers populaires. Même si il est aussi dramatiquement absent de certains d'entre eux et que l'abstention y est bien plus forte que dans les zones huppées à caniche.Reste aussi que la plupart des communes et circonscriptions à forte proportions de précaires, d'employés et d'ouvriers sont socialistes…

9 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Je suis prêt à croire qu’il ne s’agit pas que d’un coup de comm’ à l’approche des élections. je veux bien croire … mais je ne donnerai plus ma voix ainsi …
    Les classes populaires et classes moyennes n’y croient plus … Je suis récupérable je ne donne pas ma voix au FN. Par contre je comprends tout à fait l’ouvrier-employé « socialiste » qui le fait …
    Depuis quand n’ai-je pas vu une personne du commun dans les instances du PS ? En ai-je jamais vu ? François Hollande avec un casque de chantier c’est un exercice hypocrite qui énerve ou fait sourire à gauche comme à droite. Je me souviens d’une vidéo où la question de la création monétaire privatisée était posée à Hollande, une réponse sans ambages que Madelin ou Sarkozy aurait pu faire … bref même avec un casque de chantier, on sait où Hollande veut nous mener … alors dans le doute je ne condamne pas cette énième tentative de considération des classes populaires et moyennes … mais j’attends de voir et comme beaucoup de français, il va m’en falloir beaucoup pour lever mes doutes …

  2. laurent

    L’employé qui donne sa voix au fn est souvent (pas toujours) un électeur de droite à la base.
    ps vous êtes pas militant chez NDA vous? Je crois vous avoir croisé ailleurs?

  3. Romain / Variae

    Evidemment, je partage … Stop à la masturbation gauchistoïde.

  4. Romain, bonsoir,
    Il est vrai que l’analyse est bonne dans ce sens où le PS n’a jamais véritablement représenté la classe ouvrière.
    Faut-il rappeler que l’origine du PS est la SFIO c’est-à-dire Section française de l’Internationale ouvrière qui est venue du fait de la division entre la tendance Jules Guesde et la tendance Jean Jaurès, lequel fonda d’ailleurs l’Humanité.
    C’est vrai que le PS n’a jamais été un parti de la classe ouvrière, ses dirigeants sont pour la plupart issus de la grande bourgeoisie française.
    Ce qui ne les a pas empêcher lorsqu’ils ont conquis le pouvoir de faire des réformes sociales et structurelles bénéficiant aussi à la classe ouvrière et à l’ensemble des classes moyennes françaises.
    Si l’on prend également exemple sous la IIIème République, on peut citer le sociologue Durkheim ainsi que Jules Ferry lesquels ont participé activement à l’étude des faits sociaux pour l’un et de la mise en place de l’Ecole républicaine pour l’autre permettant ainsi aux classes populaires de s’épanouir matériellement et culturellement. Rappelons aussi que les Radicaux comme les socialistes étaient à l’époque issus de la bourgeoisie.
    Aujourd’hui ce qui se passe c’est qu’une grande partie de la droite comme de la gauche ont un m^^eme formatage culturel et social qui fait que, globalement ils ont la même vision des choses , européistes béâts et libéraux en économie.
    J’avoue qu’actuellement, F.Hollande ne m’inspire pas plus que NS Comme dirait le camarade Jacques Duclos : «  bonnet blanc et blanc bonnet ». Cependant, attendons la fin janvietr pour y voir peut-être plus calir et anlyser avec recul les diverses propositions.
    De toute façon pour moi, il n’est pas question de voter pour des libéraux en économie qui nous mènent dans le mur et des fédéralistes européenns qui nous enfoncent, qu’ils soient de droite ou de gauche.
    Ëtre du milieu populaire n’est pas synonyme culturellement d’être axé sur le progrès social et avoir une ouverture sur le monde moderne. Les populistes de droite comme de gauche ne sont pas réputés pour être de grands réformateurs.
    Bons voeux gaullistes pour 2012
    Claude JEANDEL

  5. Je ne suis pas militant dans un parti, je l’ai été dans ma tendre jeunesse auprès du NPA sans cependant y être encarté (bien m’en a pris ^^). Je suis sympathisant de NDA comme de Chevènement pour leur conception de la nation et de la République. Et j’ai aussi de la sympathie pour les idées de Mélenchon en partie et celle de Montebourg sur la démondialisation. S’il faut vraiment se situer dans un paysage politique, j’en suis là. A mon sens les idées de ces candidats sont les plus aptes à combattre l’abstention et le FN ou … pire le sarkozysme. Du moins, contrairement à celle de L’UMP et du PS, elles n’ont pas fait leur preuves dans l’inefficacité et le libéralisme.
    L’employé ou l’ouvrier qui donne sa voix au FN est souvent de droite en effet, d’une droite sociale, parfois gaulliste, héritière et orpheline d’un état souverain. Mais il est aussi bien souvent de gauche socialiste (pas la gauche libérale incarnée par le PS … sans jugement sur ce qu’est la gauche libérale d’ailleurs) et ne se reconnaît plus dans les luttes sociétales du PS et de certains autres partis de gauche (NPA notamment). Il est d’ailleurs tout aussi orphelin …
    Quand la politique fait des orphelins à droite comme à gauche, Marine se pose en mère adoptive …
    Les études faites sur différents items à propos des électeurs du FN et des abstentionnistes sont très intéressantes et révélatrices quant à la dissonance entre Parti Socialiste et électorat socialiste. Terra Nova ne s’y est pas trompé d’ailleurs … je leur reconnais au moins cette honnêteté …

  6. Vous êtes dans le vrai pour beaucoup de chose. Notamment sur le fait que bien souvent les milieux populaires ne sont pas les plus grands défenseurs du progrès social. Le socialisme en tant que tel est d’ailleurs peut être bien plus conservateur qu’on le pense (historiquement les luddites et canuts en témoignent). Ceci étant, lorsque l’on en vient à les considérer, on peut obtenir un compromis entre revendication de classe conservatrice et progrès social. Il faut pour cela que la République garantisse le dialogue et le compromis. Il faut pour cela que de grands hommes garantissent de mener le Progrès républicain et les acquis et luttes socialistes. Peut être prendre en exemple Jaurès que vous citez, serait une bonne chose pour la « gauche » afin de trouver le compromis qu’elle cherche depuis des années maintenant entre progrès et socialisme …

  7. Oui l’électorat est ingrat…

  8. lil

    « le PS (…) est parfois le seul parti un minimum présent dans les rues des quartiers populaires »
    C’est une blague ? Ajoutez un smiley, parce que là on croirait que c’est du 1er degré !

  9. romain blachier

    Pourquoi mettre un smiley à une réalité ? Vous n’apportez d’ailleurs aucun contre-argument à l’appui !

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers