Prostitution de voie publique à Lyon : progressons vers une autre approche !

Travailleuses Je l'ai déjà dit sur ce blog, il faut progresser sur la prostitution de rue à Lyon, où la situation des personnes prostituées pose de véritables questions, comme l'a montré un récent rassemblement devant l'Hôtel de Ville.

La responsabilité est bien sûr en premier lieu du côté de l'Etat, principal responsable du maintien de l'ordre et des lois mais aussi, ne nous mentons pas, au niveau municipal, où le problème gagnerait à un changement de façon de traiter le problème. On ne peut, d'arrêté en arrêté municipal, repousser la question, certes causée il est vrai, d'abord  par des lois françaises très répressives, qui laissent fort peu de marges aux communes.

Loin de s'exonérer, la Ville de Lyon doit jouer son rôle dans la solution.En dialoguant pour commencer. La voix des prostituées, qu'elles peinent à faire entendre, se doit d'être au moins écoutée, comme elles l'ont demandé récemment dans un courrier envoyé aux élus du conseil municipal (petit élu d'arrondissement, je n'en étais pas destinataire mais j'en ai pris connaissance).  Certes, il y a un progrès dans la discussion et il faut le saluer: Le Premier Adjoint de la ville de Lyon et député Jean-Louis Touraine a reçu récemment des représentantes de personnes prostituées. Tant mieux mais allons plus loin. Jusqu'à présent, la politique des arrêtés municipaux d'interdiction de stationnement des camionnettes de personnes prostituées dans telle ou telle zone (centre-ville, Gerland…) n'a pas amené, à mon sens, de résultats probants. La solution répressive est pourtant, de la gauche à la droite en passant par le reste, largement plébiscitée localement.

Certes, il était impossible de continuer la situation avec des dizaines de camions dans le sud du 7e ou vers Perrache, concentrant la quasi-totalité des prostituées du lieu en un seul endroit, formant une fort triste et problématique cour des miracles. Le bien-être, la décence et la sécurité des riverains en dépendent. Mais c'est justement cette situation de répression par la police et les arrêtés municipaux qui amènent à cette concentration en un même lieu.

La préfecture est aussi responsable de cette approche, en demandant réguliérement des arrêtés d'interdiction.  Je le redis, c'est d'abord d'une autre approche de l'Etat, de modifications juridiques substantielles que viendra une solution pour les personnes prostituées. On peut douter que la chose survienne, tant l'UMP nationalement et localement, est sur cette question purement répressive.On est encore loin de la légalisation que j'appelle de mes voeux. Depuis Sarkozy, le racolage passif est un délit.

Mais aujourd'hui la majorité municipale de gauche et de la société civile peut, doit améliorer la situation: dialoguer, éviter de concentrer la question au même endroit, travailler avec les associations pour gérer au mieux les questions de santé et de sécurité, changer d'approche quoi…

8 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. On a droit à une réduction si on est left blog ? t’as pas négocié ça ?

  2. camembert

    La prostitution est un délit. Point.

  3. Susanowoo

    Moi je suis pour la légalisation, mais j’ai peur de voir un quartier ou il n’y aurait que ça. J’ai vu ce que ça donne à Bruxelles,Munich ou Amsterdam… Ce sont vraiment des quartiers très dangereux.
    On me dira oui mais certains quartiers lyonnais sont dangereux, oui si on veut… Mais, ce milieu n’est pas géré que par des gentils.
    En Tunisie, ils ont dépénalisé et même légalisé ça ,mais de façon très contraignante. Il y a des quartiers de Tunis ou de Sousse où ce commerce est toléré et ces femmes sont même taxé par le FISC tunisien.
    Mais, je me demande si les services médicaux, les services d’hygiène, l’associatif, le politique , les patrons de l’immobilier, et évidemment et indirectement le FISC seraient prêt à bosser main dans la main… Laisse moi songeur.
    La droite est pour le répressif, la gauche est divisé ou évite le sujet… Sarkozy en a parlé une fois et s’est dit fortement contre… Royal a validé ses propos au nom du féminisme et du blablabla
    Moi, je suis pour une législation très contraignante et bien organisé pour bien gérer ce problème.

  4. Kmasson

    For me the biggest problem is when victims of human traficking who are being prosituted are grouped in with prostitutes. It’s not the same case. Whatever changes are made, Lyon should take a zero tolerance stance against trafficking. I realize the victims would simply be moved elsewhere, but it’s a start – sending a message to traffickers that we will not tolerate the dehumanization of others in this city.
    Keep writing. Your blog/Twitter is a breath of fresh air!

  5. Henri

    Offrir un peu de sécurité aux femmes qui font se métier dont l’ancienneté montre l’impossible éradication viendra probablement d’un encadrement législatif plutot que par une interdiction qui ne sera que de façade.

  6. Sylvain O.

    Le vrai problème à mon avis, c’est la liberté sexuelle. Tant que nous nous inscrirons dans une société judéo-chrétienne phallocrate vantant le travail et la famille, nous ne trouverons aucune issue et les prostituées resterons les esclaves modernes de bonshommes bedonnant.
    La légalisation, pourquoi pas. C’est sûr que rien ne peut être pire que la politique menée actuellement par la municipalité…
    Travaillons moins et baisons plus, pour finir ce commentaire en finesse…

  7. Ni répression, ni légalisation.
    La prostitution ne peut pas être un métier comme un autre ; c’est le client qu’il faut réprimer, car la prostitution est tout simplement un crime sexuel (ce qui n’empêche pas de mieux protéger les personnes prostituées, au cas par cas). Comment admettre cette forme d’esclavage ? L’usage d’un corps peut-il devenir une marchandise comme les autres ?
    Je l’ai déjà écrit, ici, mais je pense que Romain, en dépit d’intentions louables, fait preuve d’une terrible naïveté en étant partisan d’une légalisation de la prostitution, méconnaissant ainsi le caractère intolérable au plan des droits humains de toutes les formes de prostitution, volontaires (rarement) ou non (le plus souvent).
    Voir le site du Mouvement du Nid, principale association abolitionniste (c’est-à-dire favorable à l’abolition de la prostitution) :
    http://www.mouvementdunid.org/

  8. Sylvain O.

    @éric: ne pas légaliser, c’est déjà réprimer!
    Je ne pense qu’il faille non plus réprimer le client, lui aussi victime de sa misère sexuelle.
    Prévention, légalisation et éducation!

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers