Défendre BHL et l’open data

Tribune-de-lyon-logoJe n’ai jamais vraiment compris la haine qu’éprouvent certains à l’encontre de Bernard Henry-Lévy. Le monsieur est dénigré par une large partie de la droite qui lui reproche d’être de gauche et de ne pas vivre dans un HLM, fut-il aussi rupin que celui de Jean-Pierre Chevénement. Mais chez ses ennemis les plus féroces on trouve aussi une forte fraction de la gauche de la gauche, qui le trouve sans doute pas assez dans la posture radicale.

C’est pourtant, du Bangladesh à Benghazi en passant par Sarajevo, un intellectuel, dans l’action et l’éthique, engagé et souvent efficace, homme de combats pour la liberté et la démocratie que nous avons la. On trouvera dans son parcours une grande cohérence de ce point de vue que n’ont souvent pas ses adversaires. On lui prêtera pour prendre un seul exemple chez ceux qui aiment opposer des combats les uns autres, parce qu’il est juif et ami d’Israel, une détestation de l’Islam en oubliant qu’il fut l’un des premiers à chercher à sauver les musulmans de Bosnie, en oubliant qu’il est, avec le lyonnais Bernard Schalscha, qui est en quelques sorte son antenne locale, de la poignée de gens qui se sont réellement intéressés au sort des musulmans du Darfour.

Certes l’homme peut parfois agacer, certes certains de ses écrits (je ne parle pas de son dernier ouvrage, La Guerre sans L’Aimer, passionnant) manquent parfois de digeste, certes il y a le froissement du ridicule (certes plus léger qu’une vidéo de Nora Berra) de la citation d’un Botul imaginaire mais quand même Bernard, bravo d’être dans l’action concréte, je dirais même dans la démocratie d’action.

De l’action c’est ce qu’il faut aussi pour booster le web lyonnais. Il y a quelques mois dans ces lignes, je parlais du potentiel que représente pour notre ville, internet, son développement, ses entreprises, ses hommes. De nombreuses initiatives se font jours un peu partout, qui du regroupement d’entrepreneurs; qui des rencontres amicales, qui des présentations de concept. Tout ce bouillonement que nous continuions à travailler à un lieu commun pour ce que monde trouve un endroit où se rencontrer.

Récemment s’est d’ailleurs établi à l’Atelier des Médias une réflexion sur les données ouvertes (open-data en VO) . Il s’agit tout simplement à rassembler et à trier le maximum de données publiques pour les mettrd à la disposition du grand nombre. Ces informations peuvent (et doivent ) venir des instances publiques que sont les mairies et autres collectivités locales ou d’’entreprise exercant des fonction d’intérêt général. Cela permet une démocratie transparente et une coresponsabilisation du citoyen et de l’élu. Une démarche saine pour pratiquer, dans un autre registre, une démocratie d’action.

Romain Blachier

Texte paru dans le numéro 311 de Tribune de Lyon

11 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Je ferai le parallèle avec Noah.
    On ne peut demander plus de solidarités aux autres si soi-même on rechigne autant à payer l’impôt. Critiquer le « système financier » quand on est soi-même un gros investisseur financier, cela me fait penser inéluctablement aux larmes de crocodiles de Soros.
    Sinon, ses combats sont souvent justes. Peu importe qu’il aime tirer la lumière vers lui.
    Pas sûr que ce commentaire apporte quelque chose.

  2. Natacha

    BHL a soutenu trois guerres (Afghanistan, Irak, Libye) sous prétexte qu’il existe des guerres moralement justifiées. Je ne suis pas d’accord avec cette vision des choses. La guerre juste n’existe pas. Et les trois conflits cités ont abondamment contredit BHL.
    C’est sûr qu’il est cohérent, le Monsieur. Mais sa « cohérence » l’a conduit à se tromper plusieurs fois quand même… Errare humanum est, perseverare diabolicum…
    Bref, BHL n’est pas mon ennemi, je ne le hais pas non plus, mais il ne me sidère pas par sa clairvoyance.

  3. Upsilon

    BHL est surtout un escroc « intellectuel », dont Le Monde diplomatique et ACRIMED signalent régulièrement ses flagrantes contradictions, ses erreurs factuelles etc. BHL est loin d’être un philosophe par l’absence d’un vrai système philosophique qui justifierait du moins théoriquement « ses » actions. Au lieu de cela, son éthique est bel et bien de profiter de tel ou tel évènement sous couvert de promotion démocratique pour s’illustrer (et vendre les bouquins qui suivent chaque « mission » BHLienne)et confirmer que ses idées sont les bonnes.. La modestie, ne fait pas partie de son vocabulaire. L’autocritique non plus.
    Que restera-t-il de BHL dans 50 ans ? Rien. Du vent. N’est pas Voltaire qui veut.
    Quant à l’Open data, je suis 100% d’accord avec tes propos, et j’espère que la dynamique amorcée perdurera et portera ses fruits.

  4. Episodique

    Mouarf, apprécier le travail de sioniste de BHL va de soi si k’on est de là bas pour se magouiller les embrouilles de Tunisie et de Libye.
    Il faut être obtus pour nier l’implication sioniste de ce type dans ses actions en Libye par exemple.

  5. Je ne le connaissais pas plus que ça, je l’ai découvert lors de sa conf’ au forum Libé, je n’en garde pas un très bon souvenir. L’homme n’est pas bête, mais a une tendance un peu facile à se mettre en valeur.

  6. PMB

    //L’homme (…) a une tendance un peu facile à se mettre en valeur//
    Pas mal, la litote !
    Pour ma part, entre lui et Rony Braumann, je n’hésite pas une seconde.

  7. gola

    invité à s’exprimer sur ce thème, Bernard-Henri Lévy a expliqué les raisons qui l’avaient conduit à s’engager il y a huit mois dans le combat contre le régime du colonel Kadhafi.
    « Ce que j’ai fait pendant ces quelques mois, je l’ai fait pour des raisons multiples. D’abord comme Français. J’étais fier de contribuer à ce que mon pays soit à la pointe du soutien à une insurrection populaire débarrassant le monde d’une de ses pires tyrannies. Il m’est arrivé parfois d’être fier d’être français ».
    « Je l’ai fait pour des raisons plus importantes encore », a-t-il poursuivi: « la croyance en l’universalité des droits de l’homme (…). Je suis de ceux qui ont toujours eu la tentation de se porter en soutien des victimes ».
    « Il y a une autre raison dont on a peu parlé, mais sur laquelle je me suis pourtant beaucoup étendu: cette raison impérieuse, qui ne m’a jamais lâché, c’est que j’étais juif. C’est en tant que juif que j’ai participé à cette aventure politique, que j’ai contribué à définir des fronts militants, que j’ai contribué à élaborer pour mon pays et pour un autre pays une stratégie et des tactiques ». « Je ne l’aurais pas fait si je n’avais pas été juif », a-t-il dit.
    « Ce que je vous dis là, je l’ai dit à Tripoli, à Benghazi, devant des foules arabes, je l’ai dit lors d’une allocution prononcée le 13 avril dernier sur la grand place de Benghazi devant 30.000 jeunes combattants représentatifs de toutes les tribus de Libye et j’ai commencé mon allocution, en disant: je m’appelle Lévy, fils de Lévy, je suis le représentant d’une tribu, qui est l’une des plus anciennes et des plus nobles tribus du monde ». « J’ai porté en étendard ma fidélité à mon nom, ma volonté d’illustrer ce nom et ma fidélité au sionisme et à Israël ».
    « Ce que j’ai fait tous ces mois, je l’ai fait comme juif. Et comme tous les juifs du monde, j’étais inquiet. Malgré la légitime anxiété, c’est un soulèvement qu’il convient d’accueillir avec faveur: on avait affaire à l’un des pires ennemis d’Israël ».

  8. Christine HOUBART

    Romain, bonjour,
    BHL me parait être plutot un philosophe médiatique. Mais ce qui m’interesse en tant que citoyenne, c’est ce concept d’Open Data. Je ne comprends pas bien en quoi cela consiste exactement.
    En effet, les données publiques existent déjà et sont relativement accessibles via le Net et/ou les sites de la presse(Echos, la Croix, les pure players)que ce soit par exemple celles du Grand Lyon, de la Région, du Gouvernement, de l’Insee, des Think Tank de droite comme de gauche, des grandes Associations( je pense à des rapports comme ceux par ex de la Fondation Abbé Pierre sur le logement ou celle des Catholiques sur la pauvreté). Alors, je me pose la question a quoi peut bien servir cet open data à moins que cela ne serve les entreprise mais alors que devient dans ces conditions la lutte contre le piratage industriel?
    Le Gouvernemet actuel a également lancé une vaste réflexion sur ce concept d’open data. Aussi, si tout le monde s’y met, quelle est la réelle finalité de ce mouvement? Pourrais-tu éclairer ma lanterne?
    Avec mes remerciements
    Cordialement

  9. Fred

    BHL est un faux intellectuel: sa pensée est profondément bancale, dès son avènement sur la scène médiatique il fut rudement accueilli par un article de Pierre Vidal Naquet qui démolit le « nouveau philosophe » en démontrant qu’il n’est qu’un tartuffe, petite citation pour le plaisir: « Monsieur Bernard-Henri Lévy affiche, dans tous les domaines, la même consternante ignorance, la même stupéfiante outrecuidance. »
    Pour ce qui est de l’action BHL a toujours voulu faire son petit Malraux, mais point trop n’en faut: à chaque fois qu’il approche le théâtre des combats (à distance respectable tout de même) le récit qui s’ensuit semble être une pauvre copie mal recopiée d’un chapitre à chaque fois différent de « L’Espoir », l’imitation du style est évidente à chaque fois, et à chaque fois cela confine au ridicule. Ensuite pour faire son petit Malraux, il faut crier bien fort pour une intervention armée (pas trop, cela risquerait de déboutonner le 3e bouton de la chemise, ce qui serait une faute de goût) mais il ne faut pas non plus aller se battre (pas fou). Oui quand BHL propose généreusement aux autres d’être les héros de l’Histoire en allant se faire trouer la peau, Malraux a été aviateur et initiateur de l’aviation républicaine, tankiste pendant la guerre, et enfin maquisard (sur le tard). Malraux pouyvait dire aux autres d’aller se faire trouer la peau, il risquait la sienne, BHL lui ne risque que son brushing.
    BHL le philosophe ne laissera aucun concept, l’intellectuel agissant beaucoup d’échecs et de compromissions avec des personnages peu reluisants (si on devait n’en retenir qu’un seul: l’ancien ministre de la justice de Kadhafi, sûrement un des plus grands bouchers du régime).
    Mais je laisse la aprole au grand P. Vidal Naquet: http://www.pierre-vidal-naquet.net/spip.php?article49
    tu verras c’est édifiant

  10. romain blachier

    Comme expliqué dans l’article s’agit déjà de recenser ce qui existe, ce qui est fondamental, et puis de développer aussi le nombre de données laissées à la connaissance de tous.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers