Une Rochelle que je n’ai pas vue

Je ne suis pas allé à La Rochelle (Je dit La Rochelle tout cours mais le vrai de vrai nom c’est l’Université d’Eté du Parti Socialiste-Diagnostic pour la Rénovation) cette année, non pas par désintérêt mais parce que j’avais d’autres projets et un budget serré ces derniers temps.

Je me suis toutefois tenu au courant notamment en passant des  coups de fils à des copains ou en les voyant aprés.

La chose semble s’être bien passé et les membres de la délégation rhodanienne que j’ai interrogé  (essentiellement pour l’instant des camarades de ma section mais bon il est vrai que celle-ci fournit de gros bataillons aux délégations lyonnaises) sont contents.

Le maitre mot parait avoir été de dire que "nous sommes pour l’économie de marché".

La chose me semble évidente mais les débats de ce soir en secrétariat fédéral du ps du Rhône m’ont montré que certains confondaient le débat interne que nous avons sur la régulation, son degré et ses moyens et le débat sur l’économie de marché que ne conteste aucun socialiste….Le débat qui va être engagé dans quelques semaines au sein du PS sur cette question me semble ainsi mal posé et devrait plutot se concentrer sur les moyens et le fonctionnement des régulation plutot que le principe abstrait de ce systéme économique…

Unité et Travail (compte-rendus des ateliers là, là et là) semblent avoir été les maitres mots de ces séances de travail.La récolte de John-Paul Lepers sur La Tele Libre, fort maigre cette année, augure d’ailleurs de ceci.La présence, brêve, de Ségolène Royal venue ouvrir les université d’été, a aussi du laisser certains amateurs de conflits internes sur leur faim, qui s’attendaient à des polémiques autour de sa personne.

Parmis les morceaux de bravoure, le record de retours enthousiastes a été Rocard, sifflé par une partie de la salle au début, vite captivant l’audience, dont l’intervention qui amenant nombre de textos à voler vers mon portable de la part de camarades présents qui jubilaient.Je n’ai pour ma part vu que des vidéos (dont celle ci-dessous) et bien évidemment les dires des uns et des autres.

Delanoe a également receuilli nombre de remarques positives.A titre perso et régionaliste je suis par contre encore une fois énervé du centralisme médiatique parisien qui fait de sa déclaration de candidature pour un deuxiéme mandat à la tête de sa ville l’essentiel de son speech.

Le discours de Hollande ne semble pas, pour une fois, avoir soulevé les foules.Pourtant le 1er Secrétaire excelle habituellement dans cet exercice.

A voir des extraits la chose fut honnête mais trés classique…

Bon, il faut bien commencer l’année par quelque chose.

3 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Karim Aou

    Bertrand delanoë est intervenu dans l’atelier intitulé « Où en est la Gauche ? » et son propos s’en est tenu au sujet. Il ya d’ailleurs proposé quelques pistes intéressantes pour l’avenir du Parti Socialiste.
    C’est rageant de voir que les journalistes n’avaient d’intérêt que pour sa candidature à Paris.
    Enfin, il développera ses idées au sujet d ela rénovation du PS le 16 septembre à Paris (entouré de Marylise Lebranchu, Harlem Désir, Elisabeth Guigou, Lionel Jospin, Annick Lepetit, Anne Hidalgo, Jean Glavany, Martine Aubry,George Pau-Langevin, …) et je ne manquerai pas d’en faire le compte-rendu.

  2. Killcow

    Le discours de clôture du vieux Hollande est le seul que j’ai vu (merci BFM), et je l’ai trouvé vraiment bien. Ce qu’en ont dit les journalistes m’a donné envie de les taper, tellement ils ont insisté sur le fait que Hollande disait que la gôche était divisée.
    C’est quand même important de savoir que Delanoë sera candidat à l’investiture socialiste. Si je ne m’abuse, il est encore le seul candidat, non ?
    Après, on pouvait facilement s’attendre à ce que la chose à retenir du discours soit ça. Les journalistes sont sélectifs, et ils sélectionnent ce qui parle le plus au pôple ; il fallait s’y attendre.
    Ca doit être pour ça que tout le monde veut aller à La Rochelle….. au moins, on n’est sûr qu’on ne ratera rien des discours et des discussions, contrairement à si on le suit dans les médias traditionnels.
    D’ailleurs, ils ne pourraient pas changer un peu le lieu de l’université d’été ?

  3. Alexis

    J’étais présent à La Rochelle et j’ai assisté à cet atelier.
    Michel Rocard, après avoir réglé quelques comptes, a courageusement remis les pendules à l’heure sur la nécessité d’arrêter de manipuler des concepts que les gens ne maîtrisent pas.
    Il a ainsi expliqué de manière claire (et il en est capable des fois) ce qu’était le libéralisme et je dois dire que ceux qui l’ont écouté ont réalisé le colossal glissement de sens opéré ces dernières années par les médias et la plupart des politiciens.
    J’ai réalisé avec honte que libéralisme était synonyme de démocratie, de liberté et d’égalité et que c’était loin d’être une doctrine dogmatique de droite sinon une valeur noble dont les gens de gauche devraient avec honneur s’emparer et combattre ceux qui l’utilisent à mauvais escient.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers