Dossier de Lyon Capitale sur les jeunes élus lyonnais : l’appareil pour mesure ?


LogoLyonCapitale05062009 Lyon Capitale est sorti en fin de semaine dernière. SI vous n'êtes pas abonnés, c'est comme pour toute la presse lyonnaise, allez faire un tour en kiosque, le numéro est comme souvent intéressant. Ou abonnez-vous.

A noter toutefois une coquille gênante que l'utilisation du terme Green Washing (qui veut dire "faire passer pour écolo ce qui ne l'est pas") pour "conversion écologique" dans le par ailleurs fort intéressant dossier sur le bio.

Ce qui a bien sûr retenu mon attention dans ce numéro est avant tout le dossier sur les jeunes élus, dont votre serviteur. Les journalistes ont fait le tour d'une demi-douzaine de détenteurs d'un mandat locaux de moins de quarante ans. Là j'ai été un peu déçu.

Le dossier ne prend en compte que notre capacité à monter rapidement dans l'appareil, par tous les moyens. Dommage par contre que nos actions politiques réelles, hors appareil, ne soient pas soulignées: être un élu de terrain mal traité par son parti et blogueur sur les bords n'est pas faux, être réduit à cela est un peu limitatif. Il y a aussi l'action de terrain, les valeurs portées, le parcours que nous pouvons avoir..

Du coup, avec Slim Mazni, coauteur de l'article, on s'est appelés pour discuter du dossier traité par Lyon Capitale assez longuement. Puis je lui ai posé ces trois questions pour connaitre le point de vue du journal.

1 Quel est la problématique de cet
article, son angle ?

1/ La naissance de cet article est l'établissement d'un constat: il y a de plus
en plus de jeunes élus dans l'agglomération mais ils restent invisibles et
inaudibles. L'idée était donc de questionner les valeurs que portent ces jeunes
élus et de s'interroger: y a-t-il un lien entre le caractère inaudible de cette
jeunesse et l'absence, ou à tout le moins, la relativisation de toutes les
valeurs? 

2 La question des jeunes élus uniquement sous
l’angle des Progrès dans l’appareil c’est un peu limitatif non ? Il y a aussi
tout le reste, sans compter qu’il faut aussi compter que la parité avantage
davantage les jeunes filles que les jeunes hommes ?

2/Je ne crois pas que l'article interroge uniquement la progression dans
l'appareil politique. Je te trouve sévère! On a cherché à savoir ce que porte
ces jeunes élus comme valeurs, on a essayé de comprendre leur trajectoire
militante également. On a essayé à travers toutes ces questions de brosser une
sorte de grande synthèse, de proposer aux lecteurs des perspectives sur cette
nouvelle génération. Et fatalement, la question de l'appareil émerge, c'est une
évidence. Mais elle émerge parce qu'il y a bien une compromission exacerbée
parfois des jeunes élus avec l'appareil. On le voit par exemple avec le nombre
de jeunes élus qui sont passés par l'institut Aspen, ce centre de formation qui
enseigne les rudiments pour être un loup politique. Et on s'interroge: est-ce la
victoire du cynisme en politique? Concernant la question de la parité, ce n'est
pas uniquement un problème de jeunes, il s'agit d'une vaste problématique de
sociologie politique. Les jeunes hommes en sont en effet victimes, mais pas
exclusivement.

3 Qu’as-tu appris, qu’es ce qui t'a marqué
dans ces entretiens ?

À quelques exceptions près, j'ai été surpris par le manque d'indignation
de cette génération (qui est aussi la nôtre puisque trentenaires tous deux!) et partant de là, par un
manque d'audace aussi. Ils sont en effet trop peu nombreux à se projeter dans
des actions politiques d'envergure. Je pense à une personne qui répond que ce
n'est pas de sa compétence que d'imaginer un projet pour Lyon ou une autre façon
d'habiter la ville, de la vivre. Ils ont beaucoup d'autres qualités mais ce qui
leur fait défaut c'est un manque d'imagination sans doute. Mais cela touche la
classe politique dans son ensemble…

13 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. @Slim Mazni: Si vous lisez ce commentaire, je serai ravi de vous présenter de jeunes élus (notamment des femmes) y compris de banlieues qui ont encore une véritable force d’indignation, une vraie force de conviction et de caractère.
    Yann Benhayoun

  2. Slim Mazni

    @Yann,
    Je n’en doute pas cher Yann! Après, l’autre parti pris consistait à choisir les élus dont on nous parle, qui font le « buzz » autour d’eux comme on dit. Ce qui est l’indice d’un talent prometteur ou d’une avenir politique certain. C’est pour cela que l’on parle d’une liste non exhaustive de jeunes élus. Et lorsque je parle de force d’indignation, j’indique qu’il y a aussi de jeunes élus qui en sont capables, c’est pour cela que je précise « à quelques exceptions près »….
    Bien cordialement
    Slim Mazni

  3. Une fois n’est pas coutume, je suis déçue de ce billet… Pas de conclusion, des phrases pas très claires et pas relues… Zut, zut, Romain… Et une fois n’est pas coutume non plus, j’ai trouvé plutôt intéressant le billet de Lyon Cap, qui m’a permis de découvrir ou redécouvrir certaines têtes !

  4. romain blachier

    Camille, il n’y pas de conclusion, c’est une sorte d’échange de points de vues sur le dossier. Quelles sont les phrases que tu ne comprend pas ?

  5. romain blachier

    Yann je vois de qui tu veux parler…après il y a une essence, une histoire, quelque chose qui fait que y’a un buzz.
    Slim, je suis dans le buzz, j’espère aussi être dans le « quelques exceptions prêts » mais je crois que tu avais déjà répondu à la question;)

  6. Une phrase que tu as dû corriger depuis, et globalement je trouve les trois premiers paragraphes très rapides et un peu « fouillis ». Et je persiste à penser que c’est dommage de ne pas faire un retour sur les réponses de Slim Mazni et les mettre seulement comme ça sans commentaire. M’enfin bon, rien de grave, hein ! 🙂

  7. @camille : mes trois paragraphes sont introductifs…Il s’agissait d’abord d’un billet sur un dossier du magazine mais j’avais aussi envie de faire un peu de pub, évoquer aussi une grosse erreur etc…
    Pour le retour sur les réponses de Slim, j’ai hésité puis je me suis dis que non justement, qu’il y avait les commentaires pour cela, que c’était aussi leur utilité. J’aurais pu peut-être le faire en premier com’s mais bon. Justement je reviendrais dessus dans un prochaine commentaire

  8. Maxime (Lyon 3e)

    Bonsoir,
    J’ai acheté ce lundi matin Lyon Capitale et j’ai lu attentivement ce dossier. Je le trouve pertinent et tellement réaliste. Je peux comprendre qu’en le lisant Romain vous avez été chagriné mais en même temps la vérité fait toujours mal. Je voudrais vous poser une question : Allez-vous tenir compte des remarques des journalistes de Lyon Cap ? Si non, pourquoi ?

  9. romain blachier

    Maxime, merci de votre intervention, certes un brin agressive ce qui n’est pas bien grave.
    Pour juger de la vérité ou non de l’article, il faudrait que vous connaissiez les personnes dont il est question dans ce (bon) dossier, ce qui n’est pas le cas loin de la. Je regrette simplement que ce soit l’angle politicien et non l’angle politique qui aie été privilégié.
    En ce qui me concerne: chagriné ? Euh non pourquoi? Au contraire, si l’angle est limitatif, le portrait ne me pose aucun souci comme je l’écris puisqu’il reflète une réalité: je ne sacrifie pas mes convictions aux logiques d’appareil. Le journaliste me fait même le plaisir d’exprimer que je suis quelque part pas dans les responsabilités dans lequel mon travail pourrait m’amener. Sympa non ?
    Sur votre question: tenir compte sur quoi, pour faire quoi?

  10. Maxime (Lyon 3e)

    Merci d’avoir pris la peine de répondre. Désolé pour le ton agressif, c’était pas voulu. Je veux dire : vous êtes réputé pour votre blog, votre proximité avec les commerçants / habitants du 7e. Mais souhaitez-vous avoir plus de responsabilités politique ? Peut-on imaginer un jour vous voir au poste d’adjoint à la mairie centrale ? Bref, être un acteur de premier plan de la vie politique lyonnaise. Et pas seulement le sympathique blogueur, homme de l’ombre…
    Je voulais aussi rajouter que j’approuvais les propos de Nathalie Perrin-Gilbert dans l’article en question : Les jeunes élus se sentent redevables de leurs ainés. N’est-ce pas votre cas vis-à-vis de Gérard Collomb ?

  11. romain blachier

    Bonjour
    Merci. Mais justement ce que je reproche c’est justement que c’est l’aspect proximité et travail n’a pas été étudié pour les élus étudiés par l’article.
    Pour un homme de l’ombre ça ne me va pas, je manque trop de discrétion après prendre des responsabilités je ne sais pas, c’est à voir mais ce n’est pas mon seul but dans la vie. Ca dépend. Pour les loyautés je ne sais pas, disons que dans mon cheminement politique j’ai du me débrouiller seul, d’où peut-être des soucis parfois à certains moments dont les dernières municipales. Cela ne m’empêche pas de soutenir et d’apprécier des gens au PS.

  12. un élu qui buzz pas

    et dire que pendant ce temps là je m’interessai bêtement au fonctionnenment du grand lyon et du chauffage urbain, du coup ni j’ai pu faire du buzzz ni lire cet article,ou participer à cet interessant débat 😉

  13. cher eqbp, on dirait qu’il y a beaucoup de jalousies entre venissians! 😉
    Tu touches le meme reproche que je fait: l’article ne parle pas du travail de terrain et de réflexion que nous pouvons mener les uns ou les autres.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers