La baisse des prix à la pompe ne doit pas nous faire oublier le long terme

La baisse du prix de l'essence est un acte plus fort qu'il n'y parait pour les ménages et leur pouvoir d'achat. Mais il convient de préparer aujourd'hui l'après pétrole. Vite.

Pic_futur_graph_petrolierIl y avait une forte image, d'ailleurs non utilisé pourtant dans sa communication par le Ministre Pierre Moscovici lors de son annonce: celui d'un gouvernement baisse les impôts sur le carburant au moment même où aurait du intervenir la hausse de la TVA.

De quoi mettre du plomb dans l'aile au schéma, de moins en moins pratiqué à part par les lecteurs de Valeurs Actuelles et autres Figaro comme quoi il y aurait une droite qui baisserait les impôts et une gauche qui les hausseraient systématiquement et en tous lieux.

Il y a eu aussi un certain nombre de mauvaises langues pour trouver trop basse la baisse de 6 centimes du litre d'essence. Outre le fait que les marges ne sont pas énormes en temps de crise, c'est tout de même plus de un milliard d'euros qui sont consacrés à cet effort, il conviendrait aussi de regarder l'économie par utilisateur de véhicule: Entre 150 et 500 euros par an voire plus pour certains foyers. Pas négligeable en ces temps où les coups de pouce sont précieux pour nombre de ménages.

Mais une question se pose: cette mesure, importante dans cette période de déprime économique (une petite pensée pour nos amis Jp Morgan et Goldman Sachs…) n'est-elle pas qu'un simple recul d'échéance ? 

Plus le pétrole se rareifie, plus son extraction est difficile et coûteuse. Le graphique qui illustre ce billet, issu du ministére des transports d'un des pays mondiaux ayant la plus forte emprunte écologique, l'Australie, le montre: la ressource de base est plus rare et plus ardue d'accès.

Guillaume Chalmin et Helle Kristoffersen, vice-présidents de Total avouait d'ailleurs récemment qu'il faudrait trouver dans les quinze ans l'équivalent de quatre fois la production d'Arabie Saoudite si nous voulons maintenir l'exploitation dans ses qualités actuelles dans les quinze prochaines années. Sans compter, à propos d'Arabie Saoudite, l'utilisation faite parfois des ressources de l'or noir dans plusieurs pays du monde afin de soutenir des mouvements fondamentalistes. Le jeune pouvoir égyptien confronté aux salafistes en sait quelque chose.

Bref, si la mesure prise par le gouvernement est intéressante sur le cours terme, c'est maintenant  la transition énergétique qu'il faut préparer, à la fois sur les ressources à utiliser (énergies alternatives au pétrole) mais aussi sur l'optimisation de celle-ci.  Dans Charlie Hebdo, Nicolino rappelle d'ailleurs les travaux de Jancovici: un litre d'essence c'est 10 kwh d'énergie soit cent paires de bras au travail pour une journée…Ajoutons-y alors quelques cerveaux pour voir comment épuiser moins vite cette force de travail.

12 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. ElDesdichado

    La deuxième partie de ton billet est très intéressante.
    Par contre, je ne vois pas comment on peut justifier de la mesure de la baisse du prix de l’essence avec l’argent de l’état.
    Si on veut faire économiser de l’argent aux français, on peut réduire en priorité – par exemple en détaxant – les dépenses de logement, de nourriture, d’électricité, d’Internet (pourquoi pas ?), etc.
    Pourquoi privilégier l’essence ? Pourquoi pas aussi le tabac ou l’alcool (oui, j’exagère un peu 😉 ?
    J’aurais aimé avoir un avis plus précis de ta part sur ce point, car il y a peut-être une explication qui m’a échappé (sans ironie aucune).

  2. Cette histoire de baisse du prix de l’essence est à mes yeux absolument ridicule et absurde, et voici pourquoi :
    1. Les quelques centimes de baisse acquis aujourd’hui seront effacés dès la prochaine hausse du pétrole brut. Inéluctablement, à moyen terme, on sera probablement revenus aux prix d’aujourd’hui… que fera-t-on alors ?
    2. Priver l’État de 300 millions d’euros de taxes sur le carburant pour aider tous les français qui consomment de l’essence, sans distinction, n’a aucun sens : évidemment la hausse du prix de l’essence impacte fortement le smicard qui fait 30 km par jour en voiture pour aller travailler, mais pourquoi m’aider à hauteur de 4 euros quand je fais un plein de 80 litres de SP98 dans ma vieille Porsche, et à plus forte raison pourquoi subventionner Liliane Bettencourt quand son chauffeur fait le plein de sa luxueuse berline ?
    Mieux vaudrait préparer les français à une essence de plus en plus chère, notamment en essayant de faire en sorte que les français aient moins de trajets entre leur domicile et leur lieu de travail et en développant les transports collectifs… mais c’est plus compliqué et plus long terme.
    Je n’ai jamais supporté Sarkozy et sa clique, mais je n’ai pas perdu mon esprit critique et je n’approuve pas tout ce que font leurs successeurs, loin de là…
    PS : avant que vous ne me reprochiez ma vieille Porsche, sachez que je me déculpabilise de mes petits tours en Porsche du week-end en allant bosser à vélo ou en métro 🙂
    Ma famille a la chance d’habiter en ville, dans le très agréable quartier de Monplaisir, mon épouse prof. des écoles et nos enfants sont scolarisés à moins de 500 m de la maison y vont évidemment à pieds, et moi je suis à 15 mn de vélo ou 20 mn de métro de mon boulot qui est à Gerland.
    Ne pas avoir à utiliser de véhicule durant les 5 jours de travail de la semaine est un vrai luxe, j’en suis bien conscient, car on dépense très très peu en carburant en faisant moins de 10.000 km par an tous véhicules cumulés…
    PPS : il faut vraiment lire les bouquins et voir les conférences de Jancovici, qui explique effectivement qu epour le « travail fourni » 1 litre d’essence équivaut au travail physique de 20 hommes, et devrait donc valoir beaucoup plus cher…

  3. romain blachier

    Oui on est d’accord cela aurait pu êtee un autre levier. Mais sur la nourriture par exemple la part de l’Etat est faible.

  4. romain blachier

    C’est justement pour cela que je dis que c’est un intéressant coup de boost à court terme mais que c’est un levier qui ne peut perdurer (et ne doit pas). Moscovici n’a d’ailleurs pas dit le contraire.

  5. Gwynfrid

    Hum. 1 milliard d’euros, divisé par 40 millions d’utilisateurs de véhicule = 25 euros par tête. Pour arriver à 150 euros il faudrait que les pétroliers mettent la main à la poche 5 fois plus que le gouvernement, ce qui ne paraît guère plausible et encore moins durable. Mais bon, c’est une mesure transitoire, principalement symbolique, vers ceux qui, éloignés de leur travail, n’ont pas le choix de leur mode de transport. Même si sur le fond du problème, c’est reculer pour mieux sauter, ça ne me choque pas. On s’intéresse vraiment à une catégorie qui souffre, et qui, soit dit en passant, a plutôt voté Le Pen : le gouvernement a au moins ceci pour lui qu’il ne se contente pas de s’occuper de sa clientèle électorale.
    N’empêche, pour économiser 150 euros à raison de 6 centimes par litre, il faut consommer 2500 litres par an. À 7 l/100km en moyenne (source: http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Themes/Energies_et_climat/Consommations_par_secteur/Transport/consom_carbu_05.pdf) ça fait 35000 km. Pour arriver à 500 euros il faut faire 120000 km ! Or, le kilométrage moyen est de l’ordre de 12000 (source: idem). Il y a donc un brin de gonflette sur l’économie réalisée par les conducteurs.

  6. romain blachier

    La moyenne ne veut rien dire. Pour ma part je consomme 0 litres par an en véhicule individuel ou pas loin alors qu’un foyer venant bosser d’une banlieue lointaine et utilisant deux véhicules les fera largement.

  7. Gwynfrid

    Dans ce cas, il ne faut pas essayer de faire croire que « les utilisateurs » vont économiser au moins 150 euros.
    La vérité est plus modeste. Ils vont économiser :
    – jusqu’à 500 euros et même plus pour les très gros rouleurs
    – 0 pour ceux qui ne roulent presque pas (ô surprise…)
    – pour l’automobiliste moyen, 50 euros (12000 x 7 / 100 x 0.06) dont en gros 25 sont offerts par l’État et 25 par les pétroliers qui ont compris qu’il valait mieux filer doux pour le moment.
    Et ce n’est déjà pas si mal: ça fait 100 pour un couple. Pour ceux qui ne gagnent pas beaucoup, ce n’est déjà pas négligeable. Pour ceux qui ne gagnent pas beaucoup et qui en plus roulent plus que la moyenne car ils habitent loin du travail, cela fait une vraie différence.
    Vous voyez que je ne proteste pas contre le fond du message: je proteste contre le fait qu’il est survendu avec des chiffres gonflés, alors que ce n’est pas nécessaire.

  8. Je ne survend rien, j’explique que les automobilistes dont je ne suis pas vraiment vont gagner des sous.Ou plutôt en dépenser moins. Et environ 150 euros c’est un automobiliste qui fait un plein par semaine. Ce qui est, vous l’avouerez, très courant chez un automobiliste

  9. Jérémie S.

    Les automobilistes ne vont rien gagner : il faut arrêter de raconter des âneries ! 6 centimes de moins, c’est juste un retour à quelques semaines avant… Une situation passée qui était déjà au-dessus du supportable !
    Faut-il être à ce point aveuglé par vos idoles pseudo-proches-du-peuple pour énoncer de tels calculs fondés sur du vent ? Dans quelques jours les centimes du gouvernement seront déjà ratrappés par la hausse des cours qui n’ont que faire de notre gouvernement de minus habens !
    6 centimes !? Il valait mieux ne rien faire que cette baisse minable.

  10. romain blachier

    Ce qui serait bien ce serait d’argumenter sur le fond.

  11. Jérémie

    Je payais moins cher mon essence en juin dernier qu’aujourd’hui avec 6 centimes de rabais, rabais qui sera rattrapé dans quelques jours. Écouté Mosco l’autre jour au 20h : du grand n’importe quoi. Un écran de fumée. Pas besoin de vos calculs fondés sur du vent. L’essence augmente depuis plus d’un an. Et je ne parle même pas du gazole. Il n’y a que les bobos en velo’v que ça abuse ; comme les savants calculs sur les 35 heures en 97-98 de la grosse mère Aubry bien nourrie, aussi grosse que son hypocrisie.
    Ce gouvernement d’anti-France, cosmopolite et sioniste est une honte.

  12. romain blachier

    Anti france sioniste ? On va aussi detaxer les calmants

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers