La Coopol est sortie : premiére analyse du réseau social du parti socialiste

Coopol Ca y est, après avoir été en test de longs mois, la Coopol est sortie, en douceur. D’abord réservée à quelques happy fews en vue du test, dont votre serviteur, la Coopol, créé à l’initiative de Benoit et Valerio, a été lancée à titre expérimental dans quelques fédérations test avant de faire sa sortie officielle ce jour.

La Coopol qu’est-ce que c’est ? C’est le réseau social du PS et des citoyens de gauche en général. Elle rejoint  les supports du Nouveau Centre, de l’UMP et le foutoir des dix mille réseaux concurrents du MODEM bouffés par le tout à l’égo.

Pour l’instant on peut devenir coopain avec des gens (le vieux « camarade » du fond de section en prend un coup), créer des événement, ajouter du son, des vidéos, des liens. Des fonctions pas très développées hélas et devraient on l’espère s’étoffer un peu, mais qui prennent en fait tout leur sens dans la dimension particulière qu’à Coopol: c’est avant tout un outil militant intégré dans les structures du PS. Il peut être très pertinent pour communiquer sur un événement, trouver des volontaires pour une action, casser les murs en termes d’information, fédérer les énergies.

Chaque section locale est sur le Coopol un petit groupe, dont l’animation en termes d’information et d’événement est laissée au responsable local, qui prend du coup une nouvelle fonction et aux adhérents qui le souhaitent. Un responsable fédéral est par ailleurs chargé de l’animation au niveau départemental. La garantie d’un peu de vie dans le réseau et pas seulement d’être abreuvé des sempiternels messages du bureau national. Par ailleurs cette proximité est un pas de plus vers l’appropriation par les adhérents du réseau. En effet, pour ce type de structure, grand est le risque une fois inscrit de céder au syndrome google wave à savoir que l’utilisateur après s’être inscrit, en « avoir été » donc et avoir fait « ouah, c’est génial » ne revienne finalement plus par manque d’intérêt d’usage. Avec cette intégration, le risque est bien moins grand.

Outil militant d’abord, le site ne fait pas doublon avec Facebook comme c’est le cas des réseaux sociaux politiques proposés en France pour l’instant, que ce soit ceux de nombre de sites de campagne pour les régionales, y compris socialistes ou des plate-forme 2.0 d’autres partis. A quoi bon se connecter pour débattre quand il n’y pas de masse critique d’utilisateurs (cas des sites de campagne, on se souvient que je suis par exemple sceptique sur l’intérêt de celui qui se trouve sur le par ailleurs joli et intéressant site de Jean-Jack Queyranne) ou quand on est dans un simple Facebook avec moins de monde. Le réseau social c’est tendance mais ça n’est pas utilisable partout, foi de consultant ou alors ça demande un très sérieux communauty management.

De même, lors du formulaire d’inscription, un certain nombre de fonctions internes et/ou électives sont demandées. Petit bémol là-dessus: Si Valerio et Benoit sont de grands connaisseurs du PS, il manque toutefois certains échelons internes (le grade de secrétaire fédéral n’existe pas sur le formulaire, je me suis donc modestement rétrogradé à membre du bureau fédéral) et certaines responsabilités d’élus également ( Adjoint au Maire du coup je me suis rétrogradé à conseiller d’arrondissement) manquent alors qu’assistant parlementaire, qui est un job et non une fonction existe.Mais bon, tout ça ne casse pas trois pattes à un canard et n’est pas dramatique.

 Autre regret, l’impossibilité d’importer ses contacts, chose qui facilite tout de suite l’échange et l’insertion dans le réseau. Par ailleurs, prévu au départ uniquement ou presque pour les adhérents du PS, Coopol va devoir également arriver à intégrer les non-membres à un site qui épouse les structures du parti. Pas facile.

Niveau interface, le graphisme est très sobre, un peu trop peut-être. Très Martine Aubry: du sérieux, un brin d’austérité, pas trop de paillettes. Sans être extrêmement gênant, un petit effort en la matière améliorerait grandement  la convivialité, de même qu’un file d’actu présenté de manière un petit peu plus sympa. 

En bref un réseau social qui est d’abord un outil de travail, plus Linkedin que Facebook et qui, s’il présente d’abord et avant tout un intérêt militant certain.Mais trouvera-t-il sa place chez des internautes militants déjà très sollicités en web-militantisme 2.0 (blogs, Twitter, Facebook etc….) ?

17 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Fredrak

    « Plus LinkedIn que Facebook » : la question n’est pas de savoir à quoi ressemble la Coopol mais la question de son intérêt. Se faire des coopains n’a pas d’intérêt si ca ne débouche sur rien… et il semble clairement que ca ne débouche sur rien. J’espère que ca va donc s’améliorer de ce côté là parce que sinon on dira encore que le lieu du débat n’est pas chez nous. Après ce qui me fait chier, c’est que déjà que je suis sur Facebook et LinkedIn que ca fait un outil supplémentaire qui veut recréer à sa sauce un outil proche… donc la encore question de l’intérêt. Il y a tellement mieux à faire sur Internet me semblet-il…

  2. Un réseau de plus oui, mais qui a la spécificité d’être politique. C’est un autre avantage des réseaux sociaux de ce type. On y va pour parler de « ça ». Facebook devient de plus un plus un fourbi plein de tout et n’importe quoi. Reste que les infos des réseaux sociaux politiques seront, encore une fois, des mannes inespérés pour le recruteurs de tous bords qui ne manqueront pas d’analyser les engagements des uns, les occupations pouvant compromettre l’activité pro des autres. Mais bon, c’est l’avenir du militantisme, surtout au regard des chiffres d’adhésions des structures traditionnelles en baisse !

  3. Ca semble très bien, ce truc ! A part ta photo.

  4. Ben Romain, moi je trouve que ce truc s’il marche va dynamiter le PS .
    Et ce après qu’un mec d’EAG m’ait dit « degage ». Donc là c’est encore plus évident pour moi. Dynamiter et refonder.

  5. Le principal manque pour l’instant c’est la capacité de suivre des conversations, les nouveaux commentaires pouvant passer inaperçus, mais j’ai confiance dans la démarche d’ajout progressif de fonctionnalité et les responsables du projet sont des personnes très compétentes.
    C’est quoi EAG ?

  6. socdem

    @valery EAG c’est pas un truc de courant socialiste?
    Moi l’interface est pas belle je trouve. Et Thieulin que j’ai vu sur public Sénat devrait arrêter de prendre les gens pour des cons en vendant des pseudos campagnes à la Obama. Même en Rhône-Alpes certains se vont vendre des concepts ridicules comme ça.

  7. Romain,
    Contrairement à ce que d’aucuns voudraient faire croire : NON, le gaullisme n’est pas mort.
    Bien, au contraire, il est extrêmement vivant et il est même l’avenir de la France et des Français.
    La preuve, dès le mois de septembre, Dominique de Villepin ouvrait son site et son réseau social ouvert à tous, et non aux seuls militants et sympathisants comme ceux du PS et de l’UMP.
    J’en veux pour preuve, l’excellent papier de M. Bonzy sur le site Exprimeo (que je te conseille).
    http://www.exprimeo.fr/article/5495/dominique-de-villepin-gagne-la-course-au-web.htm

  8. Le dernier commentaire me semble hors sujet mais je passe par là par hasard.
    Hier, je n’avais lu qu’en diagonale en me promettant de repasser étudier dans le détail. J’aime bien ce billet car il montre bien que la Coopol n’est pas Facebook, Twitter ou les blogs… Mais un machin en plus, permettant de mieux organiser le travail et très facile à prendre en main.
    Je suis aussi d’accord avec le commentaire de Dagrouik ci-dessus : ce machin pourrait dynamiter le PS s’il est bien géré.
    A part ça, moi qui ne suit pas PS mais juste sympathisant, je « veux bien » épouser l’organisation du PS dans la mesure où les responsables locaux sont mes potes.

  9. Alice

    J’adhère d’emblée à ce nouvel outil, qui il me semble, va se révéler probablement plus efficace à l’échelon local qu’à l’échelon national. Il introduit du dynamisme entre militants.
    Il est vrai que l’esthétisme aurait gagné à être un peu plus soigné, ce serait dommage qu’il rebute les « hype ».
    Pour ma part, ce nouveau réseau social me permet de sciender un peu mieux mes activités politiques (sur la coopol) et mes activités privées (sur Facebook) et ça m’enlève une bonne épine di pied !

  10. Reversus

    Romain, Christine n’a pas tout à fait tort 😉
    Tu as oublié « Villepincom », le réseau social de Dominique de Villepin. Réalisé avec des moyens plus modestes mais rassemblant quand même 7000 membres.
    Sur la plateforme de l’UMP, c’est l’action qui rythme la vie de la communauté. Sur la Coopol, ce sont les utilisateurs.
    D’accord avec toi sur le design. Il me semble également que le gros plus de la coopol, c’est son caractère addictif. La valorisation de l’utilisateur est un avantage, on se sent vraiment au cœur du projet.

  11. J’ai le sentiment que cet outil peut renouveler les formes de participation. Je n’ai pas ma carte au PS mais je participe à des groupes de travail avec les socialistes. Je me sens « interpelée » par cet outil.

  12. romain blachier

    @reversus et christine: j’ai déjà parlé, soit dans des articles que j’ai écrit dans la presse papier, soit sur ce blog que le réseau villepin existe.Mais là on parle Coopol.
    Reversus, complétement d’accord avec toi sinon sur le caractère « focus on the user » addictif du truc. C’est une clé de sa réussite.

  13. @ romain : would you mind to translate your computerese into french for those who don’t have a clue up on all this dark language? LOL

  14. romain blachier

    @griffon : do you need a formation ?

  15. romain blachier

    plus sérieusement griffon sourcilleux de la souveraineté nationale, focus on the user ça veut dire « centré sur l’utilisateur » en langage courant.

  16. @ Romain : you probably mean a training instead of a formation which suits better to the coopol’s aims … I don’t have any problem to handle with new technologies but thanks for suggestion. 😉

  17. Germinal Sene

    Moi je trouve la chose tres reussie. Premierement le site a l’air de marcher (ce qui n’est pas toujours le cas lors de lancement Online). Les differentes fonctionnalites sont tres interessantes. Apres il est sur qu’il faut qu il y est du contenu mais je dirais que cela dependra de nous. Communiquons autour de ce site et essayons de faire venir le plus de personnes possible. Apres on peut bougonner et dire que le site ne sert a rien … mais cela ne fait pas avancer le schmilblik. Pour les gens de ma generations (30 ans) cela va etre un outil formidable pour faire comprendre que le PS n’est plus ferme sur lui meme et s’ouvre a toutes les mouvances de gauche. Il va nous falloir au moins un an pour avoir un reseau fort … il faut aussi que les serveurs tiennent si il’y a affluence. Communiquons, invitons des amis et connaissance sur la Coopol … ce sera une formidable machine de guerre pour 2012 si nous nous y mettons tous. Amities Socialistes

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers