entre la technologie acheter cialis moderne et une viagra france richesse de priligy connaissances, levitra generique il existe de cialis france nombreuses solutions

La cuisine de…Fabienne Levy

Fab
Martine Aubry a déclaré l'autre jour qu'elle faisait le meilleur tiramisu de France et je suis lyonnais, donc amateur de gastronomie. Deux choses qui m'ont donné l'idée de lancer une série de recettes de cuisines de politiques de notre bonne ville.

L'inauguratrice de la saga est donc Fabienne Levy, (seule) élue de droite du 1er arrondissement qui m'a livré un texte truculent. Membre du parti radical, associé à l'UMP, de Jean-Louis Borloo, la dame nous livre une succulente et très lyonnaise recette de poularde demi-deuil. Merci à elle et bon appétit.

La cuisine, c’est pour moi la pièce essentielle de la maison le cœur du
corps qui bat, presque plus important que le bureau, aussi vivante
qu’un bon roman policier.
Depuis toute petite j’ai respiré les odeurs de soupe, les canards qui
grillent et le fromage qui parlent, admiré les gâteaux aux noms de
romans colorés religieux, Saint-Honoré, Feuillantine, Paris- Brest…. Parce
que ma grande mère était une cuisinière extraordinaire qui elle-même
avait une maman restauratrice… Et institutrice…. Cherchez l’erreur ….

Ma cuisine à moi c’est donc un mélange d’une même de l’Est où le
bortsch rivalise avec la carpe à la juive et le canard rôti et
l’apprentissage chez les Freres Troisgros
de tout de main appartenant à
la grande cuisine française fonds de sauces, poissons acidulés …. Et
gâteaux parfaits.
et oui la cuisine mène à tout et dans mon cas à la politique. Toujours avoir
une casserole à proximité un marché et une idée pour créer du lien faire
rire délier les langues et réjouir les palais de ses amis ou de ses
invités.

Alors j’ai un peu de mal à choisir, mais en ces temps de crises soyons
un peu fou et très traditionnels et passons à la poularde demi-deuil
sauce fleurette
; un grand classique soit mais toujours juste et qu’on
sert en petite robe noire comme en jean et à toutes les générations.

Le tout est de trouver une volaille de belle qualité de Bresse
(Montrevel) ou un poulet aux pattes noires de l’ouest mais restons chez
nous et la Bresse fera l’affaire ; « Comme c’sera le temps des truffes,
on est allé au marché de st Paul Trois Château dimanche dernier acheter
des truffes à prix incroyables
» ; une petite truffe pour 20 euros et
l’affaire est dans le panier,
Une fois vidé et découpé en quatre à huit morceaux, vous insérez sous
la peau des blancs et des deux cuisses une fine tranche de truffe ;
gardez le reste pour finaliser la sauce.

Comme dans un discours le bon
mot vient à la fin. Vous mettez au frigidaire et vous commencez à
préparer votre fond de sauce
Mettez carcasses pattes foies gésiers beaucoup d’eau de la carotte du poireau
de l’ail de l’oignon tout ce qui vous fait plaisir et le tout à couvert
pendant, allons deux heures, et tout ça cuit et réduit et l’on surveille
et l’on rajoute de l’eau enfin on se fait un joli jus d’un truc qui ne
ressemble à rien on concasse, on casse, on extrait juste un fonds qu’on
a passé au tamis pour enlever les débris.

Maintenant cuisson de la poularde.
Pendre une poelle un peu de beurre et faire dorer légèrement les
morceaux retirer du feu ne pas essuyer la poelle et y ajouter le jus du
fond obtenu il y a peu
Prendre une casserole  et faire cuire les morceaux à la vapeur.
Pendant ce temps, versez le fond de sauce et jus cuit en frémissant ; vous y
ajoutez un demi-litre de vin blanc ou jaune selon le gout vous salez
et poivrez sans oublier de goûter du bout du doigt ou de la cuillère! Que
tout ça est gouteux !
Une bonne liaison à travers un gros pot de double crème mêlé d’un jaune
d’œuf et la sauce est prête à se répandre sur la poularde.

Comme dans la vie d’une radicale, il a toujours deux chemins pour être
sûr de trouver le bon, vous pouvez aussi faire cette poularde avec des
morilles ou simplement sans les champignons ; Cette poularde demi-deuil
pourra être servi avec un peu de riz sauvage et blanc pour ne jamais
oublier qu’en chacun de nous il a la lumière et l’ombre
.

6 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.


  1. Je confirme qu’avec des morilles, c’est effectivement succulent :))
    @ Romain
    On peut être lyonnais ET NE PAS aimer la cuisine, et être bourguignon, normand, picard, languedocien et aimer la cuisine.
    Bon je m’en vais …

  2. Jérôme Manin

    On a attrapé celui qui a écrit sous la dictée de Fabienne Levy, il devra faire un collier avec ces coquilles et réparer ses fautes d’orthographe… Pour l’excuser car c’est un proche, il avait sérieusement entamé le vin blanc de la poularde et frappait dur son clavier avec des moufles.

  3. très bonne idée de lancer une telle série!

  4. @fléche: bien sûr…il n’en reste pas moins que c’est une marque de fabrique.On peut aussi être stéphanois ET s’intéresser à des bonnes équipes de foot comme l’OL!
    @jerome: oui je vais corriger tes coquilles!
    @sarah: n’es-ce pas!

  5. Voir la cuisine radicale sur un blog strauss-kahnien, c’est la convergence des centres ! En tous cas, ça change des cuisines internes aux partis!!

  6. De base

    je vais regarder à te communiquer une cuisine Umpiste….ah si si je pourrais te recommander ma blanquette de veau qui n’était pas Halal!!!!! juste pour les initiés….

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers