La droite persiste dans l’homophobie d’Etat

Arton609 Par 293 voix, toutes de droite, contre 222 voix, presque toutes de gauche, le texte ouvrant le mariage à tous déposé par les socialistes a été rejetté. C'est la confirmation par l'UMP et ses satellites (à commencer par le Nouveau Centre), à l'instar du FN, de sa volonté de maintenir une homophobie d'Etat. Il faudra donc attendre le retour de la gauche dans ce pays pour que les citoyens soient traités équitablement. Pendant que notre pays reste dans un univers ringard à cause de la droite, l'Espagne, le Portugal et l'Argentine le légalisent.

Déjà il y a trente ans, c'est l'arrivée du PS au pouvoir qui avait amené à l'entière légalisation de l'homosexualité, combattue par l'UDF et le RPR. C'est d'ailleurs pour retracer cette histoire que HES organise demain une conférence sur ce théme, ouverte à tous et toutes.

Mercredi 15 juin – 19H – Mairie du 3ème arrondissement (salle des mariages)
 
Conférence-débat « Homosexualité : la fin d’un crime ? »

Antoine Idier, historien des homosexualités
Yann Crombecque, spécialiste de l'histoire du PS

« Il n’est que temps de prendre conscience de tout ce que la France doit aux homosexuels comme à tous ses autres citoyens dans tant de domaines. » déclare, en décembre 1981, le Garde des Sceaux Robert Badinter à la tribune de l’Assemblée Nationale, alors que des députés  de droite l’accusent de précipiter la France dans la débauche.
Il y a trente ans, la gauche arrive au pouvoir : parmi les « bastilles » qu’elle jette à terre figurent les mesures discriminatoires contre les homosexuels et en particulier l’interdiction par le code pénal de certains rapports homosexuels.
Fêter « l’anniversaire » de la dépénalisation de l’homosexualité en France, c’est ce que propose cette conférence-débat. Une soirée consacrée à la bataille législative pour la réforme du code pénal, aux mouvements homosexuels des années 1970 et à la vie gay à une époque où existait encore un délit d’homosexualité.

Métro B – Place Guichard / Tram T1 – Palais de justice Mairie du 3e

4 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Aucune marge entre homophobie et refus du mariage gay ? C’est à la limite de la mauvaise foi pure et simple, cette accusation.
    Dans ce cas, arrêtons de discuter, puisqu’il suffit que la droite ne suive pas la gauche pour qu’elle soit taxée d’arriérée, de méchante, voire … d’homophobe. Si on interprète comme ça chaque désaccord droite/gauche, et si on part du principe qu’il y a un « sens de l’histoire » et des valeurs « universellement merveilleuses » qui sont de gauche, et que l’on doit suivre pour être « in », autant arrêter de débattre, vraiment.
    Demandez-vous plutôt pourquoi, si la droite est homophobe, certains homosexuels revendiqués se revendiquent aussi de droite : http://corto74.blogspot.com/ … Ce sera peut-être matière à réflexion…
    http://penseesdoutrepolitique.wordpress.com/2011/06/15/mariage-homosexuel-les-non-arguments-de-la-gauche/

  2. Que vous refusiez de débattre, c’est votre choix,ou même simplement d’argumenter sur votre refus de l’égalité des droits entre tous les citoyens (pas vu l’ombre d’un argument dans votre commentaire) c’est aussi votre droit.
    Oui beaucoup de gays sont de droite (après tout il y aussi des arabes au FN) mais ils ne sont en général pas d’accord avec leur camp sur ce sujet.

  3. Briavel Gouëdic

    La majorité et le gouvernement avaient l’opportunité d’amender le texte pour le formater selon la volonté affichée lors de la campagne présidentielle de 2007 par le candidat Sarkozy et satisfaire la promesse d’union civile universelle mais l’occasion n’a pas été saisie.
    5 UMP, 4 PRV et 1 NC ont voté pour cette proposition de loi quand une soixantaine de députés de tous les bords politiques se sont réfugiés dans l’abstention (5 UMP, 3 radicaux, 2 Modem, 2 SRC, 2 GDR et 1 NI) ou n’ont pas jugé utile de se rendre dans l’hémicycle (25 UMP, 4 NC, 1 Modem, 10 SRC, 3 GDR et 1 NI) …
    Pour le Rhône, les députés UMP et NC ont voté contre, les députés PS ont voté pour mais Patrice Verchère (UMP) et André Gerin (PC) n’ont pas pris part au vote …

  4. crapoto

    Vous y allez fort en qualifiant ce vote « d’homophobie d’Etat ».
    Les homosexuels ne sont plus persécutés pour ce qu’ils sont, et cette revendication au mariage au nom de l’égalité ne pèse pas grand chose! C’est une manière de créer une identité commune et de légitimer de manière légale rationnelle cette question, rien de plus! Le mariage n’a jamais été un droit!
    Cette conception de la question du mariage homo est assez pernicieuse (mais là, je ne vous vise pas directement). D’un, qui ne souhaite pas ce mariage est visiblement classé comme homophobe. Il y a une marge entre ne pas être « gay-friendly » et être homophobe, et hormis M. Vaneste, je connais peu (voir pas) de députés qui contestent aux homosexuels le droit d’exister comme normalité biologique…
    De deux, c’est aussi ne pas tenir compte de la place du mariage dans la symbolique sacrée, dans la part d’émotion et de stabilité que représente cette institution. Pourquoi demander un accès au mariage, si ce n’est d’avoir le droit de divorcer (1 couple sur 2 divorce au bout de 5 ans, pour rappel)? Et les couples homos ne sont pas plus ni moins stables que ceux hétéros. Je pense très honnêtement que le mot « mariage » crée trop de clivages, mais qu’il serait tout à fait envisageable de créer une union civile, un PACS renforcé avec avantages légaux équivalents au mariage. A ceux attachés au symbole, le mariage. Aux autres le PACS.
    Cette manière serait assez judicieuse car elle permettrait par ricochet d’ouvrir la possibilité d’adopter aux couples pacsés, donc au final à TOUS les couples unis sous un contrat.
    C’est en somme ce que l’on souhaite, non? A quoi bon vouloir détruire la symbolique des uns pour assouvir les fantasmes des autres?

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers