Polémiques des week-ends qui s’ennuient: Monseigneur Vingt-Trois et Aurore Martin

RepasLa France s'ennuie un peu pendant les longs week-ends.

Du coup elle s'invente des polémiques entre deux repas de famille. Tenez ce week-end: Monseigneur Vingt-Trois et Aurore Martin.

 

Le premier a déclaré « Ce projet n’est pas seulement une ouverture généreuse du mariage à
de nouvelles catégories de concitoyens, c’est une transformation du
mariage. Ce serait le mariage de quelques uns imposé à tous »
. Pour l’Eglise, « la
question fondamentale est celle du respect de la réalité sexuée de
l’existence humaine. Imposer dans le mariage et la famille une vision de
l’être humain sans reconnaitre la différence sexuelle serait une
supercherie qui ébranlerait un des fondements de notre société et
instaurerait une discrimination entre les enfants
». Il a une nouvelle fois regretté l’absence de débat national, qui aurait permis d’aller au-delà « de sondages aléatoires ou de la pression ostentatoire de quelques lobbies ».

On se doute bien évidemment que je ne souscris pas, tout comme la majorité de nos cocitoyens à ce genre de propos.En tant que partisan du mariage pour tous , de l'adoption et de la PMA ce serait surprenant.

Chrétien (certes non catholique ) mais laic,  je trouve la position de la hiérarchie catholique certes totalitaire (dans le sens de vouloir la société comme un tout homogéne obligé): que les amis du Pape refusent leur mariage dans leur église est leur droit mais qu'ils n'imposent pas cette interdiction aux autres.

Mais, malgré mon opposition sur le fond, je trouve que Monseigneur Vingt-Trois est resté dans son rôle, loin des excès de certains durs de son camp comme Tugudal Derville, organisateur de manifestations contre l'égalité entre les couples. Il a donné l'avis de son organisation.

Pas de quoi s'indigner sans fin, du soft même si on compare à Barbarin. Au vu de certaines réactions, on avait l'impression qu'il appelait à l'émeute ce Monseigneur Vingt-Trois. Certes sa position m'attriste et certes je milite dans l'autre sens mais il n'y a rien d'original ni de nouveau dans cette histoire. De la salade chère cousine?

 

Autre indignation du week-end, c'est celle de la militante basque Aurore Martin. Celle-ci était recherchée par la justice espagnole pour participation à une organisation illégale: Batasuna.

Elle était l'objet d'un mandat d'arrêt européen, qu'elle a contesté devant plusieurs juridictions, qui lui ont toutes donné tort.

Jeudi, lors d'un contrôle de police routier, elle a été reconnue et arrêtée puis transférée, comme le mandat d'arrêt européen en fait obligation, à la justice espagnole pour que son cas soit tranché par les tribunaux.Depuis 2004, il n'y a plus besoin de décret d'extradition signé par le premier ministre. N'en déplaisent à ceux qui veulent absolument en profiter pour taper sur Valls, en en rajoutant parfois sur de nauséabondes allusions à ses origines

Que dit le Ministre de cette affaire sous les insultes ? "Appliquer la loi ne peut pas être considéré comme une faute dans une société démocratique, c'est une exigence". Logique. Vous reprendrez bien de la dinde mémé?

Le cas d'Aurore Martin mérite-t-il la prison?
En sachant que l'appartenance à Batasuna n'est pas interdite en France
mais qu'elle l'est en Espagne, pays où Aurore a également  milité,
participant à des reunions publiques et écrivant dans un journal ?

Est-il reponsable de rouvrir les plaies au moment où le mouvement
nationaliste basque a renoncé à la violence ? 

C'est aux tribunaux de juger.

Pendant des années Batasuna a été la vitrine politique, le fournisseur en moyens, en militants, en contacts d'une organisation terroriste, l'ETA, au passé certes glorieux de résistants au franquisme

Nombreux sont ceux qui ont payé de leur vie ou de leur validité leur opposition au nationalisme basque par des attentats. Nombreux sont ceux aussi, qui sans subir de violences, devaient en raison de pression ou de menaces, déménager.

Depuis 1995, si le mouvement nationaliste basque radical vous considère comme traitre, vous êtes menacé.Aurore Martin écrivait d'ailleurs dans une de ces publications qui pointaient du doigt "les ennemis". Il fallu attendre 2010 pour que, affaibli par la répression, Batasuna renonce à la forme violente de militantisme (en partie pour avoir la possibilité de retoucher du financement d'Etat en participant aux élections) et 2011 pour l'ETA.

Aurore Martin n'est certainement pas comptable de toute l'histoire du mouvement nationaliste basque, qui de plus ne se limite pas à la seule violence.

Mais en tant qu'européen et légaliste, il me semble logique, en appication du droit, que la police française permettre à la société espagnole et basque de faire un procès pour établir les responsabilités des uns et des autres. Un jugement équitable et l'élaboration des responsabilités et des innocences, c'est l'honneur des sociétés de droit.

Un dignitaire catholique qui s'oppose au mariage pour tous, un procès à venir pour déterminer les responsabilités des uns et des autres suite à l'application automatique d'une décision de droit 3 ou 4 fois validée quoi d'exceptionnel? Qu'ils sont longs ces week-ends de Toussaint. On prend un digestif papi?

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers