Libérez nous des enfants de 68!

La loi de modernisation de l’économie a été présentée ce matin en conseil des ministres. J’aurais l’occasion de revenir trés prochainement sur des dispositifs ménageant quelques bonnes idées à des mesures assez problématiques. Notons déjà que les points concernant la libéralisation des grandes surfaces fait polémique, notamment vis à vis du commerce de centre-ville. J’aurais l’occasion de revenir en tous cas sur ces dispositifs et sur un loi dont le projet "brut" n’est pas disponible sur internet. Seul le dossier de presse est accessible sur le site du ministère. Bravo la transparence !

Autre sujet qui fait discussion ces jours-ci c’est mai 68 Oui il est plaisant de voir évoquer par les acteurs de l’époque ce qui fut un moment libertaire et social et à ce titre j’ai beaucoup apprécié la série de portraits lancés par Lyon Capitale sur ce que des personnalités lyonnaises faisaient en ce célébre mois. Oui les pavés de 68 ont parsemé un chemin de conquêtes de société. Mais le monde a changé et il est aujourd’hui semé et dominé par la génération 68, qu’elle ai été du côté des barricades ou de celle des participants aux défilés conservateurs de Juin.

Oui, manifestants comme contre-manifestants, les enfants de cette année de la fin de la décennie  ont sans doute semé mais ils ont gardé et fait gardé les mêmes méthodes agricoles et ont parfois empêché les jeunes paysans venus après de reprendre la terre pour la cultiver à leur façon. Et ils ont surtout gardé les blés pour eux.

Il ne s’agit pas de faire un procès de l’événement, de se comporter comme ces militants de droite qui veulent revenir avant 68.D’ailleurs que veulent ces adhérents de l’UMP réellement ? Car Mai 68 a porté nombre de réformes survenues plus tard, un peu chez Giscard, souvent avec l’appui de la gauche d’ailleurs face à une droite qui n’était pas toujours, loin de là, pour le droit à l’avortement, puis par la suite beaucoup sous Mitterrand.Pensent-il que la liberté sexuelle, le fait qu’il soit légal et non considéré comme une maladie psychiatrique d’être gay ou l’égalité en Droit entre hommes et femmes soit une mauvaise chose? Pas étonnant que l’un des plus enthousiastes députés de la majorité présidentielle vis à vis de cette initiative soit le trés réactionnaire député Vanneste, condamné pour homophobie…

Non,certes pas de procès vis à vis l’événement en soi, qu’il soit celui des barricades ou de la contre-réaction de Juin qui donna jusqu’à Chaban-Delmas et après lui une politique d’une violence inouie. Sans jeux de mots, Marcellin n’était pas un saint, saints qui comme tout protestant le sait, n’existent pas.

Non, c’est plutot la gestion de l’aprés 68, par ses enfants, les boomeurs qui ne sont plus baby depuis la fin des années 50 qui me pose question.D’ailleurs même l’un de ses plus admirables rejetons, Daniel Cohen-Bendit, vient de publier un fort recommandable ouvrage demandant d’oublier un peu ces histoires!

L’exemple révélateur est musical. Ainsi, fréquemment, rien n’est intéressant pour le baby-boomer issu de la génération 68 en dehors de ses idoles de jeunes. Le suicide de Kurt Cobain n’est rien à côté de la mort d’Hendrix, les yéyés sont mieux que le rap et Sheila mieux que Babylon Circus…

Les festivals d’aujourd’hui ne valent pas Woodstock et tous nos chanteurs ne poussent que des braiements.

Nos révoltes, nos dates symboliques, mêmes ne valent rien. Je me souviens ainsi de mon premier mouvement étudiant, en 1995, et de ces enseignants ou journalistes conseilleurs, qui nous expliquaient qu’il ne fallait rien faire, que tout était mieux de leur temps, même la révolte, qu’ils se rebellaient plus et mieux et pour des choses utiles, non de non!

D’ailleurs pour que 68 reste unique, le boomeur a trouvé des astuces. Plus question de sécher les cours pour manifester et/ou baiser, le contrôle de présence en TD a été instauré par les fans du "tout permettre". Plus question de laisser l’avenir ouvert car bien que le boomer soit entré en entreprise avec peu ou pas de diplômes il exige à l’enfant de 68 une montagne de parchemins et de stages pour l’intégrer à la structure dans lequel il occupe désormais des responsabilités.Et d’abord le plus souvent à titre de stagiaire. Veut-il être payé d’ailleurs ce stagiaire? Ah ? Décidément quel matérialisme ces jeunes!

En politique c’est un peu pareil. Aprés avoir parlé égalité homme-femmes tout en en intégrant le moins possible dans les postes d’élus, le boomeur sentant sa carrière politique possiblement menacé aprés toutes ces années de régne, a instrumentalisé la parité. Ainsi sur les listes, sur le quota réservés aux hommes, les notables soixante-huitards se servent en premier et dévorent, laissant fort peu de choses aux petits lionceaux des générations suivantes…Le renouvellement attendra et si il force la porte, nous saurons bien trouver des régles ou nous coaliser pour éviter ça (bien que nous soyons officiellement contre le communautarisme), d’ailleurs nous les boomeurs on connait la jeunesse, on a fait 68, il y a 40 ans, vous vous souvenez? On va aider à vous souvenir!vous pouvez pas savoir, vous avez rien vécu. Nous sommes les enfants de 68, la seule génération politique. N’essayez pas de réinventer la gauche ou la droite, les solidarités, la politique, la sexualité et le travail, vous serez des puérils et/ou des traitres.Rien n’existera plus après nous ! Il nous est autorisé de vous l’interdire…

20 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. J’en suis arrivé aux mêmes conclusions que toi concernant l’attitude des soixante-huitards dans le monde de la culture ; je songe à écrire un billet là-dessus dans mon blog d’ici quelques jours.
    http://theatre.over-blog.fr
    En ce moment je prépare un projet de spectacle interactif dans les amphis pour évoquer la relation mai 1968 – mai 2008, que reste-t-il du joli mai aujourd’hui pour les étudiants de 2008 ?
    Le projet semble plaire à en haut lieu mais les financements suivront-ils ? A suivre…
    Enfin je voulais te dire que d’après moi, mai 1968 n’appartient pas à ceux qui l’ont fait et l’ont dévoyé (la bande à July et le reste). Il appartient à l’Humanité comme 1848, 1871, 1981 dans une moindre mesure et 1995 oui si tu veux.
    Ce sont des moments où les gens vivent une aventure collective encore plus vraie que le tournage d’un film ou la préparation d’une pièce de théâtre, un moment où enfin, ils prennent leur vie en main et cessent pour une fois de dire : « il n’y a pas d’autre solution », « on ne peut rien faire », « ça ne sert à rien », « le monde a changé, maintenant les idéologies sont passées (sauf le libéralisme bien sûr, qui n’est pas une idéologie comme chacun sait mais la Vérité révélée à St Adam Smith par la main invisible de Dieu-Marché). »
    Bref tout ça pour dire et là je t’ai parlé en artiste parce que même si j’ai des poussées d’égoïsme et de résignation de temps en temps comme tout le monde, je vis à gauche, j’avance à gauche !
    Et pour te parler en militant, je dois te dire que je suis très fier de la déclaration des principes du PS qui cite ces grands événements, mémoire vivante de la lutte et du génie des hommes.
    La suite sur mon blog dans quelques jours.
    A bientôt,
    EZ

  2. Il faut tuer le père
    c’est bien connu et vous êtes dans votre rôle.
    Mais ce n’est pas une excuse pour utiliser les consonnances racistes « Juif allemand » comme l’a fait Le DNA.

  3. Rosa

    Ceci dit je partage vos lyonnitudes et je vous ai mis en lien.

  4. vous avez raison,d’autant que Cohen-Bendit est celui qui de 68 a gardé la flamme tout en la renouvellant.Ce qu’a écrit DNA et que vous condamnez sur votre blog à juste titre est inqualifiable.Merci pour le lien.

  5. le restif

    certes, mai 68, c’etait sympa à vivre…mais çà fait 40 ans… (pensez donc, j’avais 20 ans, j’en ai 60…), l’eau a passé sous les ponts..
    les militants ont milité avant (contre la guerre du vietnam, pour les libertes-elles étaient limitées, y compris celle de la presse..pour l’amelioration de la condition ouvrière..)
    et aprés : pour l’avortement libre et gratuit,pour le respect des orientations sexuelles (en 84 encore, lors de la mort du precurseur, le figaro, dans un editorial, lui contestait l’enterrement religieux..) pour des formes autogestionnaire dela vie quotidienne (cooperatives, creches parentales), encore et toujours pour le respect des droits des salariés…et de ceux qui n’ont plus pu l’être…
    d’autres ont tourné leur veste, se sont oubliés dans les ors de la gauche au pouvoir, au point de mepriser les seuls acquis tangibles de Mai 68 : l’augmentation considérable de pouvoir d’achat (jusqu’à 50% du salaire anterieur), les instances de negociation dans les entreprises..
    et maintenant…
    aujourd’hui, grace à sarko, tout ces acquis, meme les mieux récupérés par la société liberale, se gomment les uns après les autres : la représentativité syndicale, la formation professionnelle (acquis de 1974), la secu, la retraite, etc…..
    si les 68tards ont encore « des couilles », il n’y a qu’eux qui peuvent se permettre (ils ont fini leur vie professionnelle dans le confort) de se battre durement pour la sauvegarde des libertés, pour que les jeunes, ligotés par la précarité, puissent avoir autre chose que la survie..
    alors vieux nostalgiques embourgeoisés qui regardent leur jeunesse enfuie et en font des bouquins,sortez de la naphtaline… reveillez vous!!!!!!
    certes, c’est un peu pompier…mais….

  6. Les nostalgiques ne sont pas forcément embourgeoisés.
    Il y a d’autres manières de lutter
    la lutte politique, merci j’ai donné et je n’y crois plus.
    Je préfère les assoc au moins on voit des résultats à ce qu’on fait, même si c’est petit.

  7. Ivana

    Tu as raison les « 68tards »ont eu le courage et la perseverance de mener des combats fondamentaux et nous beneficions largement de ce qu’ils ont obtenu.
    Là ou je suis dubitative c’est quant à notre capacité à nous unir de façon éfficace comme ils l’ont fait pour des combats qui restent si monbreux à mener .(Nés apres 68 avons nous été trop privilégiés pour avoir la « gnaque »? Allons nous laissez s’envoler les acquis sociaux… sans penser à réagir ou le faire trop tard?)

  8. Ivana tu as raison… c’est peut-être l’éducation que nous avons donnée à nos enfants qui est à mettre en cause, pour le manque de gnaque comme tu dis.
    Car à ceux qui nous reprochent d’avoir confisqué le pouvoir, je réponds que c’est aux trentenaires à se battre pour nous le reprendre
    en plus je pense que c’est faux.
    Voilà pourquoi je suis opposée à restif ce n’est pas à nous à nous battre pour les jeunes, ce serait un moyen au contraire de les dominer encore.
    Et s’il y en a qui critiquent 68
    qu’ils se méfient de ne pas se trouver à soutenir Luc Ferry
    que j’ai entendu à Lyon « contre » Dany
    et qui pense que l’excès de libéralisme vient de 68 !
    http://cybermamies.hautetfort.com/archive/2008/01/18/le-debat.html

  9. clémence

    « Le renouvellement attendra et si il force la porte, nous saurons bien trouver des règles ou nous coaliser pour éviter ça (bien que nous soyons officiellement contre le communautarisme) »
    tout à fait d’accord, si un ou une trentenaire gagne à la loyale une investiture du ps contre l’avis des boomers qui y détiennent tous les rouages, son investiture lui sera retiré au profit d’un parti partenaire de gauche (Verts, Prg etc…).Pas facile voire impossible s’imposer.

  10. eric tu te plantes, j’évoque justement ce point dans le billet:ces militants de l’ump veulent que 68 n’ai pas existé, ils ne veulent pas le récupérer!

  11. En fait je crois qu’on dit la même chose, mais comme le suggère l’article de Marianne, la récupération est une sorte de négation sophistique (pour soutenir un gouvernement en place au lieu de devenir force d’opposition).
    Toujours est-il que la question reste posée : quels sont nos symboles à gauche ? Quelle est notre histoire ? Quels sont aussi nos changements ou… nos reniements… diront les plus radicaux d’entre nous.
    Il faut aussi se poser la question de la commémoration… Comment la faire ? Qu’est-ce que ça dit de la politique actuelle la mémoire d’un événement ? On se souvient de la commémoration de 1789 très orientée par une gauche au pouvoir qui avait déjà fait sa « modernisation » de 83.
    Je ne suis pas d’accord avec Cohn Bendit quand il dit qu’il faut oublier 68 ou quand il dit dans le Nouvel Obs : « on a gagné » à propos de 68, d’abord parce qu’il ne s’agit pas d’un match de foot, et même, pour garder la métaphore, je dirai « attention au match retour ! »…

  12. Mai 68 a été le combat d’une époque, d’une génération.
    Nous, on a eu au niveau mondial l’opposition à la guerre en Irak.
    Les ex-68ards ont suivi leur chemin, certains allant à droite, d’autres s’embourgeoisant à gauche, d’autres restant contestataires…
    Au MoDem, nous avons les 08ards, défenseurs d’une 3è voie alternative à la gauche et à la droite…

  13. Clémence, tu as raison et ce n’est pas d’aujourd’hui, voilà pourquoi je ne milite plus en politique.
    Je vote encore et c’est un grand effort.
    Je reconnais qu’en politique on vieillit plus con qu’ailleurs, encore qu’à Lyon on n’ait pas à se plaindre.
    Quant aux symboles à récupérer Eric, pourquoi pas ceux du gaullisme que la droite abandonne.

  14. D’accord avec Romain pour Cohn-Bendit : celui qui a le mieux vieilli.

  15. le restif

    et oui rosa, la vie associative….je suis en plein dedans..
    je l’ai été coté salarié : j’ai pris on pied, mais ces petits patrons parfois pires que les autres ont eu ma peau…je le suis toujours coté syndical….et, quand meme, je soutiens et pense que c’est là que la democratie participative est la plus forte… a conditions que nos institutionnels financeurs ne la tue pas…
    donc, oui, ce pourrait etre le dernier espace de parole..

  16. Vieux Gaucho

    Bien sur en tant que vieux et gaucho je fus soixante-huitard.
    Que de souvenirs !!! Mais qu’elle déception !!!
    Premiers émois amoureux, premiers espoirs d’un monde enfin meilleur, première succession d’un père trop tôt disparu, débat, manifestation, je n’ai depuis jamais vu autant de monde sur les boulevards. Cependant la revendication principale du lycée était le droit de fumer pour les secondes, les autres avaient déjà ce droit.
    L’espoir d’un monde meilleur, équitable et solidaire. Pas sur le modèle soviétique que nous rejetions déjà mais sur un modèle autogestionnaire, mutualiste, prudhommien.
    Et puis ce fut la déception finale. Les partis politiques de gauche incapables de proposer une alternative politique, De Gaulle qui va se faire remonter les bretelles par Massu (j’en parlerai après)à Baden Baden, revient à Paris dissout l’assemblée et … les français renouvellent une majorité de droite à un niveau jamais atteint. J’ai moi aussi décidé ce jour la de ne jamais faire de politique mais de militer associativement et syndicalement. J’ai un peu transgressé ce principe au moment des « adhésions à 20€ » mais pour vite constater que rien n’avait changé.
    Mais au delà de la commémoration de mai 68, je voudrais vous rappeler un autre anniversaire qui passe sous silence mais qui à marqué l’histoire de notre pays 10 ans avant.
    Mai 58, le coup d’état militaire qui a renversé la 4ème république, la SFIO incapable de gouverner stablement et empêtrée dans l’affaire algérienne, remis De Gaulle à la tête du gouvernement. Celui-ci rédigeant une nouvelle constitution et remettant nos institutions sur de nouvelles voies démocratiques. Un peu despotiques, voir Sarkozy mais c’était déjà le cas sous De gaulle, mais démocratiques.
    Ne peut on pas s’étonner que ces événements passent sous silence alors que notre droite républicaine se revendique encore gaulliste ?
    50 ans d’une république cela ne vaut-il pas une petite commémoration avec ouverture des archives de l’époque, bien sur.
    Sous les pavés de Paris ou d’Alger le SABLE….

  17. Florent

    C’est pas pour dire, hein, mais, sur le plan musical, la parenthèse enchantée 67-70 reste incomparable.
    Et les festivals d’aujourd’hui, en effet, ne valent pas Woodstock

  18. Vieux Gaucho

    Je viens d’achever la lecture du Marianne de la semaine dernière. Un dossier complet sur Mai 68, et en particulier sur le monde ouvrier dans la lutte, l’abandon des partis de gauche et des syndicats, la croissance de la CFDT, la vrai, pas la jaune…
    Je vous recommande cette lecture pour vous rafraichir la mémoire ou vous imprégner de l’ambiance et de ce qu’ils sont devenus…
    Par contre, mon dernier commentaire sur mai 58 n’a pas l’air de vous faire beaucoup réagir, tant pas mais réfléchisez-y.

  19. Merci Florent…pour la musique !
    à condition que tu ne parles pas des Yéyés, car dans les boomers, il y a eu les yéyés et les 68thards et je n’aime pas qu’on confonde les 2.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers