Lang de bois radicale


Vidéo du site Backchich assez révélatrice du vide dans lequel se trouve une famille politique coupée en deux, les radicaux de gauche du PRG et les radicaux de droite du parti radical valoisien.Dominante sous les troisième et quatriéme républiques, cette famille s’est marginalisée jusqu’à être aujourd’hui une force secondaire dans le monde politique français.Mais du côté de l’Elysée on veut faire une liste autonome reunissant les deux organisations afin d’affaiblir le MODEM et détacher le PRG de son travail commun avec le PS.Premiére phase, convaincre les radicaux de gauche de voter la révision constitutionelle.Ce qui moyennant un ou deux arrangements politiciens (permettre au PRG d’avoir son propre groupe à l’assemblée nationale, mesure réellement indispensable pour le bien-être des français on imagine) s’est fait assez facilement.Thierry Braillard, responsable du PRG localement et assez opposé de façon générale au président son organisation politique, a fustigé la position des élus radicaux de gauche en faveur de la modification de la constitution avant de se féliciter ,un peu ironiquement, que celle-ci soit passée grâce aux voix de son parti,devenu charniére dans l’affaire.


Backchich nous raconte:



Au Congrès de Versailles, le 21 juillet dernier, ils étaient les stars… Jamais ils n’ont été autant sollicités par les journalistes. Les radicaux de gauche (du PRG, Parti radical de gauche) et de droite (du RDSE, le Rassemblement démocratique social européen) tenaient la clef du scrutin sur la révision constitutionnelle. Une poignée de voix, décisive.


Bernard Tapie doit gagner 285 millions d’euros dans l’affaire Adidas/Crédit Lyonnais grâce à la décision d’un tribunal arbitrale, une instance privée choisie par le gouvernement et Tapie, qui conteste celle moins choisie, elle, de la Cour de Cassation rendue en octobre 2006 qui avait elle conclu à la culpabilité de l’ancien président de l’OM et du PRG.Les réactions des élus radicaux des deux rives sur le sujet, receuillies par Backchich, sont pour le moins, en faisant un mauvais jeu de mots de circonstance, assez Lang de bois.


12 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. jerome manin

    Quelques bouts d’idée reçu, beaucoup d’à peu près et une touche de Tapie. Sur Lyon Th. Braillard à toujours été d’une servilité sans faille à Collomb pourquoi le critiquer ?

  2. solange k

    A part vivre sur le dos de l’ump et du ps, je ne vois pas à quoi servent les deux partis radicaux.

  3. « Braillard à toujours été d’une servilité sans faille à Collomb pourquoi le critiquer ? »
    –> La servilité peut être criticable aussi, non ^___^ (rhoo, je joue avec les mots)
    Enfin, quoiqu’il en soit, cet épisode politique, à droite et à gauche, ne m’a vraiment pas plu. De la politicaillerie où la vérité et la conviction d’un jour n’est plus celle du lendemain…
    Braillard (que je ne connais pas plus ça), Mariton, Debré ou Lang… bref, tous n’ont pas été au niveau. Dommage…
    Bon dimanche

  4. Précision:Thierry Braillard (qui n’est pas parlementaire )que ce soit avant et aprés le vote s’est déclaré pour l’abstention des députés de son parti.Il se félicite (un peu ironiquement) du rôle charniére qu’ont eu les députés de son orgnaisation politique mais n’a pas changé de position.

  5. Henri

    Les radicaux se sont quand même tiré une balle dans le pied. En reprenant le pire des pratiques des républiques antérieurs, ils rappels les avantages du système de la Ve république qui pousse à une bipolarisation de la vie publique et donc à leurs disparitions dès qu’ils seront devenu inutile à la tactique du nabot qui nous gouverne…

  6. jerome manin

    Thierry Braillard bien que n’ayant pas voté est dans la droite ligne de la pensée globalisante d’une certaine gauche en ordre de marche.
    Si des votes divergents ont été constatés à droite, il a suffit à gauche d’un vote contraire aux ordres pour déclencher une chasse aux sorcières.
    On a vu au niveau du vote sur la constitution des radicaux des deux camps s’interroger avant de voter… C’est aussi cela le radicalisme… On peut peut-être déplorer que ce mode de pensée ne soit pas accessible à tout le monde y compris à certains radicaux de gauche à Lyon.

  7. lapiz

    Assez d’accord avec Solange k: moi je ne vois aucune utilité au PRG et aux radicaux de droite.A part être un lieu pour avoir un engagement sans trop se fouler pour être élus grace au PS ou à l’UMP en faisant liste commune, les radicaux ne servent à rien, n’ont pas d’idées ou de convictions.

  8. thierry Braillard

    Une analyse de Romain que je partage.

  9. jérôme Manin

    @Magalie Simon : A lyon le président du Sytral est Rivalta ! alors je suis en colère… 🙂
    Quel drôle de question que de demander l’utilité d’un parti ? Même les politiques n’y ont pas pensé. mdr
    N’y a-t-il pas de contradiction entre refuser l’indépendance d’esprit des radicaux (des deux cotés) et les accuser de ne pas être indépendant ? Mais sommes nous à une contradiction près ?

  10. Stéphane

    Certain partis ne devront leur maintient sous perfusion politique uniquement parce qu’il y aurait un « probable risque Modem » pour Sarkozy. On ne sait jamais.. les français sont devenus bien versatiles.. Que faire si le pouvoir ne tombe pas dans les (bonnes) mains ? Rires.
    Sur la constitution no comment, et concernant Tapie, cette vidéo est consternante et je trouve l’analyse de Bayrou (sur Tapie) tout à fait juste (mais vous vous en doutiez).
    Concernant l’utilité des partis politiques, ce n’est p actuellement pas brillant entre un conglomérat de droite tellement rassemblé qu’il ne pense plus rien et la grande armada de gauche tellement divisée qu’elle peine à se faire entendre.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers