Le cheval chez Findus: le bal des hypocrites #chevalgate

Le scandale du cheval dans les plats préparés Findus passionne l’actualité. L’affaire montre une hypocrisie assez vaste dans l’affaire: la société visée mais aussi un certain nombre de commentateurs, d’acteurs et de consommateurs.

logoFindusPour ceux qui seraient restés dans un igloo cette semaine (rien à voir avec les bâtonnets de poissons concurrents ) rappelons qu’un scandale a éclaté lorsque les services de l’Etat britannique puis français ont découvert que des surgelés de la société suédoise Findus annoncés comme 100% purs bœuf contenaient en réalité du cheval.

Le ministre Benoit Hamon a révélé les premiers éléments de l’enquête réalisée par la répression des fraudes : une sorte de trafic entre Roumanie, Chypre et quelques autres pays, impliquant des sous-traitants, une spéculation de l’agro-alimentaire face aux droits des consommateurs.

Bien évidemment il est scandaleux de vendre un produit 100% pur bœuf et d’y inclure du cheval. Bien évidemment qu’ici la protection et l’information des consommateurs ont été bafoués et que cela doit être sanctionné. Findus clame son innocence et affirme avoir été trompé par des sous-traitants. La société dépose d’ailleurs plainte contre X.

Un vaste bal des hypocrites

Hypocrites d’abord la marque commerciale Findus lorsqu’elle affirme ne pas connaitre la provenance de la viande dans ses plats, qui a tout de même conduit à des centaines de milliers d’euros de frais en moins pour elle et les entreprises collaborant avec elles. Et quand bien même, n’est-ce pas le rôle de cette entreprise de contrôler la provenance de ses produits? Il a fallu que des fonctionnaires de la répression des fraudes britanniques et français révèlent le scandale !

Hypocrites ensuite la grande distribution, certes dans une moinde mesure: si ils ne sont bien sûrs pas en charge du contrôle d’un contenu qui leur a été vendus sous d’autres caractéristiques qu’il ne l’est en réalité, c’est bien un certaine rapacité grandissante ces dernières années qui peut être facteur pour certains fournisseurs de rogner sur la qualité.

Hypocrites aussi un certain nombre de commentateurs et d’individus qui demandent en temps ordinaire moins de moyens pour l’Etat,moins de réglementations et qui se félicitent de cette découverte par les services publics d’une opération frauduleuse.

Hypocrite aussi Benoit Hamon, qui se félicite des résultats de la DGCCRF alors que ce service souffre d’un vrai manque de personnel, certes entamé depuis Jacques Chirac mais qui n’est nullement amélioré ces derniers temps avec une faiblesse criante des quantités de recrutement.

Hypocrite aussi la direction actuelle de l’Union Européenne, qui base pourtant officiellement,  nombre de ses politiques sur la protection du consommateur mais, qui dominée aujourd’hui par des forces politiques de droite conservatrice qui ne veulent pas laisser plus de pouvoir à l’Union et à la décision publique, ne se met pas en situation de les faire respecter.

Hypocrites aussi les eurosceptiques, qui pour des raisons d’alternatives pour certains  ou plus grave, pour ne plus avoir d’Europe du tout pour d’autres, s’opposent à toute prérogatives européennes et qui par la suite s’indignent quand elle ne prend pas assez de pouvoir en matière alimentaire et de traçabilité.

Hypocrites enfin certains consommateurs: Oui, il est normal, je le répète, que lorsqu’un produit est étiqueté 100% pur bœuf, il ne contienne pas de cheval. C’est l’information, la décision du consommateur qui sont en jeu, celui d’être flexitarien végétarien ou autres ou, s’il mange de la viande, de savoir lesquelles.

Mais honnêtement voir des gens qui mangent des enfants animaux comme le veau s’indigner parce qu’ils mangent du cheval, comment dire…

26 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Merci pour cet article.

    Surtout la fin, parce qu’enfin, cette indignation générale à l’idée de manger du cheval est absolument ridicule. Quelle différence avec le fait de manger un gigot, du veau, de la génisse, du porc… Bref.

    Je rajouterai néanmoins à ces constats une forte inquiétude quant aux positions de Hollande sur l’élevage, qui s’est déclaré le 5 février devant le Parlement européen à Strasbourg : « conscient que, aujourd’hui, ce sont les productions animales qu’il convient de favoriser par rapport aux productions végétales », car « il y a une vraie crise de l’élevage en Europe ». Cela parait très inquiétant de constater que les dirigeants ne prennent pas conscience de l’impact de l’élevage.
    Voir ici pour plus d’infos: http://www.vegetarisme.fr/_pdfs/CP2013-Hollande.pdf

    • Il y a ici une vision qui est celle de l’inquiétude de l’emploi dans l’élevage. Mais le gouvernement commence à montrer un vrai intérêt vis à vis de la transition écolo dans les modes de consommation. A suivre donc.

      Sur le cheval j’ai vraiment halluciné…alors qu’honnêtement le veau, l’agneau…

    • Romain Blachier

      Regarde les liens Gaël ! 🙂 après pourquoi hypocrite rue 89 ?

  2. Cécile

    Il faut aussi que les gens se prennent en main et arrête d’acheter de la merde. Des lasagnes maison c’est pas difficile à faire, moi j’ai arrêté tous les produits transformés et la viande et le poisson de grande surface. On gaspille moins, on mange mieux et on dépense moins !!
    Parce que ça c’est ce qu’on voit mais je n’imagine même pas ce qu’on ne voit et qu’on ne nous dit pas !! Je ne suis même pas étonnée…

    • Romain Blachier

      Ah l’industrie agro-alimentaire ! Mais aussi le consommateur et le distributeur!

  3. Emmanuel

    Je préviens tout de suite : je suis un bouffeur de cheval 🙂 Seulement voila, le cheval est considéré par les britanniques comme un animal domestique, quasiment (c’est un sujet de sa Majesté qui vous le dit).

    Je ne suis donc pas choqué de leurs réactions. C’est le pendant de nos propres réactions d’occidentaux vis à vis de la consommation de viande de chien ou chat des asiatiques (au passage, cette viande est gustativement aussi excitante qu’un burger de chez MacDo…). En ce qui concerne les « offusqués » français, ça ne m’étonne pas plus que cela en fait : depuis 20/30 ans, on assiste à la disparition des boucheries chevalines (et sur un autre plan, des tripiers). Je me rappelle que dans les années 80, rien que sur le seul boulevard de la CxRousse, on comptait pas moins de 3 boucheries chevalines!

    Le coeur du problème, c’est bien le circuit et la traçabilité du produit. Je veux bien qu’on jette la pierre aux eurosceptiques (dont je fais parti, du moins sceptique sur cette Europe là), mais comment peut on honnêtement penser que la viande roumaine est aussi contrôlée que celle française, allemande, belge ou italienne? En passant en plus par des traders chypriotes? L’Europe a fait marche arrière sur la traçabilité depuis 10 ans, les mesures et structures mises en place à la suite de la vaches folles ont complétement été biaisées et détournées par les industriels.

    Achetez votre viande chez un bon boucher : c’est pas ce qui manque à Lyon 😉

    • Romain Blachier

      C’est justement avec plus d’Europe qu’on peut travailler réellement sur la production agricole.

      Ps: oui je me souviens de cette boucherie !

  4. Rétrolien: Heureusement il y a Findus ! | Le Blog de Gabale

  5. Philippe

    Tout a fait d’accord, si au lieu de 39 ministres,1000 senateurs et parlementaires et 70000 elus communaux et regionaux plus leurs copains dans les commissions bidules on avait plus d’inspecteurs des fraudes et d’infirmieres on serait mieux proteges

    • Romain Blachier

      Si vous remplacez les élus communaux (dont 95% sont bénévoles ou sous le smic) par des inspecteurs sanitaires, cela va vous revenir cher!

      Pour revenir à quelque chose de plus sérieux, il y a de vrais manques dans certains secteurs publics. Ceux qui approuvent Depardieu devraient y penser.

  6. Soyez logique jusqu’au bout alors : s’il est ridicule que la viande de cheval soit taboue pour certains, quid de la viande de porc qu’on retrouve parfois dans des produits pour le Moyen Orient ? Et si l’on doit SAVOIR ce que l’on mange, quid des animaux abattus sans étourdissement préalable qu’on fait pourtant passer pour anesthésiés avant la saignée, sans dire que la viande est halal, mine de rien ?
    Sinon, bien sûr qu’il faut demander le respect de l’information et de la traçabilité, pour toute la nourriture. Même si la lecture des étiquettes est horrible. Voyez ce qu’il y a VRAIMENT dans les nuggets bon marché, par exemple, si vous n’avez pas l’estomac retourné à la lecture de l’étiquette, c’est que vous avez très faim ou que vous prenez votre corps pour une poubelle.
    Je comprends que les Anglais aient été choqués. Je n’aimerais pas apprendre qu’il y a eu du chien ou du chat dans le paté Hénaff.

    • Romain Blachier

      Suzanne: relisez mon billet. Il y est écrit à plusieurs reprises qu’il est anormal que les consommateurs aient été dupés et leur droit à l’information bafoué.

  7. Romain, bonjour,

    L’ensemble de ton billet, je le partage, en ce sens que, dans cette affaire tout le monde est faux-cul.

    En fait, il faut que le contrôle de ces produits ne soient pas faits par ceux qui les fabriquent. Cela suppose qu’il faut remettre, au centre de l’activité économique la fonction de l’Etat plus importante.

    En effet, l’Etat, personne morale agit en fonctin de l’intérêt général, ce qui suppose qu’on lui en donne les moyens et qu’il faut arr^ter d’avoir une vision systématique européiste et mondialiste de l’économie.

    C’est de l’ordre de la nature que lorsqu’un espace est trop grand, le contrôle est de plus en plus difficile. Que constatons-nous actuellement?

    Qu’une fois de plus, l’Europe qui devait protéger les citoyens-consommateurs, en fait est un véritable bordel, ce que j’essaie de prouver sur mon blog. De plus, en ayant une vision économique de restriction budgétaire et d’austérité dans l’ensemble des 27 pays de l’UE, on ne peut qu’avoir pour résultats, des scandales à répétition voire des ferments de corruption. Tel est le résultat d’un libéralisme économique sans contrôles de l’Etat.

    Gaullistement
    Claude JEANDEL

  8. Christine HOUBART

    Bonjour,

    @Cécile,

    Pouvoir faire ses propres lasagnes ou son propre hachis parmentier OK. Encore faut-il pouvoir trouver les incrédients dans son quartier. Car trouver une bonne boucherie ou un poissonnier digne de ce nom dans nos différents quartiers de Lyon et ‘ailleurs n’est pas chose aisée ce qui, in fine, oblige quasiment nos compatriotes à se fournir au supermarché du coin.

    Ce qu’on fait pour les fruits et les légumes avec les Amap et les circuits coutrs, pourquoi ne pourrait-on l’envisager pourla viande et le poisson?

    • Romain Blachier

      « Ce qu’on fait pour les fruits et les légumes avec les Amap et les circuits coutrs, pourquoi ne pourrait-on l’envisager pourla viande et le poisson? »
      Pour info les circuits courts fournissent de la viande. Par exemple dans ton quartier à deux pas des champs http://www.adeuxpasdeschamps.com/points_de_livraison.php livre de la viande, de la charcuterie et des oeufs. Et ils ne sont pas les seuls.

  9. Cécile

    Je ne dis même pas d’aller tout le temps chez un petit poissonnier ou un petit boucher ! Mais si vous achetez votre viande ou votre poisson même à l’étal d’une grande surface au moins vous saurez que le hachis est au bœuf et non au cheval, si vous ne voulez pas en manger. C’est ça le problème c’est de savoir ! Et puis j’ai énormément réduit ma consommation de viande et ne m’en porte pas plus mal, pas plus d’une ou deux fois par semaine ! Ce que je voulais dire par là c’est que tous ces produits faits industriellement sont pour la plupart mauvais pour notre santé : le sel par exemple et les exhausteurs de goûts… En plus regardez : lasagnes toutes faites 35 minutes au four (au moins) et faites maison ça ne prend pas plus de temps et c’est moins cher. 🙂

  10. ElleB

    Cette dévouverte est a peine étonnante … sérieusement allez visiter une usine agro-alimentaire : ok pour le conditionnement, mais je vois pas cmt il peut ne pas y avoir de trace d’autres viande dans les plats ….

  11. Marjo

    Assez d’accord avec toi, sauf sur la dernière phrase.
    ça ne me dérange absolument pas de manger du cheval (d’ailleurs, je trouve ça très bon), mais je veux être au courant dès le départ. Ce qui est scandaleux (et effrayant) dans cette histoire, c’est que finalement on peut nous faire manger n’importe quoi, il suffit de changer les étiquettes.
    Là c’est du cheval, mais pourquoi pas du rat ou de l’homme…

    • Romain Blachier

      Tu as du lire le billet en diagonale: je dis justement dans mon article que le problème est le défaut d’information.Ma dernière phrase porte uniquement sur le fait qu’il est surprenant de manger du veau et de s’offusquer sur le cheval.

  12. Marjo

    J’ai bien lu le billet, mais je crois que la plupart des gens s’offusquent plus du fait qu’on leur fasse croire qu’ils mangent du boeuf alors que c’est du cheval, manque d’informations et de traçabilité, comme tu le dis bien dans le reste du billet.
    sinon, oui s’offusquer de manger du cheval quand on est carnivore, c’est hypocrite.
    J’ai eu la discussion avec des collègues hier qui effectivement s’offusquaient parce que le cheval, c’est pas pareil, animal ‘sacré’, blabla, et qui me demandaient comment je réagirais si on me faisait manger du chat…
    Je crois que je les ai choqués quand je leur ai répondu que c’était sûrement bon et que ça ne me dérangerait pas à partir du moment où j’étais prévenue (et que ce n’était pas un des miens, quand même^^).

  13. Rétrolien: Politeeks » Libé, papier hygiénique usagé

  14. Vamos

    La réelle hypocrisie, c’est de se saisir de ce phénomène et d’en laisser un autre totalement à l’ombre: l’industrie de la viande dans son ensemble, et les abattoirs en particulier. Il y aurait fort à dire, mais apparemment, seuls quelques journalistes d’investigation en ont assez pour aller faire des reportages là-dessus, qui sont loin d’être diffusés à des heures de grande écoute sur les grosses chaines.
    Qu’on arrête de nous bassiner avec le cheval, et que l’on s’attaque aux conditions d’hygiène lamentables dans lesquelles sont abattus les animaux que l’on retrouve dans nos assiettes…

    • Romain Blachier

      Oui il y a cela aussi

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers