Le double discours de Dominique de Villepin lors de la création de son mouvement politique

Dominique-de-villepinDominique de Villepin a eu comme de coutume le verbe haut, tragique et généreux dans son allocution de ce matin évoquant la création d'un nouveau mouvement politique. La chose avait des accents épiques, comprenait des vérités de moins en moins dites sur le rôle de l'impôt et sur la solidarité et sur le rôle de l'Europe. Ce Villepin là avait bien plus à faire avec les sociaux-démocrates qu'avec les sarkozystes…en apparence. Il y a tout même au moins des hics qui m'ont choqué.

Sans vouloir faire de peine à Claude Jeandel,  Mancioday et Griffon lyonnais, deux choses m'ont parues tout de même relever de la tartuferie: la volonté affirmée de revenir sur le bouclier fiscal alors que celui-ci a été mis en place par un certain Villepin, Dominique de son prénom en 2006 d'une part, de l'autre un discours parlant de sécurité de l'emploi et de sécurisation du parcours professionnel tout en réaffirmant l'importance du dispositif du CNE qu'il avait mis en place et qui permettait d'être licencié sans préavis les premières années d'un emploi…

14 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. « la volonté affirmée de revenir sur le bouclier fiscal alors que celui-ci a été mis en place par un certain Villepin, Dominique de son prénom en 2008 »
    Hein ? Tu es sur que c’est Villepin qui a mis ça en place ? En 2008 ? A quel titre.
    Cela dit la volonté de « revenir » n’est pas affirmée. Juste celle de « suspendre »…

  2. Tu as raison,faute de distraction c était pas en 2008! Je corrige dans pas longtemps

  3. Claude Jeandel

    Villino gaulistement, Romain,
    Comme moi, peut-ête l’a entendu en direct,il a assomé des vérités concernant le CNE, outre qu’il a reconnu qu’il s’y est mal pris mais rappelons-nous du contexte de l’époque. Ce n’est pas la Parti socialiste qui a été efficace à l’époque mais bien l’UMP avec Sarkozy en tête qui vait tout intérêt à lui savonner la planche.
    Cela étant dit, revenons aux fondamentaux ; les vrais.
    Que le PS ne sait plus reconnaitre, à part Ségolène Royal et Chevénnement. Le premier des fondamentaux : la Nation, puis la République et l’Etat.
    Une politique étrangère spécifiquement française ce qui veut dire ne pas être à la solde des américains. Pour cela, la France doit se retirer de l’OTAN et avoir une ouverture vers les pays émargents…..
    Quoiqu’en disent certains commentateurs, ce qui fait la perte de l’UMP, c’est qu’elle a perdu le sens des valeurs et des symboles surtout que le gaullisme avait donné à la France.
    Le réqsultat est qu’elle vient de se ramasser une belle branlée aux régionales parce que justement des hommes et des femmes qui se reconnaissent dans le gaullisme social, incarné notamment par Philippe Seguin et bien d’autres. L’eat baffoué, désagrégé par l’UMP, il me semble que nous avons là avec Dominique de Villepin, un homme qui a le sens de l’Etat, que si Dieu le veut et le destin également restaurera l’autorité et la puissance de l’Etat.
    Je m’aperçois que l’on s’interesse à sa conférence de presse et à c qu’il dit : pour moi c’est déjà un bon signe! Du fait qu’en politqiue l’on ne tire jamais sur un cadavre.
    L’avenir dira ce qu’il en sera mais pour ma part, Ge Gaulle a eu le 18 juin, Dominique de Villepin aura son 19 juin et Claude Jeandel ira à Paris, capitale d’une France jacobine que je souhaite mes voeux, pour participer à cet appel afin que Romain Blachier soit fier d’une France qui doit retrouver sa pleine souverainbeté dans un Etat fort et une république sociale et démocratique.
    Gaullistement
    Claude JEANDEL

  4. Claude Jeandel

    Villipino gaullistement, Romain,
    2eme version sans faute de frappe
    Comme moi, peut-être l’a entendu en direct,il a assainé des vérités concernant le CNE : outre qu’il a reconnu qu’il s’y est mal pris mais rappelons-nous du contexte de l’époque. Ce n’est pas le Parti socialiste qui a été efficace à l’époque mais bien l’UMP avec Sarkozy en tête qui avait tout intérêt à lui savonner la planche.
    Cela étant dit, revenons aux fondamentaux ; les vrais.
    Que le PS ne sait plus reconnaitre, à part Ségolène Royal et Chevénement. Le premier des fondamentaux : la Nation, puis la République et l’Etat.
    Une politique étrangère spécifiquement française ce qui veut dire ne pas être à la solde des américains. Pour cela, la France doit se retirer de l’OTAN et avoir une ouverture vers les pays émergents, en autre…
    Quoiqu’en disent certains commentateurs, ce qui fait la perte de l’UMP, c’est qu’elle a perdu le sens des valeurs et surtout des symboles que le gaullisme avait donné à la France.
    Le résultat est qu’elle vient de se ramasser une belle branlée aux régionales parce que justement des hommes et des femmes qui se reconnaissent dans le gaullisme social, incarné notamment par Philippe Seguin et bien d’autres ne s’y sont pas reconnus et respectés. Alors que l’Etat est baffoué, désagrégé par l’UMP, il me semble que nous avons là avec Dominique de Villepin, un homme qui a le sens de l’Etat, que si Dieu le veut et le destin également restaurera l’autorité et la puissance de l’Etat.
    Je m’aperçois que l’on s’interesse à sa conférence de presse et à ce qu’il dit : pour moi c’est déjà un bon signe! Du fait qu’en politique l’on ne tire jamais sur un cadavre.
    L’avenir dira ce qu’il en sera mais pour ma part, Ge Gaulle a eu le 18 juin, Dominique de Villepin aura son 19 juin et Claude Jeandel ira à Paris, capitale d’une France jacobine que je souhaite mes voeux, pour participer à cet appel afin que Romain Blachier soit fier d’une France qui doit retrouver sa pleine souverainbeté dans un Etat fort et une République sociale et démocratique.
    Gaullistement
    Claude JEANDEL

  5. renaud

    Héhéhé la référence à l’Annonciation est très drôle!
    Sur ce blog calviniste, on pourrait presque écrire que Dominique a vu la Vierge en couleurs!
    Sans heurter quelque confession que ce soit, la candidature de Villepin est une mauvaise nouvelle de plus surtout pour… Bayrou.

  6. couguar

    Il y a le même flou idéologique que Bayrou: discours à gauche, mesures concrètes à droite…on va voir du bisounours du MODEM courir chez le défenseur du CNE et du CPE.

  7. romain blachier

    @christineh : ma critique a un fondement, je remarque d’ailleurs que tu ne réponds pas aux remarques que j’exprime dans ce billet, préférant te contenter de mettre des liens vers ton blog. Mal à l’aise ?
    @Claude: parce que pour toi l’emploi c’est pas un fondamental peut-être?
    @couguar et renaud: en effet, ils chassent sur les mêmes terres ce qui est à la base assez paradoxal. Après les fashions-politiques passés en quelques années de Ségolène à François puis un peu à Europe Ecologie, vas-t-on voir une nouvelle étape sur le chemin? Il est vrai que le projet actuel défendu par Cohn-Bendit n’est pas assez flou pour eux. Et oui je vois aussi la même ambiguïté que chez certains modemistes dans le discours de Villepin.

  8. Dominique de Villepin avait déjà dit dans ses voeux au début de l’année 2010 qu’il souhaitait revenir aux fondamentaux.
    A savoir comme le dit Claude Jeandel la Nation, la République, l’Etat et aussi à l’inscription aux frontons de nos mairies : Liberté, Egalité, Fraternité.
    C’est un programme à lui tout seul cette volonté.
    Après reste à savoir comment il compte décliner tout ça, et avec qui.
    Effectivement, il vient d’ôter toute audience à François Bayrou mais ce dernier est passé dans les oubliettes aux élections régionales.
    Maintenant, reste posé le problème du procès Cleastream où N. Sarkozy n’a pas dit son dernier mot, même s’il n’est plus partie civile.

  9. Griffon Lyonnais

    @ Romain :
    voilà ce que Villepin a dit,
    – sur le bouclier fiscal : « Le message des électeurs, qui est à la fois, si l’on prend le cœur de ce message, un message d’indifférence et un message de colère, montre bien que nous ne pouvons pas jouer avec la justice sociale. Et c’est pour cela que j’ai proposé, depuis plusieurs années, depuis de longs mois, que la justice sociale soit l’acte fondateur de ce quinquennat. Je n’ai pas obtenu gain de cause, trois ans plus tard, je le redis : il faut suspendre le bouclier fiscal, il faut par ailleurs augmenter la plus haute tranche de l’impôt sur le revenu à 45% et il faut créer une surcote de l’impôt sur les très grandes entreprises de 10 à 15%.. Tout cela le temps de permettre aux Français de traverser une crise qui les éprouvent les uns et les autres. »
    – et sur le CNE : « La première priorité, c’est l’emploi. Mais pour mettre en œuvre une politique de l’emploi, il faut être capable d’apporter des garanties aux Français pour qu’ils acceptent de s’engager. J’ai moi-même de ce point de vue un mea culpa à faire. Car c’est vrai que j’ai longtemps pensé que l’exigence d’adaptation, de réalisme, de lucidité impliquait qu’on cherche par tous les moyens les souplesses nécessaires permettant de créer de l’emploi. Et c’est vrai, on l’a vu avec la suppression du CNE, que nous nous sommes privés d’un outil essentiel de la politique de l’emploi qui est d’assouplir les conditions d’entrée et de sortie du marché du travail ; entre l’exonération de charges et cette politique contractuelle, ce sont les deux éléments qui permettent de bâtir une politique de l’emploi. Aujourd’hui, si nous voulons que les Français acceptent de prendre des risques, nous avons le devoir de garantir les droits sociaux, une protection sociale et de garantir une sécurité professionnelle. Mais cela doit être fait méthodiquement, avec les partenaires sociaux, de façon à ce que chacun ait le sentiment de pouvoir avancer et de faire face aux risques de la vie. La mobilisation d’une vraie politique de formation, j’ai lancé les contrats de transition professionnelle, autant d’éléments qui permettent de mettre de l’huile et d’offrir une perspective à chacun, mais il faut sans doute aujourd’hui aller beaucoup plus loin dans ce sens. »
    Cela me semble bien moins manichéen que ce que tu as écrit … 😉

  10. on peut développer griffon mais il n’en reste pas moins qu’il y a paradoxe à parler de suspension du bouclier fiscal quand on l’a instauré et à parler sécurisation des emplois en regrettant le CNE…(-;

  11. jbdivry

    Patrick Sébastien aussi vient de lancer son parti politique … vive le printemps

  12. Griffon Lyonnais

    @ Romain : A l’origine, Le vrai « bouclier fiscal » s’appliquait à l’impôt sur le revenu, à la taxe d’habitation, à la taxe foncière et à l’ISF. Il fut institué en 2006 sous le gouvernement de Dominique de Villepin, avec un plafond à 60% et la réduction du nombre de tranches du barème de l’impôt sur le revenu de 7 à 5. Ceci a permis de diminuer la progressivité de l’impôt en modifiant les seuils et les taux d’imposition compris entre 5,5% et 40%. La baisse moyenne des impôts pour les contribuables était de 8%. Le bouclier Villepin était calibré pour les gros patrimoines à faibles revenus, notamment les propriétaires de biens dont la spéculation immobilière a fait gonfler leur patrimoine virtuellement.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers