Le drame de l’unfollow sur twitter

UnfollowTwitter est un réseau social qui se prête à l'asymétrie et à la précarité relationnelle : on peut suivre l'actualité de quelqu 'un sans être suivi en retour.De même, un simple clic interrompt de recevoir les mises à jour, les citations, les blagues plus ou moins vaseuses, les actualités plus ou moins intéressantes de votre correspondant. Bref selon l'anglicisme consacré vous l'avez unfollow.

Un geste anodin parfois vécu comme un drame par l'unfollowé!

 Je suis un peu plus de 800 personnes sur twitter. C'est un peu trop, j'aimerais me limiter à 800 mais je n'y arrive pas. Alors du coup régulièrement je nettoie.  Le plus souvent la personne unfollowée ne réagit pas,soit qu'elle n'y prête pas attention soit qu'elle garde cela au fond de son petit cœur brisé par si grave événement, soit surtout qu'elle s'en fiche complètement.

Certains ont installé un petit service pour détecter immédiatement si on l'a enlevé de ses contacts. Quelques uns de ces modules envoient même un tweet un peu agressif à celui qui le quitte. Alors il arrive, ou non, que personne ainsi enlevée riposte en me supprimant également de ses contacts.

Et puis tu as celui ou celle qui veut des explications. Et qui te les demande soit via un petit message, soit en t'interpellant publiquement. Parfois juste pour savoir, parfois parce qu'elle sent blessée ou vexée de cette disparition. Ou, comme un amoureux éconduit, pour dire au monde entier que tu es horriblement méchant de l'avoir quitté !

J'unfollow pour diverses raisons : parce ce que la personne  tweete ne m'intéresse pas,  m'agace, fait montre de virulence dans ses propos, est dans une posture ou semble avoir une personnalité ne me convenant pas, me trolle de manière trop lourde, confond twitter avec un tchat entre lui et ses 3 copains, est dans une attitude systématique d'attention whore (quoi que tweeter est en soi un outil d'attention whore…)  etc…Tiens il faudra que je me fasse un billet sur le sujet des raisons de l'unfollow.

Ne plus suivre quelqu'un n'est pas forcément synonyme d'hostilité personnelle. Et rarement la chose, sauf cas extrême, est purement sur le désaccord de fond. Sinon je n'aurais pas autant de plaisir à suivre d'aimables réactionnaires comme Le Chafouin, Koz et Autheuil.

Curieusement, c'est souvent l'hypothése que font nombre de personnes qui m'interpellent pour savoir la raison de mon départ.  Il est vrai qu'il pourrait être plus noble d'être unfollow pour des courageuses idées par un méchant vilain sectaire gauchiste lyonnais que de l'avoir été parce que suivre ses aventures lorsqu'il promène son chien et le voir détailler la cuisson de ses spaghettis peut lasser…Sans doute aussi une maniére de se rassurer que de tenter de s'ériger en martyr de la liberté !

Certains sont même insultants. J'ai eu des " je t'emmerde connard, tu m'a viré de tes followés!". D'autres interpellent leur timeline sur le mode de la liberté de penser que j'aurais violé en commettant le crime de ne plus suivre leur prose forcément passionnante. Comme si j'avais souscrit une obligation de les suivre. Hélas pour nombre de ces prétendants à la victimisation politique sauce numérique, c'est plus souvent un manque d’intérêt pour leur production twitteresque qu'un clivage qui m'aura fait les enlever. Même si cela est plus difficile à gérer pour leur égo. L'égo, l'essence même de twitter…

26 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Je suis d’accord avec toi sur le seuil des 800 qui est, je crois, le maximum de compte qu’on puisse suivre pour avoir une « TL » lisible.
    Les twittos sont irrationnels. Je followe tous ceux qui me followent et, au bout de quelques temps, je supprime ceux avec qui je n’ai eu aucun contact pour alléger ma TL. Les réactions sont souvent, comme tu le soulignes, surprenantes.

  2. catnatt

    En général je ne réagis pas aux unfollows. J’unfollowe à mon tour car j’ai pr règle d’être ds l’échange sur twitter, donc j’ai 4 comptes (journaux pr la plupart) que je suis ss retour.
    Il m’est arrivé de poser la question. Ca c’est toujours plutôt bien passé. La dernière fois, c’était quelqu’un que j’aimais bien mais qui m’a expliqué simplement qu’il était ds le marketing, ce genre de trucs et que je ne lui délivrais pas d’infos à ce sujet. J’ai compris et on s’est salués cordialement.
    Je crois qu’il faut déterminer les raisons de sa présence sur twitter. Moi c’est être informée et touchée et échanger. Ma TL est en conséquence.
    Suis d’accord sur les 800. On est au maximum. Après, je vais pas jouer la faux cul, certains je continue de les suivre au cas où. Du réseautage en somme.
    J’avais piqué une colère un jour sur twitter suite à une vive interpellation : je ne suis pas là pour me faire des amis. L’amitié elle se passe dans la « vraie vie ». Je ne dois rien à personne.
    C’est un peu comme la polémique Striptease : on s’emballe, on s’emballe mais in fine, si on est tous honnêtes, on en a rien à foutre.
    Après ceux qui ont un tel manque affectif qu’ils transfèrent, je ne vois qu’une chose : un bon psy 😉

  3. Jaques Brel se trompait en disant qu´il est plus humiliant d´être suivi que suivant, mais, on le pardonne, il ne connaissait pas twitter.
    Unfollower quelqu’un c’est lui dire qu’on est pas interessé parce ce qu’il racontre, ca, finalement, on arrive à le faire sans probleme, par contre se faire unfollower s’est admettre que ce qu’on raconte peut ne pas interesser des gens, et ca c’est souvent plus dur à faire.
    Dans ton article tu ne parles que de gens que tu zappes, mais jamais de comment tu ressens de te faire zapper, ego sum qui sum 😉

  4. romain blachier

    Oui, un type m’a hurlé dessus lors d’un unfollo alors que nous ne correspondions jamais parce que je l’avais unfollow.Il n’y avait aucune interaction avec lui en général pourtant.

  5. romain blachier

    Oui il y a différentes raisons de suivre. Et quand tu t’intérésses à des choses diverses c’est dur. Et puis dés fois je ne suis que pour des raisons géographiques (la personne est de Lyon) et puis j’élimine parce que personne peu intéressante sur twitter ou pas sympa.

  6. romain blachier

    Oui cela pourrait faire le sujet d’un autre billet que ces piqures à l’égo.

  7. Tu m’as unfollow, c’est un scandale 🙂
    Sinon, je trouve que suivre 800 personnes ça me semble énorme.
    Je pense ne jamais dépasser les 500.

  8. JB

    Moi je vous ai unfollow car j’en avais marre de lire votre diatribe collectiviste et moraliste. 🙂

  9. Perso, je m’en fiche…
    Par contre, on peut filtrer l’affichage sur sa TL pour une lecture saine des tweets.
    On limite ainsi le trop plein d’info inutiles. J’évite l’unfollow via le filtrage que je réactive en fonction de l’actu.
    Pour l’été, j’ai désactivé certains flux d’actualité politique, en mode « Melclalex », été…

  10. C’est comme dans la vie quoi: « tu m’as ps rappelé! « tu réponds plus à mes messages » « tu viens plus aux soirées ».
    perso, une seule attitude: la seule chose que je regarde, c’est les nouveaux followers, pour savoir si j’ai envie de les follower. Un point c’est tout.

  11. notstephan

    Il n’y a qu’une solution pour ne pas rendre triste les gens en se désabonnant : ne suivre presque personne. Comme ça on passe pour un enfoiré mais on ne brise pas le coeur des gentils twittos.

  12. Pour la peine, je suis…
    mais je n’aime pas unfollower, sauf quand c’est purement commercial
    merci pour l’article et le lien

  13. Je réagis souvent comme cattnat, par un simple unfollow back. D’autant plus que je suis en compte privé et donc l’unfollow interdit toute interaction future.
    Je pense qu’il n’y a eu que deux exceptions : toi et koz, qui, lui, se limite à 80 followés, suit par listes (mais ça ne marche pas avec les comptes privés), et qui me suit sur son autre compte…

  14. Il y a toujours un côté à la fois #personalbranling et méprisant chez toi, qui est parfois pénible (ou lassant). Tu unfollow les gens parce que leur prose est inintéressante et que tu te fous de la cuisson de leurs pâtes ? C’est sympa, maintenant je sais pourquoi tu es venu et reparti 3-4 fois. Honnêtement, tu devrais faire une petite cure d’humilité de temps en temps, ça ne te ferait pas de mal.

  15. Jules: pourquoi le prendre si personnellement et si agressivement? Je ne fais que parler de mon expérience et donner un exemple parmis mille, qui n’est pas le tien (d’autant que je ne me souviens pas avoir fait d’aller retour. )
    As-tu jamais parlé de la cuisson de tes pâtes? Moi je suis sûr que cela m’est arrivé. Un peu. Le problème n’est pas les pâtes, le jambon ou les rillettes mais l’intérêt que je trouve ou pas à suivre un compte. C’est le droit de la personne de dire ce qu’elle veut, c’est mon droit de m’abonner ou pas à ses tweets.
    comme je le dis il y a des tonnes de raisons pour lesquelles j’ai unfollow des gens. Et heureusement ce qui m’intéresse ou m’agace n’est pas forcément la même chose que mon voisin et n’est nullement une vérité absolue. Tant mieux il en faut pour tout les goûts. De même ce que je dis n’intérésse, et bien loin de la, pas tout le monde.
    Il est autrement plus méprisant d’expliquer qu’on représente bien mieux la France parce qu’on vit (vivait) en zone rurale que son interlocuteur lyonnais par exemple…

  16. d’ailleurs il faut que je te refollow (mais comme tu es en privé faudra m’accepter)

  17. romain blachier

    ou il y a aussi des tweets que tu vois passer par RT

  18. romain blachier

    Cela est une méthode plus douce en effet.

  19. romain blachier

    et vous venez lire et commenter mes billets… 🙂

  20. romain blachier

    ou faire des listes

  21. Si tu n’es pas un bot, un œuf avec 1 tweet, ou un vendeur/spammeur je devrais t’accepter.

  22. Pas d’agressivité, j’ai dit ce que j’en pense. Libre à toi d’en tenir compte (ou pas).

  23. romain blachier

    Dire ce qu’on pense n’exclut nullement l’agressivité Jules et peut se faire plus sereinement Comme je le dis dans mon billet, le follow/not follow ne mérite pas des réactions si excessives.
    Tenir compte de quoi? Il semble légitime d’avoir le droit, tout comme toi, de ne suivre que les gens dont j’ai envie. lIl n’y a aucune obligation à suivre ceux dont on ne veut pas et cela ne constitue nullement un mépris ou alors l’ensemble des twittos du monde seraient méprisants en unfollow quelqu’un
    Ce qui je le répète, n’augure pas de leur intérêt et de leurs qualités humaines en général ni la tienne en particulier.
    Sinon il faudrait suivre les millions de personnes ayant un compte twitter.
    bien à toi

  24. Je parle juste de la forme, en fait. Mais laisse tomber, il n’y a pas mort d’homme. On ne parle pas de la même chose. Le follow / unfollow je m’en fous un peu. Je te trouve un peu hautain parfois. Si je suis le premier à te le dire, c’est que je dois me tromper.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers