Le Grand Lyon, métropole européenne: cause et conséquences

CollombSi les observateurs,ont pu être surpris par l’annonce, l’idée de la séparation annoncée ce début de semaine entre le Grand Lyon et le
département
vient de loin et a fait l’objet de nombreuses rencontres de Gérard Collomb avec Marylise Lebranchu et le Président de la République et à de multiples discussions de Michel Mercier.

Le dessein d’une métropole européenne est porté depuis longtemps par le Président de la Communauté Urbaine,et la création du pôle métropolitain, depuis quelques mois, rendait de plus en
plus anachronique l’échelon départemental.Il s’agit d’avoir les moyens pour l’agglomération de se donner les moyens d’être une véritable métropole compétitive en Europe.

A l’empilement commune (voire arrondissement puis commune pour les lyonnais) se rajoutait un Grand Lyon et
désormais un pôle métropolitain, squelette d’une institution amenée sans doute
à prendre un poids singulier dans les années à venir. Le département semblait
alors un peu avoir du mal à trouver sa place.

De son côté Michel Mercierpossède des motivations plus complexes. Même si, la aussi, la réforme annoncée part d’une conviction.

Monsieur Mercier avait, au cours des années 80 et 90, à plusieurs reprises souhaité une réorganisation du département en excluant le Grand Lyon, reportant à ce moment le siège des pouvoirs à Villefranche.

Une part de la gestion du conseil général du Rhône joue
d’ailleurs la dichotomie entre le Grand Lyon et le hors Grand Lyon, par exemple sur la question de l’accueil petite enfance.

Mercier qui a envie de retrouver ses coudées
franches pour gérer le département, serait débarrassé de la quasi-totalité de
la gauche, concentrée à l’exception de deux socialistes, dans l’agglomération.

Il affaiblira aussi l’UMP (qui ne garderait que trois élus dans la configuration future), ce qui lui laisserait  les mains libres pour sa succession.

Il se débarrasserait de boulets de sa gestion comme le musées des confluences ou les emprunts toxiques, reversés à la ville de Lyon.

Cela rebat les cartes dans le paysage politique lyonnais. Que va-t-il se passer pour les conseillers généraux et vice-présidents de l’agglomération lyonnaise ? Certains seront sans doute reclassés dans la nouvelle métropole d’intérêt européen mais pas tous.

D’autres seront sans doute sur les listes aux prochaines sénatoriales en compensation. Et puis il est question aussi que, dans un premier temps, les conseillers généraux siègent avec voix consultative au conseil de communauté.

Quel sera le mode d’élection des conseillers Métropolitains ?
Uninominal ? Cela semble peu probable, tant cela rendrait important les
risques de dichotomie avec les scrutins municipaux. Sans doute, comme les
projets d’élections intercommunales le prévoient, mais plus surement
fléchés officiellement ou officieusement au sein des listes municipales
puis peut-être plus tard par liste distincte.

Il faudra aussi réfléchir le rôle de la commune dans tout cela. A terme celui devrait être affaiblie à , les décisions se prenant encore davantage au niveau de la métropole à venir.
Restera le besoin d’un échelon de proximité type arrondissement à Lyon. A terme également le Grand Lyon devrait devenir un élément dans un vaste pôle métropolitain. Le Grand Lyon pourrait se trasnformer, à l’image de ce qui se fait souvent en asie, en Lyon tout simplement…

12 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Emmanuel

    Eh oui. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer: Lyon, des arrondissements, point final. On va encore se faire des copains Romain 🙂

  2. Jean-François

    Il est urgent de définir le contenu de cet accord sur le fond … les partages de pouvoirs entre les uns et les autres, déconnectés de toute précision quant au fond, ont rendu l’annonce de ce projet très inaudible. En l’état, l’annonce contribue même pas mal au refrain populiste « ils ne pensent qu’à eux… tous pourris… » etc …
    La réorganisation du territoire ne se décide-t-elle par ailleurs qu’à Lyon ? Il est surprenant que cette annonce, forte de conséquences, ait précédé tout débat réellement nourri au niveau national …
    Bref, un peu d’argumentation sur le fond serait la bienvenue !

  3. Fred

    Sur le fond, pour quoi pas, mais il faudra avoir plus de détails pour se prononcer plus complètement.
    Sur la forme, il faudra un vrai débat sur les modalités, parce que la manière dont ça a été annoncé (que tout le monde apprenne ça dans la presse, y compris les élus concernés etc.), c’était un peu moyen… J’espère qu’ils vont rattraper ça par la suite, sur l’ensemble des questions qui se posent côté mise en œuvre.

  4. C’est une simplification intéressante et cela va permettre à Lyon de jouer dans la cours des grands.

  5. Argumentation de fond il y a eu puisque l’idée est que Lyon dispose de larges pouvoirs pour jouer au niveau mondial, ce que la configuration institutionnelle actuelle empêche. Pour Mercier cela me semble plus politicien mais je suis heureux que Lyon et le Rhône prennent une initiative dans le sens d’un big ban territorial.

  6. Je pense qu’il fallait aller vite, sinon rien ne se serait fait, chacun restant sur son box. Le reste en effet permettra sans doute des développements.

  7. En soi la « métropolisation » peut être une bonne chose voire s’avérer incontournable mais:
    1) elle devra aller de pair avec le contrôle démocratique des nouvelles entités
    2) elle devra inventer son pendant avec le renforcement des élus et pouvoirs de proximité pour ne pas devenir un gros machin éloigné des citoyens
    3) les réseaux de toutes sortes devront être construits entre les agglos/métropoles et vers les villes « satellites »
    4) les zones « rurales » ne devront pas être les laissées pour compte de cette construction et il faudra leur trouver et donner toute leur place…

  8. romain blachier

    1) oui c’est évident.Le citoyen doit pouvoir voter pour l’échelon de décision important
    2) oui c’est ce que je dis: l’échelon de proximité des fondamental
    3) et 4) C’est justement l’objet du pôle métropolitain de Gérard Collomb

  9. inconnue69

    J’ai été stupéfaite d’apprendre cela dans la presse… étant à la fois Lyonnaise et agent du département !
    Que vont devenir les agents d’ailleurs ? Personne n’en parle et je crois que peu s’y intéressent (la preuve, ils n’étaient pas informés d’un projet qui va sûrement avoir des répercussions…)

  10. romain blachier

    La chose a été évoquée et les agents seront repris, pour ceux dont c’est le périmétre, au sein de la métropole.

  11. on parle de métropole européenne un peu partout, qu’en est-il avec l’Italie ?

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers