Le MEDEF attaque les entrepreneurs de la culture

Dj mixes the trackQuand tu es aussi gaffeur que Pierre Gattaz le mauvais patron du MEDEF, un syndicat qui aide aussi mal les entrepreneurs et l’ensemble des créateurs de richesses que les Balkany aident Levallois-Perret ou l’Espagne le droit des femmes, il faut que tu cherches une cause pour fédérer.

Quoi de mieux que d’attaquer le statut des intermittents du spectacle? Une cause qui permet tous les dix ans, de tenter de fédérer cette corporation contre les travailleurs entreprenant dans la culture? Rendant d’ailleurs l’interrogation sur les réformes (par exemple la question de la rémunération des répétition, le volume de cachets, le financement…) qui peuvent se poser sur ce statut trop passionnelles et caricaturales.

Gattaz a hérité, en plus du syndicat.  Tu parles d’un grimé en preneur de risques qui n’est qu’un vulgaire rentier d’héritage et cherche à capitaliser en tapant sur ces régimes. L’entreprise française n’a pourtant pas, les entrepreneurs le savent, que ces diversions à faire. Des dossiers sont plus urgents. Mais on dirait que M.Gattaz considère que non.

Pourtant les entrepreneurs culturels sont salués par une partie moins extrémiste du patronat: en effet ils reposent sur l’idée qu’un intermittent du spectacle doit être autonome, travailler, prendre des risques, créer pour avoir droit au statut. Faire, de notre région et de la France, une grande nation sur ce domaine, qui fait rayonner le pays. J’ai travaillé dans la culture, j’ai bien connu la question. Lyon et la France doivent beaucoup aux entrepreneurs du spectacle en particulier et du secteur culturel en général.

Mais lorsque l’on est mis en difficulté par des gaffes et, contrairement par exemple à des patrons plus proches du terrain, non syndiqués ou à la CGPME et à l’UPA, on cherche des boucs émissaires. Avec parfois l’aide d’une propagande .

De quoi tenter de faire oublier à ses propres adhérents qu’on a du mal. De quoi chercher aussi de quoi excuser un dogmatisme idéologique qui a éloigné beaucoup d’entrepreneurs du MEDEF. Au lieu de regarder ses limites à soi on cherche un ennemi extérieur. Pitoyable. Ils feraient mieux de défendre certains entrepreneurs qui n’obtiennent pas de réponses sur leurs dossiers. Trop occupés à frapper sur les entrepreneurs du spectacle ?

10 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. El Desdichado

    Je te rejoins sur Gattaz, mais sur le fond tu ne pousses pas au bout le raisonnement : est-il normal qu’un système d’assurance chomage, aussi vertueux soit-il pour la création, soit à ce point déficitaire ? Est-ce normal de voir des « entrepreneurs du spectacle » profiter autant du système (e.g. répétitions obligatoires mais non rémunérées ?). Est-ce que les nombreux producteurs TV ou de grands spectacles sans intérêt culturel sont aussi pour toi des « entrepreneurs du spectacle » ?
    Je pense de mon côté que des mesures devraient être prises pour reformer ce système. Ou alors poussons le raisonnement jusqu’au bout et entendons le à tous ceux qui ont ou veulent avoir des activités intermittentes avec un système aussi avantageux.

    • Romain Blachier

      Je ne nie pas des questions: exemple comme je le dis dans le billet sur les répétitions. Mais la manœuvre est ici un peu trop grosse de la part de Gattaz qui par ailleurs se tais souvent sur des coûts bien plus élevé pour la collectivité par exemple dans le domaine de la fraude.

      • El Desdichado

        Oui, on est d’accord Romain. C’est ce qui m’énerve avec les gens qui prennent ce genre de sujets par le mauvais bout, juste pour se faire de la pub : ils empêchent durablement tout débat constructifs.
        C’est ni plus ni moins de la politique de la terre brûlée.

    • Michel Ducrot

      El Desdichado : « Ou alors poussons le raisonnement jusqu’au bout et entendons le à tous ceux qui ont ou veulent avoir des activités intermittentes avec un système aussi avantageux ».
      Mais c’est justement ce sur quoi se battent les intermittents en lutte, et notamment les intermittents et précaires de la CIP-IDF, un mouvement qui est tout sauf corporatiste et qui a contribué à l’élaboration d’un Nouveau modèle d’indemnisation du chômage des travailleurs discontinus (pas seulement du spectacle) solidaire et un peu plus vertueux que le modèle actuel.
      Vous trouverez une foule d’informations sur l’histoire et l’actualité de la lutte sur le site de la CIP-IDF :
      http://www.cip-idf.org/

  2. Musset Seb

    Ah ces gens gens qui d’un côté gueulent sur les intermittents du spectacle et de l’autre critiquent le manque de rayonnement de la France à l’étranger.

    C’est bien le discours libéral-con : stigmatiser un petit groupe (parce qu’honnêtement on parle de sommes ridicules comparé à la fraude fiscale des entreprises)et regarder par le petit bout de la lorgnette en jouant des vils instincts de la population.

    Ces abrutis du MEDEF, dans leur superbe équation de maternelle première section, n’ont évidemment pas pris en compte le pognon et les emplois générés par les industries culturelles, donc les intermittents. C’est bien, supprimons les intermittents : on verra au bout de quelques années les milliards de manque à gagner, les chômeurs en plus et le déclin de la production artistique, avec enfin 100% de productions américaines provenant de 3 studios sur tous nos écrans, petits, très petits et grands : bref, le bonheur libéral de « la concurrence libre et non faussée ».

    • Romain Blachier

      Oui Gattaz tombe dans la facilité.

  3. Je me permets de répondre à el Desdichado lorsque l’on parle de répétitions non payées par des entrepreneurs du spectacle qui tombesnt donc sous le coup de la loi, et sont passibles de redressement, sachez donc que les salariés n’étant pas déclarés ne sont donc pas en capacité de réunir suffisamment d’heures ensuite pour être indemnisé, donc ce n’est pas de là que vient le problème, il faudra un jour se poser les bonnes questions concernant nos budgets dédiés…0.65% DU JAMAIS VU DEPUIS TRENTE ANS, quant à l’Unedic caisse de solidarité interprofessionnelle, les comptes ne peuvent être séparés dans chaque annexes en ce qui concerne les rentrées, dans les structures qui nous occupent il y a aussi tous les emplois permanents et induits qui cotisent également, mais ne touchent rien sauf chômage exceptionnel…Le Medef serait bien inspiré de cesser de mettre les gens au chômage dans des plans de licenciement boursier ! Quant à la manne que rapporte la culture , les commerçants, hôteliers et restaurateurs de tous poils, en savent quelque chose…1 euro investit 5 à 10 euros de rapport …! Demandez à Aix et Avignon ce qu’ils ont pensé de 2003…Mais au delà de ces comptes de chiffonniers, c’est le mépris dans lequel nous sommes tenus qui devient de plus en plus insupportable! Et que l’on cesse d’acclamer les oscars, grammy awards et autres césars aux Français si l’on estime qu’ils coutent trop chers à notre société en régression…ils ont eux aussi été intermittents et bidouillés dans leur garage pour pas un rond pour faire briller un jour ce pays en voie d’obscurantisme! Une artiste en colère très rouge!!! Après 35 ans de métier et de combat pour se faire reconnaître alors marre de ce Medef qui ne représente que 8 % de « patrons » en fait …

    • Désolée pour les fautes d’orthographe que je vois à la relecture sans pouvoir les corriger maintenant, j’ai été trop rapide …!

    • El Desdichado

      @Lecoq,je te rassure, je défend une augmentation significative du budget de la culture, et je ne soutiens pas le MEDEF, ni sur ce coup là ni en général.
      Je pense juste que le système des intermittents est bancal pour ce qui est de l’Assurance chômage. Comme je l’écrivais à Romain, le problème c’est que Gattaz en s’emparant du sujet empêche tout débat futur, pour plusieurs années.
      Pour moi, on devrait trouver des systèmes qui financent autant les artistes, mais en les protégeant plus des abus. Et je pense vraiment que c’est possible plutôt que de leur faire l’aumône via le régime des intermittents.

  4. Rétrolien: Manifestation de soutien à la culture en France et à Lyon Romain Blachier

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers