entre la technologie acheter cialis moderne et une viagra france richesse de priligy connaissances, levitra generique il existe de cialis france nombreuses solutions

Le Tarnac d’Alliot-Marie

Julien Coupat est libre, certes sous conditions, mais libre.Pourtant le ministère public et Alliot-Marie n'ont cessé de vouloir le maintenir en détention depuis 6 mois sans que l'enquête montre quoi que ce soit, pourtant des moyens financiers et policiers démesurés ont été employés à son encontre…La chose m'indigne depuis longtemps.

Il s'agissait, pour l'Etat, d'inquiéter les citoyens, de se créer des ennemis pour fédérer autour de soi, de faire de la policticaillerie sur la liberté d'un homme, de jouer au bouclier contre le danger imaginaire.

Pourtant les faits sont heureusement faibles, une Une affaire obscure de dégradation de caténaires de TGV,qui ne pouvaient causer que quelques dégâts matériels mais que pour donner quelques frissons à la France, on qualifie de terroriste…

Ces faits, bien infiniment plus bénins que décrits par Alliot-Marie doivent bien sur être sanctionnés.Celà doit-il se faire en utilisant des méthodes honteuses de maintien en détention sans preuve tangible de la culpabilité des personnes mises en examen ? Doivent-elles subir un acharnement judiciaire tel que la magistrature a du à plusieurs reprises désavouer l'Etat dans ses excés ? Et au nom de quoi nombre d'éditoralistes de droite que de juger le mode de vie en-dehors des modes de consommation de Coupat et de son groupe ? Sommes-nous encore et toujours dans une éternelle dictature du "bon citoyen-consommateur-gavé"?

On attend encore l'explication d'Alliot-Marie…d'ailleurs face à une telle dérive, dans nombre d'autres pays, certains auraient déjà démissionné…

9 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.


  1. koz

    « Celà doit-il se faire en utilisant des méthodes honteuses de maintien en détention sans preuve tangible de la culpabilité des personnes mises en examen ? »
    Comment ça, sans preuves tangibles ? Tu fais partie de ceux qui croient qu’un fait criminel n’est établi qu’en cas de flagrant délit ou d’aveu ?
    Yldune Lévy et Julien Coupat ont reconnu s’être trouvé à proximité de la ligne de TGV sabotée, la nuit où elle a été sabotée, à des centaines de kilomètres de leur domicile, sans explication, et alors qu’ils sont à tout le moins lecteurs d’un ouvrage qui prône le sabotage de voies de transport. Ca, c’est tout de même marrant, comme putain de coïncidence. Et au passage, ce genre de constatations ont amené à en condamner d’autres.
    « Doivent-elles subir un acharnement judiciaire tel que la magistrature a du à plusieurs reprises désavouer l’Etat dans ses excés ? »
    Yldune Lévy a été libérée en janvier. Les autres personnes ont été libérées après quelques heures. Quand on fait le con, on paie.
    Parler d’acharnement alors que ce sont des magistrats professionnels, indépendants, pas spécialement enclins à obéir aux claquements de doigts de l’exécutif, qui ont rendu leurs décisions, me semble un peu exagéré voire virer au complotisme. N’oublie pas que ce sont les mêmes qui ont libéré Lévy et maintenu Coupat en détention. Peut-être peut-on imaginer que si acharnement il y avait, Yldune Lévy serait restée en détention également.

  2. romain blachier

    @koz: Moi aussi, toi aussi on est suis surement passés à côté d’endroits où il y a eu des délits.Faut-il nous arrêter ? que coupat soit coupable ou pas il y a un vrai acharnement judiciaire du ministère dans un dossier complètement bloqué et avec de gros trous, un vocabulaire du gouvernement « terrorisme… » et une débauche de moyens et de repression complètement en décalage avec les faits reprochés.

  3. koz

    Non, Romain, ça ne marche pas. Il ne s’agit pas des champs-elysées, ni d’une ville, il s’agit d’un coin totalement perdu de la campagne seine-et-marnaise.
    A droite, des champs, à gauche, des champs, devant, des champs, derrière, des champs.
    A mille lieues de leurs lieux de vie habituels.
    http://www.koztoujours.fr/wp-content/uploads/2009/01/dhuisy.jpg

  4. romain blachier

    curieux…il faudrait donc enfermer 7 mois toute personne qui se trouve à proximité d’un délit si il se trouve à la campagne? quelques heures, quelques jours pour enquête mais 7 mois? Et tout ça parce que c’est pas sur les cahms-elysée ou sur la rue de la république ?

  5. jean-paul

    Bonjour,
    Tu écris : « Pourtant les faits sont heureusement faibles, une affaire obscure de dégradation de caténaires de TGV,qui ne pouvaient causer que quelques dégâts matériels »
    J’ignorais que tu travaillais à la SNCF…
    Plus sérieusemet, avant d’écrire pareille ineptie, n’hésite pas à interroger des professionnels du rail..
    Si les syndicats de cheminots ont été si soulagés quand le groupuscule a été mis hors d’état de nuire, ce n’était pas pour « donner des frissons à la France » ni pour faire plaisir à Sarkozy, tu penses bien.
    C’est parce que, responsables et professionnels, ils connaissaient les conséquences possibles de pareils sabotages, pour les usagers comme pour les personnels…

  6. romain blachier

    @jean-paul:et toi commentateur, tu y bosses à la sncf?
    Visiblement non puisque justement les syndicats qui eux y travaillent contrairement à toi (et moi) ont parlé de dégats matériels potentiels et non de possibilité de dégats humains.Nombre d’organisations de cheminots ont même manifesté, tout en condamnant à juste titre les actes pratiqués sur les catenaires, leur condamnation des pratiques repressives de l’Etat dans cette affaire.
    Pour le reste, question à mon tour, fallait-il 7 mois d’incarcération pour l’enquête?

  7. calamar

    le rappel brut des faits montre la dérive de la justice
    http://bit.ly/vhsZU
    @jean-paul:vous semblez ben mal informé en effet.

  8. calamar

    pardon je voulais pas dire dérive de la justice mais dérive de l’Etat.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers