entre la technologie acheter cialis moderne et une viagra france richesse de priligy connaissances, levitra generique il existe de cialis france nombreuses solutions

Les miettes de thon discount, le nouveau marqueur de clivage gauche droite ?

Répéré chez Trublyonne cet excellent billet de Philippe Sage qui se surprend avec ironie de cette problématique dont sest emparée une partie de la presse via les communicants proches de l'UMP, qu'on ai pas le droit d'etre de gauche et de bien gagner sa vie, que les facilités d'un haut revenus soient réservées à la droite. Et puis comme le dit Hugues Serraf, rouler dans une porsche même pas à lui, tout de même, DSK joue petits bras! Il devrait appeller Madame Bettancourt mais elle donne plutôt à l'UMP ! Faut-il manger des miettes de thon Leader-Price (pas mauvaises d'ailleurs) pour être de gauche ?

Miettes-thon Qu’un homme de droite s’offre une escapade en yacht ou des vacances dans une résidence cossue, et, comme de bien entendu, aux frais de la princesse, quand bien même fût-elle, ladite princesse, un ponte des médias ou d’une industrie rutilante, certes ça fait jaser ici ou là, c’est vrai, mais dans l’ensemble, bon an mal an, ça passe. Oh que si ! Parce que, ma foi, ça colle, c’est raccord, avec son étiquette de droite. Un système économique. Mondial. Triomphant. Ou tout comme. Mais un homme de gauche… Confusion (2).jpgÇa n’est pas possible, vous comprenez ! Ça ne va pas.

Enfin quoi ! Un homme de gauche qui ferait péter les biftons, allez hop !

Voyez comme je la mène, la belle vie, en automobile de luxe – bien qu’un tantinet vulgaire – et vas-y que je pose, souriant avec une pépée de compétition au bord d’une piscine majestueusement perchée, ou que je m’envoie des ortolans pour enterrer l’année, et vous êtes bon pour la curée ! Les quolibets, les gausseries et tutti. Ah ben il est beau, tiens, l’homme de gauche ! Le partageur, le généreux, celui qui se prétend proche du peuple. Qui veut accueillir toute la misère du monde. Bobo, oui ! Quand ce n’est pas imposteur, menteur et compagnie. Non mais regardez moi ça ! Ça fustige un système, l’argent-roi, et ça parade dans la soie. Vous me la copierez.

Notez que c’est pas nouveau. Depuis toujours je l’entends ce couplet. Il n’a pas varié d’un iota. Qu’un homme de droite fût aisé, c’est dans l’ordre des choses, mais qu’un homme de gauche le soit, c’est suspect. A ce point, qu’on remet en question ses convictions politiques. Je veux dire que s’il est aisé, cet homme ne peut pas être de gauche… Comment comprendre qu’on puisse être socialiste et, à la fois, le fonctionnaire le mieux payé de Washington, n’est-ce pas ? S’il était socialiste, ce monsieur, c’est au RMI qu’il serait. RMI, FMI, même combat ! Ah ça ira, ça ira !

Etre de gauche et gagner son argent, trop d’argent, ça ne va pas ensemble. C’est comme boire ou conduire : faut choisir !… A ce tarif-là, je dis qu’il faudrait publier un décret, et fissa, une loi, l’inscrire dans la constitution, pour que ce soit clair une bonne fois pour toutes, n’est-ce pas, noir sur blanc ; à savoir qu’à partir d’un certain seuil, un patrimoine, tu changes de crémerie ! Du PS tu passes à l’UMP : direct ! Avec effet rétroactif, s’il vous plaît ! Que Bérégovoy ne soit pas mort pour des nèfles. Pauvre petit bonhomme. T’aurais dû rester ajusteur. Toute ta vie. Tu serais crevé d’un cancer. On aurait dit que t’étais brave. Mais là, t’as déconné, Pierre. T’élever comme tu l’as fait, à la force du poignet, étape par étape, c’était, petit à petit, renier tes valeurs. De gauche.

Mais oui ! Je vous assure. C’est comme ça que ça se danse. Dans la tête des gens. Un homme de gauche, faut croire, doit rouler en Logan, crécher dans une HLM, et l’argent qu’il gagne, il doit le donner. Aux pauvres… Sinon, c’est pas un homme de gauche… Mais même là, je vous parie, qu’on y trouverait à redire. Lui chercherait des poux. Genre : il en fait trop, c’est démago, faut quand même pas pousser le bouchon, et les vacances à Palavas-les-Flots !… Arlette, on veut bien. Guichetière en Clio, ça colle. Besancenot, itou. 1100€ le mois, c’est parfait. Encore que… Comment font-ils, ces deux-là, pour concilier la « lutte » et leur boulot ? Doivent avoir des arrangements avec leurs patrons, que nous on a pas. Des privilèges, quoi ! Cochons de gauchistes !… Oui, parce que je vous ai pas dit : y’a les gens de gauche et les « gauchistes ». Dans les deux cas, t’es perdant. Je viens de vous affranchir du pourquoi et du comment. Nonobstant, le terme « gauchiste », c’est péjoratif, éliminatoire, et… c’est fait exprès. C’est considéré comme de la racaille utopiste. Juste bon à faire 6% au premier tour d’une présidentielle. Qu’il y en ait un à concourir, ça va – on tolère, au nom du folklore – mais trois, c’est abuser… Et puis, ces gens-là ne sont pas sérieux. « Nos vies valent plus que leurs profits » c’est bien joli, mais… on veut garder nos iPhone, nos iPad et tout ce qui s’en suit. Nous Le Grand Soir, c’est devant la télé. Et c’est tous les soirs. Venez pas nous emmerder pendant qu’on roupille.

le texte intégral ici

2 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.


  1. Trublyonne

    Ah je savais qu’il te plairait beaucoup de billet.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers