chalon-rue-2015

Lettre ouverte à M.Dessaut, Adjoint à la Culture de Chalon-sur-Saône

Monsieur Dessaut,

Cher Collègue,

Je me suis rendu dans votre ville ces derniers jours, comme je le fais chaque année pour le festival Chalon dans la rue. Il se trouve que j’ai un lien particulier avec votre ville, puisque bien que lyonnais, j’y ai vécu deux ans et que j’y ai passé mon baccalauréat. Que j’y ai un florilège de souvenirs qui s’enrichissent chaque année des jours de votre festival.

Tout comme vous Adjoint à la Culture de ma commune, j’apprécie à la fois Chalon dans la rue et le cadre dans lequel il se déroule.

Cette année j’ai emmené (ou alors ai-je été emmené, cette question de qui emmène qui est toujours un débat dans l’existence ) un certain nombre de créateurs et de chercheurs du septième arrondissement lyonnais avec moi, comme je le fais depuis que Madame La Maire m’a confié la charge de nos affaires culturelles.

Nous avons , avec ces créateurs et ces chercheurs, fait travailler restaurateurs, logeurs, marchands d’eaux et brasseries. Nous avons encore admiré la cathédrale. Mangé pour la première fois sur l’ile Saint-Laurent. Dansé au village du Cirque Electrique. Nous avons aussi en fait beaucoup travaillé, créé des connexions, monté des projets. Ce festival, c’est aussi un événement important pour ce secteur professionnel et économique que sont aussi les arts de la rue.

Nous avons bien sûr réfléchi, rêvé devant les spectacles. Nous nous sommes coordonnés, disputés, amusés, angoissés, bien entendus entre nous, projetés dans le futur, rappelé le passé etc..

Bref nous avons vécu Chalon. A la fois comme festivaliers et humains. A la fois comme acteurs culturels.

Avec environ 200 000 spectateurs, cet évènement est une vitrine pour vous Chalonnais, autant un moment de vie intense qu’une opportunité économique et culturelle.

Pourtant un malaise subsiste : depuis que vous êtes arrivés à la Mairie en 2014, j’ai l’impression que vous n’aimez pas Chalon dans la rue. Certes il est normal que le Maire de Chalon-sur-Saône, comme l’a dit Pedro Garcia, directeur du festival et de l’Abattoir, se défende lorsqu’il est insulté, ainsi que ses administrés, par deux participants.

Mais pourquoi supprimer l’inauguration du festival ? Pour économiser un vin d’honneur comme le dit la Mairie? Mais nul besoin d’argent pour lancer un festival. Un mot du Maire ou de son Adjoint ça ne coûte rien. Et c’est symboliquement important.

Et pourquoi, alors que les artistes ont alors décidé de prendre en main l’inauguration par eux-même puisque la Mairie s’y refusait, votre Municipalité a-t-elle cru bon de s’en émouvoir ? Il est vrai que les propos n’ont pas été toujours tendre avec vous mais quoi de plus logique puisque rarissimes sont les villes qui refusent la moindre cérémonie d’ouverture, même gratuite pour les contribuables, à leurs événements culturels.

Quand aux baisses que vous avez effectué en matière de dotation du festival, enlevant plus du quart de ce qui était donné auparavant, il se situe certes dans un contexte de difficulté budgétaire globale et de baisse des dotations de l’Etat. Et certes vous restez un financeur important des arts de la rue. Mais vous m’avouerez qu’il est tout de même singulièrement fort cet effort demandé à l’événement comparé aux coupes que vous pratiquez par ailleurs. D’autant que vous ne l’avez accompagné d’aucune tentative sérieuse  de travail avec des mécènes pour compenser.  Ceci alors que pourtant votre Maire a participé à un atelier sur le sujet du mécénat ces derniers jours. Je n’ose imaginer ce qui se passerait à Lyon pour la création  si nous faisions aussi brutalement. En faisant cela, vous risquez de mettre en péril l’événement-vitrine de votre commune qui s’est pourtant engagée dans un contrat triennal avec le Ministère de la Culture sur le sujet. Ceci alors que, même si, n’étant pas chalonnais je n’ai pas à juger, vous multipliez les dépenses en commémorations napoléoniennes aussi diverses que coûteuses.

J’espère une chose Monsieur l’Adjoint, Cher Collègue: que je puisse revenir l’année prochaine à Chalon dans la rue 2016, que des rapports s’apaisent.  Pour le plus grand bénéfice culturel de deux centaines de milliers de personnes. Pour le plus grand avantage de votre ville. Alors qu’on apprend pourtant ce jour que vous pourriez être l’Adjoint à la Culture qui restera le fossoyeur du festival.

Veuillez agréer mes cordiales salutations.

Romain Blachier

Adjoint à la Culture, aux Evenements et au Numérique de Lyon 7e

Conseiller Métropolitain

7 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Léon

    A tous ces  » cultureux » suffisants ….. Bravo pour l’orthographe !!!!!

  2. Bonjour, je comprends bien qu’il faut réagir à la position de la mairie. Par contre je comprends moins bien l’argument du désamour du maire. S’il fallait attendre que les élus aiment tel ou tel artiste ou festival , la politique culturelle serait bien fragile.
    De même, s’il fallait attendre le rayonnement ou l’attractivité économique du festival pour en justifier le financement public, je craindrais trop la mauvaise raison de la compétition des territoires entre eux.
    Je crois qu’avec la nouvelle loi NOTRe et son article 28A (devenu 103), il est possible de défendre autrement le festival , en termes de droits à la liberté d’expression artistique et de droit à participer à la vie culturelle. Voir en particulier, le résultat de la concertation des professionnels du spectacle en Rhônes alpes ( texte fil rouge de la concertation) et le « petit guide de mise en oeuvre de l’article 28A » , sur le site irma /Doc kasimir cité plus haut.
    La loi NOTRe offre de bonnes armes pour se défendre contre les régressions telles que celle que vous dénoncez à Chalon . C’est peut être intéressant de s’y référer. C’est du moins ma conviction. Bien à vous
    jmlucas

  3. MarieF

    Tous ces avis sont intéressants! QUE LE FESTIVAL de CHALON DANS LA RUE DURE ENCORE ET ENCORE!! Merci Monsieur Blachier pour cette lettre! En réponse à Nadège : ne pas généraliser, tout le monde ne l’a pas hué (le Maire de Chalon, oui oui celui qui a supprimé aussi les repas sans porc des cantines de Chalon, malgré 30 ans d’habitude! et surtout qui a fait cette annonce juste avant les dernières élections!!), tout le monde ne l’aurait pas hué une nouvelle fois. A M. David Jacques : Napoléon reste un dictateur qui rétablit l’esclavage, fit déporter Toussaint Louverture au château de Joux, dans le Doubs, la forteresse la plus éloignée de la mer. Ce dernier avait crée la première République d’un peuple « noir » en Haïti! Napoléon pilla les richesses, massacra des peuples, envoya plus d’un million de Français mourir pour lui et ses batailles sanglantes. Commémorer Napoléon c’est falsifier l’Histoire! 60 000€ pour un dictateur c’est 60 000 fois trop cher! A M. David Jacques de nouveau : je ne sais pas quels spectacles vous avez pu voir à Chalon cette année. Qui ferait la queue une heure devant des cours ou des places bondées pour voir des choses médiocres comme vous osez le dire? Assurément, vos critiques viennent d’un manque de sensibilité ou d’un manque de culture tant la diversité des spectacles proposés est grande!

    • MONIQUE

      Chère Marie F
      Vous m’avez l’air bien cultivée, avec quelques bonnes connaissances historiques pour citer Toussaint l’Ouverture et sa détention jusqu’à la mort au fort de Joux. Dans ce cas, vous devriez savoir qu’en juin dernier, la ville n’a pas fêté Napoléon, mais le bicentenaire de la légion d’honneur remise à Chalon-sur-Saône et que seulement un petite vingtaine de villes Française sont décorées de la légion d’honneur. Cette légion figure dans les armoiries de Chalon-sur-Saône et si vous êtes chalonnaise, vous devriez en être fière… Ce sont vos aïeux qui ont défendus leur ville en 1815 !

      • MarieF

        A Madame Exertier : oui oui, j’ai écrit tout ceci, bien consciente de ce qui était commémoré! Mais je persiste… ce n’est que mon avis. Merci pour vos précisions néanmoins.

    • vincent chalon

      Il me semble outre l’inauguration (et son vin d’honneur visiblement tant apprécié), M Larderet n’a cessé de critiquer le Maire de Chalon et certaines de ses décisions prises il y a plusieurs mois (arrêté mendicité, choix des repas dans les cantines, etc) qui n’avaient rien mais alors rien à voir avec le festival … Il semble évident que la défense dudit festival n’est donc pas la raison première de cette polémique … Il faut plutôt chercher du coté politique … Ah c’est sûr qu’applaudir le front de gauche, critiquer les chalonnais (qui rament pour payer leurs impôts), critiquer le vin local, bref on sentais clairement la volonté d’affrontement pour des raisons politiciennes et non artistiques …

  4. alexandre

    Merci pour cet lettres je souhaitée également faire entendre ma voix en tant que Chalonnais et vous le faite très bien j’ai grandi dans un tous petit village a coter de Chalon je me souvient que déjà tout petit mais parent m’emmenée au festival j’y et de magnifique souvenir d’émerveillement autour de spectacle de jonglage d’acrobatie ou de clown aujourd’hui c’est moi qui emmène mais petit cousin,cousine au festival et j’ai les bonheur de les voir sourire rigoler et s’émerveiller il faut maintenir le festival pour la ville pour la culture et pour le vivre ensemble

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers