entre la technologie acheter cialis moderne et une viagra france richesse de priligy connaissances, levitra generique il existe de cialis france nombreuses solutions

Libération: racial avant d’être social ?

LibeJe viens de me désabonner de Libération que je lis depuis mes 12 ans et auquel je m’étais réabonné il y a quelques années. La une de ce jour comptant le nombre de personnes de « couleur blanche » et le genre des membres des cabinets ministériels m’a littéralement écœuré.

Le comptage racial non.Définitivement. Je refuse que qui que ce soit dans notre société soit traité uniquement sous l’angle de sa naissance, de son sexe etc… J’ai d’ailleurs trop souvent vu en politique les listes et les candidatures se faire sur divers comptages fort peu républicains…

On m’a souvent d’ailleurs fait le reproche pendant les constitutions de liste d’être blanc et mâle. On le fait moins quand il ne s’agit pas de places. Curieux. La politique est l’un des rares domaines où l’on peut vous discriminer officiellement et avec bonne conscience.

Partisan d’une république qui reconnait toutes les différences, je ne puis ou ne doit pourtant m’excuser de ma naissance.C’est avec cela que la République crève, de la réduction de chacun à son identité. Mais comme le dit mon amie Nelly, pourquoi penser quand on peut se contenter de compter.

Oui il doit avoir des mesures qui contribuent à renouveler et diversifier le personnel politique., même si nombreux sont ceux qui récupèrent ces quotas purement pour leur carrière. Nombreux sont aussi les talents à passer par-dessus bord car n’ayant pas le bon sexe, la bonne couleur pour remplir les fiches à quotas.  Même si il en faut, jusqu’à du moins à ce qu’il n’y aie plus besoin de ces mesures, ce qui marque l’erreur entre parenthèses, d’avoir inscrit la parité dans la constitution plutôt que la loi. J’ai d’ailleurs à titre personnel laissé nombre de mes responsabilités à des femmes et/ou des personnes issues de ce qu’on nomme les minorités visibles.

Mais cette grille ne doit pas être l’alpha et l’oméga de tout. Ou alors devrais-je préférer Monsieur Hortefeux à Madame Taubira parce que je suis un homme blanc comme l’ancien ministre de Sarkozy ? Je m’y refuse évidemment. C’est d’abord le clivage politique qui prime.

Je refuse également pour l’instant de continuer à être abonné à un journal qui le pratique de façon hardcore, en passant les gens au test de pureté raciale pour la jouer jusqu’au boutiste. Qu’on se pose la question de l’ascenseur républicain, de la méritocratie, du travail et des légitimité plutôt que d’exiger des quotas. Et pourtant d’ailleurs les partis, enfin surtout le PS, font pour la première fois un effort en la matière.

Comme le dit à juste titre Politeeks avec d’autres mots, c’est plutôt sur les questions d’accès et de questionnement de la légimité culturelle, de la fermeture des élites à d’autres couches sociales et culturelles que l’on aurait aimé entendre ce journal. On aurait pu se demander pourquoi il faut tel type de profil pour accéder à tel type de fonction, le questionner, penser à l’ouverture de ces accès, à d’autres légitimités. Ce qui n’est pas le cas ici dans le dossier qui nous est présenté…

Le social, l’accès à tous plutôt que le comptage racial. La solidarité et la répartition plutôt que la race. J’ai l’impression d’avoir Minute entre les mains, ce journal qui ne laisse jamais de rappeler, comme le fait ce soir le soi-disant plutôt libertaire Libé,  chacun à son origine.

Salut Libé, pour au moins quelques temps. J’espère que tu vas t’arrêter ainsi avant de dresser des listes de noirs et/ou de juifs  toi qui te dis pourtant contre le fichage. Et au fait t’as compté les blancs, les jaunes, les noirs, les gays et les hétéros chez toi ?

Et j’allais oublier, toi qui a l’air expert en racialisme:

c’est quoi un blanc ?

Billet repris sur le site de l’hebdo Marianne

42 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.


  1. Ce qui est plutôt bizarre c’est que tous les cabinets n’ont pas été publié au JO. Par ailleurs, la question tient plus de la diversité des parcours (Combien de personnes viennent du privé ? Combien de personnes ne sortent pas de l’ENA/Sciences Po ?) que de la diversité de la couleur de peau. Et d’ailleurs qu’est-ce que c’est que d’être blanc ? A quel pourcentage de mélanine n’est-on plus blanc ?
    Bref, je pressens un sujet écrit à la va-vite parce que les sujets du jour ne les bottaient pas.

  2. Gwynfrid

    J’applaudis ce billet, mais à mon sens, il vient un peu tard. Tout ceci était prévisible du jour où on a décidé d’inscrire la parité dans les textes. Que ce soit la loi ou la constitution, c’est à peu près la même chose: la boîte de Pandore est ouverte, il est devenu acceptable et même normal de compter les gens en fonction de critères de naissance. À partir de quoi, il n’y a plus aucune raison de ne pas compter les Juifs, les Arabes, les Noirs, les homosexuels, et que sais-je encore.
    Le gouvernement Hollande est fier de sa parité à l’unité près. C’est déjà limite; mais au moins n’est-ce pas rendu obligatoire par la loi. Il parle déjà d’imposer des quotas de femmes dans les conseils d’administration.
    Comme disait l’immortel Pierre Dac, quand les bornes sont franchies, il n’y a plus de limite.

  3. Comme disait nos vieux « c’est toujours ça d’économiser ». Plus sérieusement, j’ai cessé d’acheter Libé le lendemain du dernier référendum, lorsque le docte July expliquait en première page aux nonistes de gauche qu’ils étaient de vilains citoyens populistes limite fachos pour avoir refusé de constitutionnaliser la BCE. De toute façon ce journal est comme les autres, il fait du chiffre avec de moins en moins de fond….

  4. sasa

    Je vais m’en aller lire le contenu du dossier avant de critiquer Libé. Toutefois, tu le sais, même si je suis pour ma part navrée que la parité doive passer par des quotas, je pense que c’est un mal nécessaire à courte échéance. Et lors de la formation du gouvernement et de ses cabinets, j’ai été désolée de voir qu’on « affichait » la parité sur les postes ministériels, pour juste derrière constituer des équipes peu mixées. Si le PS veut se faire le chantre de la parité, qu’il le fasse correctement. Sinon il fait comme l’UMP, qui paie 5 M€ de pénalités à ce titre par an en assumant de s’en cogner.

  5. Sébastien

    Il est normal que la plupart des responsables politiques soient des hauts fonctionnaires, diplômés de l’Ecole Nationale d’ADMINISTRATION ou de « Science Po », comme des Facultés de Droit. Recrutés par la voie du CONCOURS et rémunération statutaire, ces personnes ont choisi le service public et ils contnuent de travailler pour l’intérêt général.
    Contrairement aux personnes issues du privé, qui ont fait le choix de servir l’entreprise, et par là même, de meilleures rémunérations.
    Mais, le mélange des genres est à la mode… Hélas…

  6. La question devrait plutôt être « pourquoi la haute fonction publique n’est pas plus ouverte à des profils différents »

  7. J’ai toujours trouvé que la parité n’était pas pensée.

  8. Sasa
    1-Mon billet pose justement cette question: pourquoi la constitution pour la parité et pas la loi
    2-Tu confonds les candidats et les membres de cabinets. Pour les élus le PS est allé très loin dans la parité (il ne devrait pas puisque, sij’en juge ton commentaire, on le remet malgré cela au même niveau que les autres): parité gouvernementale, parité dans les mairies, régions etc…à son initiative. Avec aussi de l’injustice à la clé puisqu’on regarde souvent plus la naissance désormais que le travail ou le mérite. Avec une absence de réflexion sur les raisons qui amenénent à écarte des talents pour remplir des quotas et à faire considérer à l’inverse des femmes de talent comme simple quota. Et aussi une absence de réflexion sur les raisons sociales.

  9. Joachim

    Non lyonnais, je viens de découvrir ton blog par un ami, suite à une conversation sur la Une de Libé.
    Personnellement, cette Une racoleuse m’a fait acheter ce journal que je ne lis plus depuis 2005. Je trouve ton billet totalement approprié. Cette Une atteste que le socle républicain mis à mal pendant des années est prêt à être enterré. Quand un journal progressiste se met à parler en terme de couleur, ceci démontre que l’ethnicisation est en marche.
    En effet, des propos sur la reproduction sociale seraient plus justes, sur la fermeture des élites, sur le fait que disposer d’un carnet d’adresse est une base qui devient indépassable. Mais Libé a choisi une Une en évoquant la couleur des membres de cabinet.
    La lutte contre la discriminatiion doit justement conduire à choisir en fonction du mérite en reconnaissant à tous son statut égalitaire de membre du corps national. La discrimination positive (sic) et autres gadgets ne feront que lézarder notre socle républicain en se servant de ceux mis en avant comme cache sexe de la réalité.
    Cette Une atteste que l’ethnicisation de la société, de la définition de ces membres par ce biais est devenue une réalité. Ceci démontre enfin et surtout que la lutte contre cette dérive devient une urgence.

  10. catnatt

    D’une part, j’avoue que les unes racoleuses de Libé m’agacent de plus en plus et que celle-ci peut être englobée ds cette politique dérangeante. Mais est-ce que si Libé se « tenait mieux » en matière de une, celle-ci nous aurait autant dérangée ? Pas sûr.
    D’autre part, qu’on le veuille ou non, c’est une réalité. La sphère politique est plutôt masculine, blanche et mûre. C’est comme ça.
    Par ailleurs « Qu’on se pose la question de l’ascenseur républicain, de la méritocratie, du travail et des légitimité plutôt que d’exiger des quotas. » Oui, très bien , voeu pieux ?
    Ce que je veux dire, c’est que nous sommes dans une société où les « minorités » (et j’englobe les femmes malgré qu’elles soient majoritaires :p) se heurtent à un « plafond de verre ». Et si moi aussi, j’aimerais plus d’éducation, plus de pensées et moins de comptes, il n’en reste pas moins que la société avance trop lentement à mon goût. Les quotas sont arrivés parce que le reste n’avait pas marché. Ca ne plaît à personne, (être soupçonné d’être une caution morale doit être profondément dérangeant) mais parfois il faut aussi savoir tordre le bras à la société.
    Cette une de Libé me dérange mais elle dit quelque chose de « vrai ». Après je n’ai pas lu le dossier donc mon point de vue est fatalement limité. Tout ça pour dire que si j’ai tweeté ton texte de cette façon : « Pas sûre d’être totalement d’accord ms ce billet est à lire », c’est bien parce que je n’ai pas d’avis tranché.
    Je comprends ton point de vue, pour autant je me demande dans quelle mesure c’est pas un peu facile quand est du bon côté de la barrière d’être offusqué par la démarche de Libé. Ne le prends surtout pas mal hein ? Je sais que tu es un homme de convictions, je n’ai pas le moindre doute là-dessus 🙂
    Mais peux-tu réellement te rendre compte de ce que vivent chaque jour des gens issus des minorités ? Même avec la meilleure volonté du monde, même avec une véritable empathie ? Je ne suis pas sûre. C’est bien là le doute que j’ai émis.
    (Encore une fois je n’ai pas lu le dossier de Libé, je me base uniquement sur la une)
    En espérant avoir été claire et pas blessante…

  11. Sébastien

    Je suis bien d’accord sur le fait qu’il faille intégrer des profils plus variés dans la haute fonction publique. Davantage d’historiens, de philosophes, d’hommes de lettres, de sociologues, d’économistes mêmes… En somme, le savoir.
    Je reste tout de même sceptique quant à la compatibilité du service public avec les objectifs mis en avant dans les écoles de commerce ou le milieu de la communication…

  12. ROSALIE2018

    Bonjour,
    J’ai découvert votre réaction dans « Marianne » et partage totalement votre analyse.
    Elle est claire et nous rappelle le vrai combat à mener : celui d’une ouverture des structures à tous, soit une vraie égalité sociale.
    mouetterieuse

  13. romain blachier

    Du bon côté de la barrière ? Justement non…du mauvais.

  14. romain blachier

    merci

  15. ElleElle18

    C’est vraiment « faux cul » comme billet. Désolée.
    A force d’être partisan, on devient un mauvais militant.
    Le PS comme FH avaient encré le combat pour la parité et l »égalité au coeur de la campagne..engagement apparement non tenu pour les cab ministériels. Au lieu de constater et de regretter, vous trouvez n’importe quelle excuse /pretexte pour justifier.
    Vous « valorisez » l’ouverture sociale de ces hautes sphères sans pour autant apporter la moindre solution et en sous entendant que la non parité et la non égalité ne vont pas de pair avec.

  16. C’est exactement ça. Concrètement la stupide loi sur la parité a posé le principe qu’une femme est mieux représentée par une femme, et donc…. (elles n’y ont pas pensé) qu’un homme est mieux représenté par un homme.
    Les socialistes présentent une femme dans ma circonscription, et l’UMP présente un homme. Donc, selon la parité je devrais voter pour le Sarkozyste alors que j’ai voté Hollande dès le premier tour !
    Je crois que je vais sortir du dilemme en votant pour le ou la candidat(e) du Front National. Le FN ne me demande ni mon sexe ni ma race.

  17. romain blachier

    Un mauvais militant? Que savez-vous de mon action pour y porter un regard si sévère et si rapide? Pour ce qui est des engagements ils portent sur la parité chez les députés (promesse tenues) et la parité sur le gouvernement (promesse tenue), pas de comptabiliser la « race » de ceux qui les servent.
    Pour ma part je dis que la politique de ramener chacun à sa naissance, est une mauvaise idée…mais vous n’avez pas pris la peine de lire le bille. La preuve, je ne valorise pas l’ouverture de ces sphéres, je dis au contraire que le vrai probléme c’est qu’elles sont fermées…

  18. catnatt

    Comment ça ? J’ai peur de comprendre ou de mal comprendre

  19. ElleElle18

    Si tout est normal alors….
    Quant à ces hauts fonctionnaires qui ont choisi de « servir l’Etat » contre des rémunérations moins élévées que dans le privé..on se demande dans quel monde vous vivez.

  20. ElleElle18

    La parité pas pensée? C’est quoi votre solution? Attendre que les consciences de gauche comme de droites se rendent enfin compte de l’inégalité qui règne depuis des siècles et qu’elles s’ajustent par elle-même…
    La parité dérange surtout et essentiellement les personnes qui s’accrochent à leurs petit poste.

  21. romain blachier

    Elleelle:lisez le billet,il ne concerne pas la parité mais les quotas raciaux. Cessez de tout melanger. Et la parité est d’ailleurs souvent utilisés par certains élus et certaines élus pour s’accrocher à leur poste hélas.

  22. ElleElle18

    L’égalité était aussi une promesse, est-elle tenue? Non.
    La parité du Gvt une promesse? Est-elle tenue? si oui, c’est que vous estimez que les collaborateurs ministériels ne font pas parti du Gvt…
    Dans l’article de Libé, il n’a pas été question de race, mais de prénom à consonnance française ou pas. Que la méthode soit limite, et souvent fausse, peut etre , d’ailleurs ils le disent dans leur article : c’est la méthode de l’Obs des discriminations et elle peut etre sujet à discussions.
    Maintenant comment faites vous pour prouver que la parité comme la diversité ne sont pas présents ? vous estimez à vue de nez?
    Quant à la lecture de votre billet, je l’ai bien lu en entier.
    Je pense que votre coté partisan (et donc plus très objectif) dessert les idées que vous devez, selon vous, proner pour votre parti.
    Et si vous valorisez, à juste titre, l’ouverture de ces sphères « Qu’on se pose la question de l’ascenseur républicain, de la méritocratie, du travail et des légitimité plutôt que d’exiger des quotas », mais on peut le faire tout en valorisant AUSSI la parité et la diversité !

  23. Eric lyon7

    Commentaire censuré…?
    Vous n’appréciez pas le travail de Pierre Carles ?

  24. Eric lyon7

    « DSK, Hollande, etc… les médias en campagne », documentaire de Pierre Carles chaudement recommandé ! Pas mal de passages consacrés à Libé

  25. romain blachier

    Madame,le militantisme ne se réfuit pas aux blogs.ps ou pas je ne suis pas très favorable aux discriminations raciales,positives ou pas et vous pouvez verifier cela ne date pas de ce jour, Même si,comme je le dis dans ce billet, j’ai aidé beaucoup de femmes dans leur carriére dans mon département.Mais L’égalité ce n’est pas les quotas raciaux dans les ministeres mais permettre à chaque français d’avoir les mêmes chances.
    Concernant la parité ce n’est pas compliqué les chiffres existent sur les députés et ministres et le ps a ici, comme il le fait ailleurs, fait beaucoup.
    Sur la race enfin oui il y a avait un engagement de campagne de Hollande:faire disparaitre cette notion retrograde. Bonne journee.

  26. ElleElle18

    « Je refuse que qui que ce soit dans notre société soit traité uniquement sous l’angle de sa naissance, de son sexe  »
    « Nombreux sont aussi les talents à passer par-dessus bord car n’ayant pas le bon sexe, la bonne couleur pour remplir les fiches à quotas.  »
    « Même si il en faut, jusqu’à du moins à ce qu’il n’y aie plus besoin de ces mesures, ce qui marque l’erreur entre parenthèses, d’avoir inscrit la parité dans la constitution plutôt que la loi. J’ai d’ailleurs à titre personnel laissé nombre de mes responsabilités à des femmes et/ou des personnes issues de ce qu’on nomme les minorités visibles. »
    Oui, vous concluez sur les quotas raciaux.
    Je ne mélange pas tout, mais selon vous la politique des quotas, qu’ils soient en faveur de la parité ou de la diversité, est apparement une mauvaise chose.
    Alors une question à l’élu que vous êtes : que proposez vous d’autre?

  27. romain blachier

    Nous ne somme pas sur mon blog d’elu (qui est ici http://www.lyon-7.fr )mon role d’elu consiste a m’occuper du commerce d’un quartier de Lyon,je ne suis pas députe.Par contre le citoyen a répondu a votre question dans le billet.il n’est d’ailleurs pas hostile à une période de parité.mais il doit y avoir un travail sur les élites, l’école, les horaires etc.. bien plus vaste que lzs comptages,pour assurer plus d’égalité.j’aurais l’occasion d’en reparler dans un billet où ce sera le sujet.je vous laisse je suis en retard.bien a vous

  28. romain blachier

    Censuré?pas vu votre commentaire

  29. Bonjour,
    Moi-même militant socialiste, je voulais vous féliciter, et même vous dire merci pour cet article.
    Ce que je n’hésite pas à appeler le « racialisme » est un piège mortel pour le PS, et cette « diversité » basée uniquement sur la couleur de peau et l’origine (et encore, tout dépend de la couleur et de l’origine), est une hypocrisie pour faire en fait de la discrimination raciale positive, à l’américaine. Je n’hésite pas non plus à utiliser le terme racial, pas parce que je le fais mien, mais parce que ceux qui prétendent combattre le racisme en adoptant la vision racialiste du monde, font justement le lit du racisme, en validant sa façon de voir les rapports entre les gens.
    Je renvoie évidemment au très bon « La diversité contre l’égalité » de W.B. Michaels.
    Pas assez de « noirs et d’arabes » dans les cabinets ministériels ? Bientôt des quotas dans la fonction publique ? Moi qui veut être prof, on me dira bientôt qu’en tant que blanc je n’ai pas ma place dans certains établissements ?
    Le PS doit se réveiller sur ce sujet, et revenir à ses fondamentaux : le social !

  30. Eric lyon7

    « Le PS doit se réveiller sur ce sujet, et revenir à ses fondamentaux : le social ! »
    Cnaudin, le PS doit redevenir socialiste en somme ?

  31. Eric lyon7

    Ben voilà… c’est pas si compliqué de le dire !
    Comme beaucoup, j’ai cessé de voter socialiste parce que « socialiste », le PS ne l’est plus depuis bien longtemps…
    Il suffirait juste de présenter un programme de gauche et de prendre des mesures de gauche. Le réclamer ce n’est pas méchant, c’est juste pour aider au contraire.

  32. romain blachier

    Cnaudin:merci.c’est justement en tant que militant ps que je m’oppose à ce qu’à fait libé ce jour.Merci à vous

  33. aaa

    Que font les organisations anti-racistes, elles qui pourchassent le moindre mot de travers ( quand il vient de personnes q’elles veulent dézinguer )?

  34. Si vous cherchez dans les archives de la mairie, vous trouverez mon nom sur les listes de Marylène Cahouet, A gauche Autrement. Au 1er tour de 2002, j’ai voté pour Chevenement. Au référendum sur la constitution, j’ai voté non. Je fais partie de ces gens à qui la gauche officielle (la gogôche à la Libé) donne des leçons de républicanisme tout en prônant un fédéralisme bâti autour d’une monnaie privée ouverte à tous les spéculateurs et d’un assemblage hétéroclite de nations et d’un patchwork de peuples fort divers, et d’un bradage systématique des cultures traditionnelles. J’ai fait partie des comités « sauvons les lettres » du temps de Jospin et Allègre, soutenu par des gens aussi divers que Finkelkraut, Michea ou Sallenave. Aussi quand j’entends Peillon parler de « refonder l’école », que voulez-vous, je ne peux m’empêcher de sourire….
    Est-on de droite parce qu’on s’oppose (en vain) à l’obscène transformation, par le groupe Eiffage, de l’historique hôtel Dieu en hôtel de luxe ? Dans ce cas là je suis de droite. J’appartiens à ce troupeau immense d’indécis qui ne se sentent plus représentés par les partis compromis dans cette Europe depuis longtemps, que vous pouvez classer parmi les nonistes de droite ou de gauche, quelle importance après tant de trahisons de tous les partis ? Les partis nous amusent, avec leurs discours réciproques sur les « valeurs ». La question centrale entre gauche et droite n’est-elle pas économique ? La création de cette monnaie et de cette banque centrale privée n’est-elle pas une mesure de droite ? Une chose est sûre, donc,je suis « contre » cette Europe, la loi de 73 et le traité de Lisbonne. Je ne fais aucune confiance au nouveau président et à sa stratégie que je trouve ridicule du « normal » (une posture, rien de plus) qui me parait aussi opportuniste et plus filou que le précédent. Et aucune non plus à Le Pen et à ses sbires, qui est pourtant la seule à tenir un discours ferme contre cette Europe -avec, il est vrai, Dupont Aignan). Je vous invite si vous avez le temps à écouter la conférence « L’État et les banques, les dessous d’un hold-up historique» par Myret Zaki et Etienne Chouard » mise en ligne sur Solko . Même si je trouve ce dernier parfaitement utopique, le fond de l’analyse faite par Myret Zaki me parait très juste.
    Pardon de cette longue réponse – encore bien courte à l’égard de la question posée…

  35. Je suis d’accord avec ton billet, Romain.
    Si j’approuve la loi sur la parité (qui devrait s’appliquer comme en Norvège aux conseils d’administration des grandes entreprises), et certaines mesures de discrimination positive, l’essentiel du combat à mener à mon avis pour réduire les inégalités s’effectue sur le terrain social, et en aucun cas ethnique ni même culturel. Pour moi, les notions de « blanc » ou « noir », « musulman », « jeune » ne signifient pas grand-chose, en termes d’action militante et de politiques publiques : école, logement, santé, droits…
    Dès qu’on réduit les individus à leurs différences visibles, leurs identités particulières, on nuit à leur intégration, on dessert l’intérêt général, et on appauvrit le débat public, et finalement la République.
    Un fils d’immigrée

  36. c’est une mauvaise question : les conseillers des cabinets sont en général des gens qui ont fait les grandes écoles de la fonction publique, le recrutement social des grandes écoles est très sélectif. C’est donc une mauvaise question à ce niveau trop en aval, la vraie question serait de poser celle du recrutement des grandes écoles.

  37. Sébastien

    Je vis dans la triste réalité. Démontrez-moi le contraire.
    Vous avez ici la preuve de ce que j’avance : http://app.owni.fr/remuneration-fonctionnaires/?page=evolution-de-salaires-dans-la-fpt#?page=comparaison-public-prive&_suid=1338549304467094370378813575
    Cliquez sur l’onglet « comparaison public-privé » et vous verrez que la différence peut aller du simple au double, pour un cadre de niveau équivalent. Mais en plus, ceux qui veulent devenir fonctionnaires doivent d’abord réussir la sévère sélection des concours administratifs.

  38. Gillu

    Bravo Monsieur Blachier pour votre billet !
    Vous rappelez avec pertinence que la République ne répare pas une injustice en la remplaçant par une autre !
    Ceux qui croient en la « discrimination positive » (sic) ne réalisent pas qu’ils creusent la tombe de l’égalité entre les citoyens, un des piliers de notre contrat social. N’ayons pas la faiblesse de croire que des « quotas » cache-misères régleront les maux de notre société.
    Forcer l’accès à l’éducation et à la culture semble être un chemin plus exigeant mais tellement plus efficace pour engendrer, sans biais, des élites à l’image de la société.
    Merci encore d’avoir rappeler que la République n’est pas, et ne sera jamais, raciale… Elle porte en elle des valeurs universelles qui font sa force.

  39. Pas2Cerveau

    Aprés avoir été traité d’antisémite ( j’ai pourtant) au quard des orignies sefarades) par RB il ya quelques mois suite à un tweet dénoncant les differences de traitements des pouvoirs publics selon l’origines des victimes, je ne sais quoi dire à ce texte jettant le trouble dans ces periodes charnieres de la société que les lois permettent de changer.

  40. Pas2Cerveau

    mais en relisant je suis assez d’accord.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers