L’obscurité du génocide au Rwanda

rwandaCa y est ça fait 20 ans. 20 ans qu’après un attentat à l’auteur controversé et réussi contre le président de l’époque, des milices rwandaises fonçaient comme des aigles dans les rues de Kigali  afin d’ensanglanter du fer  tragique de leurs machettes les corps et les vies de frères humains, coupables selon eux, d’une faute d’ethnie.

C’était un 6 avril, c’était l’aube tragique d’un monceau de haines, de chairs humaines et de corps suppliciés.

Il y a vingt ans donc. Un génocide.

Un événement qui amenait ces jours le responsable de l’ONU Ban Ki-Moon à regretter fortement l’inertie du monde à l’époque qui a laissé faire ce massacre. Et à se déclarer content que l’intervention, notamment française en Centrafrique, permette d’éviter un nouveau génocide. Même si beaucoup d’efforts supplémentaires restent à faire selon lui.

Et Ban Ki-Moon a raison sur l’ensemble de ces points.

L’autre jour à je ne sais plus quelle manifestation, une troskyste de je ne sais quel groupuscule (pas faute pourtant pour ma part d’en connaitre la cartographie) était venue agresser la délégation du parti socialiste au sujet de l’intervention en Centrafrique. Lorsque je lui ai demandé quelle solution elle proposait pour résoudre le massacre, elle a décampé. Le troskysme d’aujourd’hui résumé: la révolution mais pas trop.

Reste que pour moi et d’autres. qui nous nous intéressons depuis des années au devoir de mémoire sur ce génocide méconnu (et sur lesquels il faut le dire seuls Libération, France 3 et France Culture ont réellement travaillé pour l’anniversaire des 20 ans de cette tragédie et l’explication au public français) ce génocide sur lequel des comiques médiatiques (pas les mêmes) font aussi des blagues glauques, reste beaucoup de zones d’ombres.

Il y a bien sûr les polémiques sur l’origine de l’attentat.

Et puis l’histoire nationale qu’essaient de raconter aujourd’hui, chacun à sa façon, le FPR au pouvoir et puis les anciens génocidaires. Il faut savoir d’ailleurs que plusieurs universitaires français, notamment des anciens de Lyon 3, dans des périodes plus sombres de cette brillante université, comme Monsieur Lugan bien connu des milieux d’extrême-droite, prirent en bonne partie fait et cause pour les assassins. Qu’un parlementaire comme Bernard Debré a écrit des lignes  d’ouvrages très connotés comme Le retour du Mwami, qui nient partiellement ce drame.

Et que le rôle de la France est trouble dans cette histoire.

Bien avant que l’horreur n’éclate notre pays avait soutenu un régime raciste qui a amené les âmes et les esprits à discriminer les uns et les autres. Juvénal Habyarimana, le Président assassiné provenait  du courant du Hutu Power. Une idéologie qui souhaitait la suprématie de son ethnie et la mise à l’écart des Tutsis. Voire, on le vit à partir de ce 6 avril 1994, leur extermination. La France, c’est avéré, fut un soutien du régime. Elle contribua à le sauver militairement une première fois en 1990 avant le génocide face à une offensive du FPR. Sans doute d’ailleurs le discours de ces derniers est-il partiellement influencé aussi par la défaite que lui a causée par l’armée française quatre avant avant le drame.

Pendant le génocide, la direction de la France de l’époque est accusée d’avoir pendant longtemps fermé les yeux voire armé les milices en machettes et les soldats en armes. Et, en intervenant, d’avoir dans un premier temps sauvé le régime génocidaire d’une débâcle. Il faut sans doute, entre les propos d’un Président du Rwanda, Monsieur Kagame de plus en plus autocrate chez lui et des milieux français de droite comme de gauche qui gardent classés les éléments de l’époque, que plus de lumière soit faite sur le sujet. Et affirmant (cela a pu aussi arriver en parallèle ) que certaines opérations ont sauvé des vies. Pourtant il est probable que sans le soutien de la France, le génocide n’aie pas eu lieu. Ou au moins pas eu cette ampleur.

Il est tout de même rageant que des gens dont le rôle est trouble dans ces époques ou qui apportent une caution morale à ce génocide aient rond de serviette dans les médias sans être questionnés. Voir Hubert Védrine, dont le rôle interroge dans ce drame, parader sur tous les plateaux en donnant des leçons europhobes et pro-poutine sur la politique française est par exemple particulièrement pénible…

3 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Claude N

    Juste la suite de ce que sais faire le blanc depuis de millénaires .afin de vivre avec les bienfait de la nature à l’étranger .

  2. jbdivry

    je veux pas être soupçonné de négationniste mais lire « Noires fureurs, blancs menteurs » de Pierre Péan m’a ouvert les yeux sur les faits et notamment sur le rôle de Kagamé pendant et surtout après le génocide

  3. Placer Lugan à l’extrême droite vous discrédite complètement. Et tant bien même cela serait, est-ce que parce qu’un type d’extrême droite dit qu’il pleut qu’il faut nécessairement annoncer que le soleil brille ?

    Avez-vous seulement lu les livres qu’il a consacré à ces événements ?

    Étiez-vous comme lui sur le terrain lorsque les premiers massacres qui ont eu lieu avant le génocide ont été perpétrés ? Avez-vous, comme lui, dû protéger des étudiants Colt en main pour rejoindre un cantonnement militaire ?

    A part les habituels sous-entendus jamais étayés par quoi que ce soit de concret, qu’apportez-vous de nouveau, sinon ce style ampoulé et grandiloquent ?

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers