Dans Lyon Mag, commerce et l’artisanat, une priorité à Lyon

Avant de laisser ma plume quelques jours, voici une chronique sur le futur du commerce et de l’artisanat de Lyon, sujet qui me tiens à coeur.A bientôt.

logo-lyon-magNotre ville peut, fidèle à ses racines, devenir une référence en matière de commerce.Ce ne sont d’ailleurs pas les marchands signataires de la charte Sapaudine en 1320, que l’on fêtait ces jours-ci, qui me diraient le contraire. Ni les décideurs et commerçants de 2013.

La réponse ne viendra certainement pas de l’opposition. Que des premières réunions de primaires UMP en vue de la désignation d’un candidat n’irriguent pas pour l’instant d’idées pour notre ville c’est le moins que l’on puisse dire.
Ce n’est pourtant pas faute que certains aient essayé comme le mensuel Lyon Capitale qui les a interrogé dessus. Outre des idées globalement floues, pas un n’a eu un mot sur une politique clairement prérogative de la ville : l’économie de proximité. Tous se sont mélangés les pinceaux avec les compétences du Grand Lyon et personne n’a proposé quoi que ce soit sur le commerce ou l’artisanat. Inquiétant pour des gens qui prétendent à diriger un jour la ville.

Notre cité est pourtant fortement marquée dans son histoire et son présent, c’est régulièrement rappelé par les différents acteurs de l’économie actuels comme par les historiens, par le commerce.

Lyon a rejoint le royaume de France parce que les commerçants lyonnais voulaient échapper au pouvoir trop absolu de l’archevêché. Longtemps le dirigeant de la ville était le prévôt des marchands. Une salle à l’Hôtel de Ville conserve d’ailleurs précieusement les armoiries de ceux-ci.
Et il y a aussi aussi enraciné dans notre histoire la Foire de Lyon, événement moteur et majeur, source de prospérité, d’innovation et de brassage pour la ville hier comme encore aujourd’hui.

La suite de la chronique « Le commerce et l’artisanat, une priorité pour Lyon en cliquant ici »

2 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  1. Robert Curbet

    Je peux m’empêcher de sourire si je traduis dans un langage politique actuel ce que vous donnez comme exemple, surtout venant d’un élu et d’un militant comme vous.
    Car en fait vous approuvez les « manoeuvres lobbystiques  » d’un « syndicat patronal » qui voulait payer moins de « taxes locales », taxes qui, à priori, permettaient le financement des « services publics locaux », et qui préféraient les payer à une « administration centrale » « dictatoriale » qui
    utilisait les impôts pour financer principalement des « guerres impérialistes » et des « dépenses somptuaires » .
    Et je ne parle pas non plus des agissements de ce syndicat et de ses membres contre la « classe ouvrière » et les « petits paysans » qui produisaient leurs marchandises, ni de leur « spéculations financières ».
    De tels écrits vous auraient valu bien des tracas au moment des procès de Moscou, ou pendant la Révolution Culturelle.
    Je commence à instruire votre dossier au cas où une gauche plus radicale arrive au pouvoir.
    Allez, j’attends le 21 Novembre, pour contrebalancer, un article magnifiant la révolte des Canuts. Dommage, le 9 avril est passé.
    Toujours en souriant
    Robert Curbet

    • Romain Blachier

      Je ne vois où vous lisez cela ?

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers